Assemblée générale des religieuses

Condette le 30 avril 2006

En Pas-de-Calais, ce sont 91 communautés de vie religieuse, et 520 religieuses ou religieux. Elles étaient 170 présentes à Condette le 30 avril. Le thème de l’assemblée portait sur « la vie communautaire, un défi ». La dernière assemblée générale avait eu lieu en 1999.
 
Liste des communautés présentes dans le diocèse 
 

Une journée festive.
Assembleee Generale des religieuses du diocese d'Arras Assemblee generale  
Assembleee Generale des religieuses du diocese d'Arras
Assembleee Generale des religieuses du diocese d'Arras
Presque toutes les communautés étaient représentées, y compris les moines et moniales, pour lesquels la contemplation est le premier emploi, à vie, celui qui occupe la première place dans leur existence. La journée s’est déroulée sous le signe de la convivialité, dans une joyeuse ambiance.
Pour mieux se connaître, il avait été demandé aux communautés une présentation par secteur géographique. Toutes ont fait preuve d’imagination, que ce soit la maquette de la charrette boulonnaise intitulée « la route de la sainteté », (allusion à la route de la marée), que ce soit les sœurs du doyenné des Plages ou de l’intérieur des terres. Les jeunes avaient préparé un QCM distribué et fort commenté durant le repas… parmi les réponses proposées à la perspicacité de chacune on pouvait noter quelques réponses impertinentes ou trop pieuses. C’était une manière d’amorcer le partage et la discussion sur un sujet bien délicat : la vie communautaire, un défi ! Parmi les diversités évoquées : l’intergénérationnel, les approches différentes de la mission et de la prière, les personnalités des unes et des autres, les origines diverses et les nationalités différentes présentes au sein des communautés…
Pour éviter l’endormissement au début de l’après-midi, ce furent les moines et moniales qui présentèrent les réalités dont ils étaient porteurs : il y avait beaucoup d’humour, d’amitié et de délicatesse pour présenter la collection des saints de Wisques (en faïence), le bouillon de contemplation ; le lier et délier du Christ, associé à la reliure pour Fouquières-les-Béthune, ou encore le fromage et le ramage (la prière) à Belval…

 

Signes de vie fraternelle pour le monde.
Le père Gaston Dollé, est chargé de l’Etat religieux dans le diocèse. Il résume l’esprit de la journée en forme d’appel : alors que vous ne vous êtes pas choisies, que vous êtes d’âges différents, que vous assumez la longueur du temps, donnez-nous à voir une vraie vie fraternelle ! Une vie fondée sur la Parole de Dieu, entendue, priée, chantée ; une vie où s’exprime le pardon reçu et donné ; une vie signe de l’attention à l’isolée, la fragilisée ; une vie dans l’attention à Jésus présent au milieu de celles qui se réunissent en son Nom… Vivre la fraternité, c’est faire signe pour le monde, en faiblesse d’humanité. Soyez des êtres de prière et d’espérance, ne vivez pas l’épreuve comme un échec. C’est la communion fraternelle qui rend crédible la mission.

 

Reconnaissances, mercis et encouragements.
Monseigneur Jaeger commence son intervention en évoquant l’actualité du jour, entendue à la radio : en écoutant la radio ce dimanche matin, c’était surtout l’évocation de conflits internes à la majorité comme à l’opposition que j’ai entendue. Oui, la vie communautaire est un défi que vous relevez. Si parfois, vous pensez que votre communauté passe inaperçu qu’elle ne fait plus signe, sachez que c’est au moment du départ ou de la fermeture que l’on mesure l’impact que cette communauté a eu. Le courrier reçu en ces occasion sen témoigne.
Mais c’est surtout un merci qu’a voulu exprimer Monseigneur. Merci pour leur présence d’Église qui se réalise en partenariat avec d’autres équipes de paroisses ou services. C’est ensemble que l’on devient Eglise du Christ pour tous les frères. Merci pour oser relever dans le monde le défi de la vie communautaire.
Les communautés religieuses sont une forme de vie ; elles sont appelées à s’adapter pour être présence et vie d’Eglise au cœur du monde. Le christ ressuscité fixe un rendez-vous quotidien et il appelle aujourd’hui encore des témoins. La vie consacrée a partie liée avec l’ensemble des témoins au cœur du monde, là où des jeunes et moins jeunes vivent, espèrent ou désespèrent… Soyez signes et témoins.

