Chrétiens et musulmans unis à Lens

Fraternité inter-religieuse

2019-3-24-Marche fraternelle attentant Nouvelle-Ze 2019-3-24-Marche fraternelle attentant Nouvelle-Ze  Une marche en hommage aux victimes des attentats survenus le 15 mars 2019 dans des mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a été organisée le dimanche 24 mars dans Lens.

 

L’évènement a été proposé à l’initiative de musulmans avec qui la Maison Nicodème de Lens développe des relations de fraternité depuis plus d’un an. 

 

Plusieurs élus lensois ont pris part à cette marche, à laquelle participait le diacre Jacques Senellart, délégué diocésain du service des relations avec les musulmans avec son épouse Michelle.

Dans le diocèse d’Arras, différents groupes de fraternité islamo-chrétienne existent, comme à Saint-Omer, à Boulogne-sur-Mer, à Sallaumines ou encore à Evin-Malmaison avec l’association "Les Amis de Michel". 

 

 

 

Intervention de M. JACQUES SENELLART lors de la marche citoyenne

Mesdames, messieurs, chers amis,

 

         J’ai tenu à être avec vous aujourd’hui pour vous faire part de la solidarité de la communauté catholique du Pas de Calais et en premier lieu, bien sûr, de son évêque Monseigneur Jaeger à la suite du drame affreux qui a eu lieu à l’encontre de la communauté musulmane de Nouvelle Zélande. L’horreur de ces attentats est encore décuplée par le fait qu’ils se sont produits dans des mosquées alors que les victimes venaient, en toute simplicité, adorer leur créateur dont l’un des beaux noms est As Salam : « La Paix ».

         Le seul mobile de ces crimes abominables semble être la haine. Cette haine qui est malheureusement de plus en plus présente dans notre monde et même dans notre société, haine de celui qui pense autrement, haine de celui qui est différent. Haine attisée par des pseudo-intellectuels adeptes de la théorie du grand remplacement à laquelle justement s’est référé l’assassin. Cette haine qui conduit à la violence, Ibn Rochd, au XII° siècle, l’expliquait déjà comme venant de la peur, peur venant elle-même de l’ignorance. Cette peur attisée par des politiques pour qui c’est un fond de commerce.

         Il en va de la responsabilité de tous les croyants et croyantes de toutes les religions et de tous les hommes et femmes de bonne volonté de faire reculer cette haine, en faisant reculer la peur de l’autre, en montrant que nos différences ne sont pas un problème, mais au contraire une chance pour bâtir ensemble un monde plus juste et plus harmonieux, où chacun et chacune a sa place dans le respect de tous.

         L’une des mosquées dans laquelle a été perpétré le massacre a pour nom  al Nour, la lumière, un autre beau nom de Dieu. Demandons au Tout Puissant qu’il veuille bien nous envoyer cette lumière pour faire de nous tous des artisans de paix, Oui que là où se trouve la haine que nous apportions tous ensemble l’amour et la paix. Soyez assurés, à cet effet, de ma détermination et de ma disponibilité.

         Enfin prions ensemble le Tout Puissant afin qu’Il veuille bien envelopper de sa Miséricorde infinie ceux qui sont décédés, les blessés et tous leurs proches.

Article publié par Association diocésaine d'Arras • Publié • 359 visites

Fermer