Faut-il toujours pardonner ?


Ce soir, le thème est le pardon.

 

En partant de Jésus sur la croix le Père Thomas évoque le témoignage de Joël, condamné à la prison à perpétuité.

 

Joël est originaire de Marseille il est baptisé et catéchisé, Joël passe son temps dehors.
 

Il se marie, à deux enfants, il est heureux.

 

Un jour, il rencontre un ancien camarade qui à des contacts avec le show bis, cet ami lui propose de le rejoindre, Joël sera engagé comme chauffeur d’une star. Peu à peu Joël s’éloigne de sa famille.

L’ami lui propose de faire un coup d’avoir beaucoup d’argent, Joël accepte.

Ils kidnappent une petite fille d’une des stars que l’ami en question côtoie.
Le kidnapping tourne court la police n’est pas loin, s’engage alors une course poursuite, à travers Paris. Pendant cette poursuite la petite fille meurt, Joël est arrêté.

 

Dans les prisons ce que les prisonniers ont c’est la haine.
 

Un jour, Joël rencontre l’aumônier de la prison qui l’invite à une rencontre. Là Joël sera touché par un parole du Christ : « Père, pardonne-leur car, ils ne savent pas ce qu’ils font ».


Il ne comprend pas cette parole du Christ. L’aumônier lui propose la confession, Joël se laisse guider par le prêtre, il va prononcer le prénom de cette petite morte « Magalie », au bout de vingt longues années de silence.
 

Après cela Joël va revivre, renaître, il s’est mis à lire la Bible.
 

Il sortira pour bonne conduite, avec comme objectif d’aller trouver les parents de la petite fille et leur demander pardon.

 

Nous aussi nous avons parfois du mal à pardonner, l’assemblée s’avance vers la croix avec en tête un prénom et plonge la main dans une cuve d’eau et se signe.

 

Le Père Thomas, nous fait découvrir la miséricorde du Christ.

 

Faut-il vraiment toujours pardonner ?

Parfois dans certaine situation c’est lourd ; à vivre, à gérer.


Combien de personnes ne laissent que peu de place à Jésus dans le conflit ?

 

Jésus ne s’impose pas.

Il est venu sur terre pour le pardon des péchés, il est venu, nous donner un exemple pour vivre le pardon.
Jésus a demandé pardon à Dieu à notre place, il s’est fait le médiateur.

 

 

Jésus supporte…


Il dira sur la croix : Père pardonne leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ! »

Pierre pose la question sur le pardon : combien de fois dois-je pardonner ….. ?

 

Jésus a été un homme comme nous.
 

Sur la croix, mort, on lui transperce le cœur, il en sortira de l’eau et du sang.
La miséricorde de Jésus se manifeste sur la croix.
On peut se réconcilier avec Dieu par le Baptême et dans le sacrement de réconciliation.
 

Pour bien comprendre la confession, plus on fait l’expérience du pardon, plus on pratique la confession, plus on est capable de pardonner aux autres.

 

Jésus à Sainte Faustine:

 

" Ma fille, quand tu t'approches de la Sainte Confession, de cette source de ma Miséricorde, le Sang et l'Eau qui sont sortis de mon Cœur se déversent sur ton âme et l'ennoblissent.

 

Chaque fois que tu te confesses, plonge-toi tout entière dans ma Miséricorde avec grande confiance, pour que je puisse répandre en ton âme toutes les largesses de ma grâce.

 

Quand tu vas te confesser, sache que c'est moi-même qui t'attends dans le confessionnal. Je ne fais que me cacher derrière le prêtre, mais c'est moi seul qui agis dans l'âme. Ici, la misère de l'âme rencontre le Dieu de Miséricorde. Dis aux âmes qu'à cette source de Miséricorde elles ne puisent qu'avec le vase de la confiance.

 

Lorsque leur confiance est grande, il n'y a pas de borne à mes largesses. Les torrents de ma grâce inondent les âmes humbles. Les orgueilleux seront toujours dans la misère et la pauvreté car ma grâce se détourne d'eux pour aller vers les âmes humbles. " (§ 1602)

 

 

Joël a nommé son péché, faut-il toujours reconnaître son péché ?
Dans la confession on s’allège


L’Esprit Saint vient nous habiter pour faire le bien, il nous aide à rendre confiance en Dieu.
 

« Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux ».
Notre trésor, c’est la paix du cœur à l’école de la confession.
La confession nous fait grandir.

 

Les jeunes illustrent le témoignage par la mise en scène de la parabole du bon samaritain.

 



Fermer