Actes des apôtres chapitre 16-17

D’Antioche à Philippes, Athènes et Corinthe.

Actes_16-0133[1] Actes_16-0133[1]  Une nouvelle étape commence ici. Paul quitte Antioche et n’y mettra plus les pieds. Il se sépare de Barnabé sur un différend mineur, car il refuse de reprendre Jean-Marc qui les avait quittés à Pergé. Il s’adjoint un nouveau compagnon, Silas. Ils visitent les communautés du premier voyage : Derbé, Lystres, où il s’adjoint Timothée, de mère juive et de père païen ; il sera circoncis. Après Iconium, Paul s’oriente à l’ouest, mais pas vers Ephèse, où l’Evangile a déjà été implanté.

 

Pour Luc, c’est l’Esprit Saint qui impose sa route. Il est difficile de savoir si des évènements matériels ont influencé l’itinéraire (par exemple la pluie, ou une route montagneuse peu sûre). C’est probablement une interprétation spirituelle qui voit l’œuvre de l’Esprit dans les évènements. Telle est la conviction fondamentale de l’auteur des Actes. Paul emprunte une voie romaine en diagonale qui le mène à Troas. Le songe d’un macédonien qui l’appelle entraine la décision d’embarquer pour Philippes.

 

A cette époque, c’est toujours un territoire romain : la Macédoine. Aujourd’hui, nous sommes davantage sensibles au passage de l’Asie vers l’Europe, impression que ne pouvait pas avoir Paul. Selon son habitude, Il se dirige vers la grande ville de la région : Philippes (ville de Philippe père d’Alexandre le grand). Beaucoup des habitants sont d’anciens vétérans des légions romaines. Paul y rencontre une petite communauté juive qui, faute d’un nombre suffisant d’hommes n’a pas de synagogue. Paul rejoint un groupe de femmes réunies pour la prière auprès d’une rivière. Parmi elles, Lydie, commerçante de tissus pourpre, originaire de Thyatire, entend la Bonne Nouvelle. Elle est baptisée et offre l’hospitalité aux missionnaires. Elle sera plus tard destinataire de la lettre aux Philippiens.

 

Un incident se produit à propos d’une servante diseuse d’avenir, ce qui était rentable pour son propriétaire. Paul et son équipée sont arrêtés et emprisonnés. Survient un tremblement de terre, fréquent dans la région. Il fissure la prison, mais personne ne cherche à s’échapper. La prédication auprès de la famille du geôlier entraine leur adhésion et le baptême (comme pour Pierre à Césarée). Paul revendique sa citoyenneté romaine et les droits afférents. Les édiles doivent faire amende honorable pour leur bavure policière. Cependant les missionnaires doivent quitter la ville, en direction Thessalonique.

 

Les Juifs de la synagogue ne laissent pas de répit à Paul qui doit à nouveau s’enfuir. La prédication de Paul à la synagogue explique que Jésus est le Messie, selon les Ecritures. Paul doit s’enfuir et rejoindre Bérée. Bien accueillis, il est encore poursuivi par des Juifs. De là, Paul arrive à Athènes. Dans cette ville au passé prestigieux, Paul se lance dans une éloquente homélie, mais l’annonce de la résurrection de la chair le discrédite, pour des motifs philosophiques : on ne peut aspirer à la lumière céleste et vivre dans la chair. Il se dirige vers Corinthe. La 1ère aux Corinthiens explique son état d’esprit : “je n’ai rien voulu savoir, sinon Jésus crucifié…” Paul insiste là où ça bloque. Il rédige une lettre aux Thessaloniciens qu’il a quittés précipitamment. Paul demeure un an et demi à Corinthe avant d’aller vers Ephèse.

Article publié par Emile Hennart - Maison d'Evangile • Publié • 200 visites