 

Des communautés insérées dans la vie ecclésiale.
Deux supérieures majeures évoquèrent les appels que reçoivent leurs communautés : soutenir les Equipes d’animation de paroisse, surtout dans l’espace rural, animer catéchèse et catéchuménat, coordonner des mouvements de jeunes habiter des cités populaires comme cellules d’Eglise… Elles lancent aussi des appels aux paroisses, pour qu’elles se mobilisent en vue de l’appel de plus jeunes à la vie religieuse, ou encore pour que le 2 février soit fête de la vie consacrée, que ce soit visible.  tout d’abord pour appeler et proposer.

 

Quelques précisions utiles

Qu'entend-on par "la vie consacrée"  
L'Assemblee generale diocesaine des religieuses L'Assemblee generale diocesaine des religieuses  Bien qu’en fait et en, droit, tout baptisé soit « consacré » au Christ, de par son baptême, l’expression vie religieuse (ou consacrée) souligne le caractère public d’un engagement plus absolu. Moines et religieux sont des laïcs consacrés

Moines et moniales ou contemplatifs. Ces mots s’appliquent à diverses formes de vie monastique, caractérisées par le retrait de la vie du monde, pour une pleine consécration à Dieu. Dans le diocèse : bénédictins et bénédictines de Wisques, Trappistines de Belval, Visitandines de Boulogne-sur-Mer, carmélites de Fouquières-les-Béthune et de Boulogne, clarisses d'Arras.

 

Religieux et religieuses de vie apostolique
Les grands Ordres religieux issus du 13°ème siècle sont peu présents dans le diocèse (dominicains, franciscains). Mais il existe beaucoup de communautés religieuses appartenant à des congrégations. Leurs activités peuvent être d’enseignement, de santé, de catéchèse, d’action au service des jeunes ou des personnes âgées ou démunies. La plupart des congrégations sont nées aux 18ème et 19ème siècles. Ce sont des sociétés de laïcs qui adoptent la vie en communauté et font référence à une règle ou constitution, inspirée des grands Ordres religieux, mais adaptés selon les intuitions de leur fondateur, en fonction de la mission qu’ils se sont donnée.

 

Le Conseil diocésain de la vie religieuse (CDVR).
C’est un des conseils autour de l’évêque. Il participe à la mis en œuvre de perspectives missionnaires de l’Eglise diocésaine.  Le CDVR est un instrument de dialogue avec les autres conseils diocésains et instances apostoliques diocésaines. Le CDVR est aussi une instance de soutien et d’aide à la vie religieuse, à la fidélité à la mission, auprès des communautés du diocèse.

 

Communautés nouvelles.
Des communautés, souvent dans la mouvance du charismatisme voient le jour. Elles recourent ou non au statut d’associations de fidèles et regroupent des personnes fort différentes (célibataires ou mariés, prêtres ou religieux). Elles mènent une vie fraternelle très poussée, axée sur la prière, le travail, la pauvreté, le partage, l’accueil, la présence aux plus démunis.   On les appelle nouvelles, pour les distinguer des congrégations qui ont derrière elles une longue histoire et tradition. Dans le diocèse : les communautés du Renouveau, Le Courset, le néo-catéchuménat, Notre-Dame de Vie...
Emile Hennart

 

Les communautés nouvelles.
Répondant au jeu des questions-réponses, Monseigneur Jaeger était interrogé sur les communautés nouvelles. Il a tenu à faire une mise au point devant les accusations portées à l’encontre du diocèse de ne pas recevoir ces communautés. Ceci est faux. Il n’a jamais eu à refuser des demandes de communautés nouvelles. D’une part, il existe plusieurs communautés dans le diocèse ; d’autre part, Mgr a sollicité plusieurs communautés, proposant un lieu disponible et une mission diocésaine, mais il n’a reçu à ce jour, aucune réponse. Et de conclure cette question sur : « je ne sais pas pourquoi, mais il semblent que ces communautés s’établissent davantage dans le Sud que dans le Nord ». C’est donc une invitation à cesser une polémique mal venue.

Article publié par Alicia Lieven - Gestionnaire technique du site internet du Diocèse • Publié • 7395 visites