Clochers à crochets en Artois

Fléches de pierre ornées de crochets

 

bethonsart bethonsart  

 

 

A quelques pas d'Arras, en Artois,

sept églises ont la spécificité d'un clocher orné de crochets aux angles de la fléche : 

Ecoivres, Camblain-l'Abbé, Béthonsart, Mingoval, Savy-Berlette, Hermaville, Habarcq.

 

 Ces églises ont la particularité d'être dotées d'un clocher surmonté d'une flèche de pierre dont les arêtes sont munies de petites sculptures. Au-delà de leur côté esthétique ces crochets servaient aussi de point d'appui pour monter facilement des échafaudages nécessaires à l'entretien de ces flèches construites en pierre locale fragile. Ce procédé n'est pas spécifique à la région, mais le nombre élevé de ces fléches sculptées en Artois demeure une curiosité inexpliquée. Plus d'une vingtaine de clochers à crochets ont été construits en Artois aux XVIe et XVIIe siècles. Il en reste à peine une dizaine dont les 7 présentées ici présentéest.

Ecoivres Ecoivres  

 

La tradition attribue diverses interprétations aux sculptures. Mais la signification reste encore problématique. Certains clochers comme à Mingoval présentent un véritable programme iconographique évoluant d'une face à l'autre de la flèche suivant la course du soleil et formant une représentation astronomique.

 

 

Habarcq

Habarcq Habarcq  Le centre d'Habarcq est un bel exemple d'un ensemble seigneurial préservé avec le château des puissants châtelains, entouré de son parc et accolé à l'église Juste en dessous se trouve une vaste derme dotée d'éléments de défense et des dépendances essentielles à la vie du village: four, moulin, malterie. de longs murs et briques et en pierre entourent une partie des bâtiments

 

L'Eglise saint Martin de Habarcq a été reconstruite en 1698, suite à un incendie. Elle est entièrement voutée, ce qui est assez rare pour une église rurale et qui explique la présence de contreforts latéraux. La fenêtre flamboyante au-dessus de la porte est est surmontée de l'écusson du comte de Lens et d'anges sculptés

 

 camblain-labbe camblain-labbe  

 

Camblain-l'Abbé. Eglise saint Pierre. La légende veut que la tour fortifiée date de 1404, et qu'elle ait ,été construite par les anglais. Sur les pierres d'un escalier, on peut voir un dessin représentant l'église avec la tour, la nef et le choeur, sous la date: 1646. Une autre légende veut que Jean Bart, se rendant de Dunkerque à Versailles ait couché dans la chambre d ela tour de l'église. L'église possédait trois cloches. La cloche actuelle date de 1840. Elle est nommée Augustine, par A.Matthieu Lourdel, maire de Camblain et Dame veuve Barbeur. Elle a été bénite par Augustin Blanchant. Le fondeur se nomme Gorlier, fondeur à Frévent.

En 1866 la décision fut prise de démonter l'ancienne église du XIIème siècle, sauf le clocher et de la remplacer par une église plus grande.

 

Mingoval:

Mingoval Mingoval  Avant 1790 Villers-Chatel et Mingoval ne formaient qu'une seule paroisse dont l'église est celle de MingovalEglise Notrre-Dame de la Visitation. L'ancienne église fut construite en 1278 par Jehan, Seigneur de Maingoval, chevalier pair du comlte de Béthune. La tour fortifiée date de 1475, avec chemin de ronde de 1599; elle penche cu ncôté nouest.Chaque crochet représenterait une tête d'animal ou d'homme, parfoois fantastique. Les armes de sainte Aldegonde figurent sur la tout au-dessus du grand portail. La nef date de 1780; le choeur a été restauré en 1664, aux frais de Pierre Leroy, abbé du Mont saint Eloi. Sur les trois cloches, deux ont disparu à la Révolution. La cloche restante nommée Marie, fut baptisée en 1610. Inscription: "Madame Bonne de Lannoy, Dame de Mingoval, douarière de Noircarmes mat donné nom Marie 1610.Hermaville Hermaville  

 

Hermaville.

L'église est l'une des plus importantes du Ternois, reconstruite en 1782 dans le style classique, elle a conservé la tour-porche datée de 1659.

 

Ecoivres 

 

Savy-Berlette 

 

Béthonsart 

Eglise sainte Elisabeth de Hongrie. Fille de André II, roie de Hongrie et de Gertrude de Babenberg, née en 1207 et décédée en 1231. Elle se voua aux pauvrees malades et lépreux et sera canonisée en 1235. Fêtée le 17 novembre, elle est la patronne des boulangers, des mendiants et des organisations charitables.

L'église d'origine fut construite en 1247 par Marie de Fief et Enguerand, son fils.La tour fortifiée date de 1562. A l'intérieur se trouve la dalle funéraire de Robert Le Josne, escuier, Seigneur de Béthonsart, décédé le 5 novembre 1563. En 1732, l'abbé Toursel fit restaurer et agrandir le choeur. La cloche fut nommée Thérèse en 1818, parrainée par Auguste Duquesnoy ete Denise Depuisarts

La nef est entièrement voûtée, ce qui est assez rare pour une église rurale et qui explique la présence de contreforts latéraux. La fenêtre flamboyante au-dessus de la porte est est surmontée de l'écusson du comte de Lens et d'anges sculptés

Article publié par Pastorale liturgique et sacramentelle • Publié • 10074 visites

Fermer