Le Pape aux évêques italiens:être à contre-courant

Le Pape appelle les évêques italiens à être à contre-courant

Le Pape appelle les évêques italiens à être à contre-courant

 

Pape François Pape François   (RV) « Notre vocation chrétienne et épiscopale est celle d’aller à contre-courant » : le Pape François s’est adressé aux évêques italiens lundi après-midi dans la salle du synode du Vatican à l’occasion de leur 68e assemblée générale. C’est par le biais de réflexions générales que le Pape leur a adressé quelques critiques indirectes. Son discours était centré sur ce qu’est la « sensibilité ecclésiale » que doivent posséder les évêques. Les précisions de Xavier Sartre

 

C’est par l’humour que François a débuté cette rencontre. Revenant sur l’évangile de Marc lu précédemment, dans lequel l’évangéliste insiste sur le fait que Marie-Madeleine a abrité sept démons, le Pape s’est alors exclamé : « et moi, combien en ai-je accueillis ? et je me tais ». S’il a remercié son auditoire pour avoir choisi comme thème de cette rencontre son exhortation apostolique « Evangelii Gaudium », il n’a pas hésité à brosser le portrait du bon évêque. Autrement dit, celui qui doit être témoin joyeux du Christ Ressuscité pour transmettre joie et espoir aux autres.

 

« Il nous est demandé de consoler, d’aider, d’encourager sans aucune distinction tous nos frères oppressés sous le poids de leur croix, les accompagnant, sans jamais se fatiguer, d’agir pour les soulager avec la force qui nous vient seulement de Dieu ». C’est pourquoi, a regretté le Pape, « c’est une mauvaise chose que de voir une personne consacrée abattue, démotivée ou éteinte : elle est comme un puits où les gens ne trouve plus d’eau pour se désaltérer. » 

 

Mais le cœur de la réflexion du Pape ce lundi était cette « sensibilité ecclésiale », autrement dit « l’appropriation des sentiments mêmes du Christ, à savoir l’humilité, la compassion, la miséricorde, le caractère concret, la charité concrètedu Christ, et la sagesse ». Le Pape a alors rappelé aux évêques italiens quelques-uns de leurs devoirs : celui d’oser « dénoncer et combattre une mentalité diffuse de corruption publique et privée qui est parvenue à appauvrir, sans aucune honte, des familles, des retraités, d’honnêtes travailleurs, des communautés chrétiennes, jetant les jeunes systématiquement privés de tout espoir concernant leur futur, et surtout marginalisant les faibles et les personnes dans le besoin ». C’est pourquoi il est primordial que les évêques sortent vers le peuple de Dieu pour « le défendre des colonisations idéologiques qui lui enlèvent l’identité et la dignité humaine ».

 

Autre travers dénoncé par le Pape : la propension à rédiger des documents abscons qui privilégie « l’aspect théorico-doctrinal abstrait ». Il faut au contraire « poursuivre l’effort de les traduire en propositions concrètes et compréhensibles ».

François invite également l’épiscopat italien à laisser toute leur place aux « laïcs disposés à assumer les responsabilités qui leur incombent ». Bien plus que d’un évêque-pilote, « ils ont besoin de l’évêque-pasteur ».

 

Le Pape ne manque pas non plus de fustiger la manière dont sont gérés les programmes diocésains, notamment « quand on organise une conférence ou un événement qui met en évidence les voix habituelles, et qui intoxique les communautés, homologuant les choix, les opinions et les personnes, plutôt que de se laisser porter vers ces horizons où l'Esprit Saint nous demande d'aller ».

 

Enfin, le Pape s’est inquiété d’un phénomène qui démontre selon lui de l’absence de sensibilité ecclésiale : celui qui consiste à laisser « vieillir autant d’instituts religieux, de monastères et de congrégations, au point qu’il n’y ait plus de témoignages évangéliques fidèles au charisme fondateur. » « Pourquoi n’essaie-t-on pas de les unifier avant qu’il ne soit trop tard ? ».

Si le Pape a bien tenu à souligner que ces réflexions lui sont venues après avoir accueilli tant de délégations d’évêques du monde et s’être rendu compte que ces problèmes sont mondiaux, c’est bien aux évêques italiens qu’il s’est adressé, les laissant débattre et poser toutes les questions qu’ils voulaient.

Radio-Vatican 19 mai 2015

Fermer