Déclaration commune Musulmans de France

60 signataires: "L’Islam bafoué par les terroristes".

"Dès les premières heures de l'année, 21 chrétiens étaient massacrés à la sortie de la messe, devant l'église des Saints d'Alexandrie en Egypte. Deux mois auparavant, veille de Toussaint, des terroristes assassinaient 45 chrétiens dans la cathédrale de Bagdad. Des atrocités commises "au nom de l'islam". Nous rappelons, haut et fort, que ces meurtriers ne sont pas l'islam, et qu'ils ne représentent en rien les musulmans. Nous voulons signifier par cet appel notre refus de ce rapt de nous-mêmes, celui dont on usurpe l'identité est plus à même de démasquer le faussaire. L'instrumentalisation de la religion est certes trop souvent, ici, le fait de certains médias ou politiques. Elle reste, de parle monde, la terrible arme des extrémistes. Et ce sont eux qui tuent, dans différents pays, des femmes, des hommes et des enfants de toutes confessions dont de nombreux musulmans.

 

Le meurtre de chrétiens, comme de tout être humain, est une horreur absolue. Et c'est aussi l'islam qu'on assassine en commettant ces crimes en son nom. Alors comment se taire quand on tue en votre nom? Depuis la France, les citoyens de foi, de tradition ou de culture musulmane - ou héritiers de ces références -veulent dire leur indignation devant ces crimes. Pour leurs voisins, pour leurs enfants et pour eux-mêmes, contre les amalgames destructeurs. Ils clament haut fort leur refus de l'intolérance et des violences commises, de par le monde, à l'encontre de minorités. Et plus fort encore lorsque certains bafouent leur foi ou leur identité en tuant au nom de l'islam. Construisons partout le vivre ensemble dans nos pays multiconfessionnels».

 

Soixante signataires
Parmi les soixante signataires, on trouve Ghaleb Bencheikh, président de la Conférence mondiale des religions pour la paix, Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris, Doudou Diène, rapporteur de L'ONU sur Les formes contemporaines de racisme, Hakim Et Karaoui, président de l'institut des cultures d'Islam de la Ville de Paris, Fadita Mehal, présidente des Marianne de La diversité, Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, Fayçal Douhane du Conseil national du Parti socialiste, Tareq Oubrou, grand imam de Bordeaux et recteur des mosquées de l'Association des musulmans de la Gironde, Yazid Sabeg, commissaire à la diversité et à l'égalité des chances, Anne Esambert, fonctionnaire, ou Vincent Geisser, chercheur au CNRS.
 

Fermer