Homélie de Mgr Leborgne à Amettes

Dimanche 8 mars 2023, Monseigneur Leborgne, évêque d'Arras, présidait la messe télévisée, en direct sur France 2. Le Jour du Seigneur avait choisi Amettes, village natal de Saint Benoît Labre, pour cette messe du 2ème dimanche de Carême.

Homélie de Mgr Leborgne – 2ème dimanche de Carême – Amettes, 5 mars 2023

Gn 12,1-4a   Ps 32   2 Tm 8b-10   Mt 17,1-9

 

Nous avons une chance inouïe, ou plus exactement une grâce incroyable : en Jésus, nous savons ce que beaucoup ne savent pas. Dieu est sauveur. En Jésus-Christ, Dieu vient assumer notre vie jusque dans ses impasses, jusque dans ce qui nous défigure, nous dévitalise et nous déshumanise, jusque dans la mort, pour la saisir dans sa résurrection, y faire jaillir la puissance de sa vie plus forte que la violence et la mort, de son amour vainqueur de tout mal. « Notre Sauveur, le Christ Jésus, s’est manifesté : il a détruit la mort, il a fait resplendir la vie et l’immortalité par l’annonce de l’Evangile », nous disait Saint Paul dans la deuxième lecture de ce jour. Vous l’avez bien entendu, l’apôtre ne parle pas au futur. C’est notre actualité, celle dont nous faisons mémoire à chaque eucharistie et dont nous venons nous nourrir.

 

Dans le fait de croire, il y a ainsi toujours une profonde gratitude. Une gratitude qui dilate le cœur, élargit les horizons, restaure l’espérance. Une gratitude qui désire le salut pour tous car elle sait que Dieu veut ce salut pour tous. Ainsi, pour les baptisés, l’évangélisation n’est pas une option. Elle est déjà débordement de gratitude.

 

Mais c’est là que l’apôtre introduit une donnée qui pose problème. L’Evangélisation est aussi souffrance. « Fils bien aimé, avec la force de Dieu, prends ta part des souffrances liées à l’annonce de l’Evangile ». Comment comprendre ?

 

Il y a sans doute que le monde - qui attend de tout son être un salut - dans le même temps, semble ne pas en vouloir. L’amour sauveur est une force politique de contestation insoupçonnée de tous les individualismes, appropriations et autres dominations. Elle bouscule les logiques établies.

 

Il y a évidemment aussi que nous ne sommes pas nous-mêmes ajustés à l’Evangile que nous annonçons. La mission est toujours conversion. Les lectures de ce jour éclairent ce point de manière stimulante :

 

  • A la suite d’Abraham, Père des croyants, nul ne peut être disciple missionnaire s’il ne quitte son pays, sa parenté, s’il n’accepte d’être désinstallé par Dieu qui le surprendra toujours au-delà de ce qu’il peut penser ou imaginer et l’ouvrira toujours à plus large et plus profond. La crise des abus a révélé une Eglise installée. Le Seigneur veut refaire de son Eglise une bénédiction pour le monde, selon les mots mêmes prononcés sur Abraham dans la première lecture. Pour cela, elle doit accepter d’être toujours en chemin et de ne chercher sa sécurité que dans l’Evangile. Au bout du compte, le seul réalisme qui compte, c’est Jésus mort et ressuscité. C’est de là que nous pouvons toujours être en chemin vers Dieu. C’est de là que nous pouvons regarder le monde à la manière de Dieu et nous engager pour les plus démunis. Seul réalisme qui compte…

 

  • Dieu ne nous met pas en mouvement pour nous perdre mais bien pour nous mener au lieu de notre salut. « Va vers les pays que je te donnerai. » Nous avons la grâce incroyable de savoir quel est l’objectif de cet appel. Ce lieu, c’est quelqu’un. C’est Jésus. Vivre de Jésus. Nous laisser humaniser par Jésus et nous laisser diviniser dans la grâce de l’Esprit. Tel est le chemin à prendre dès aujourd’hui. Nul ne peut vivre de Jésus ni témoigner de lui sans se mettre sans cesse en route vers Jésus et avec Jésus.

 

  • C’est d’ailleurs la révélation de la transfiguration : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j’ai mis toute ma joie, écoutez-le », déclare la voix du Père dans l’Evangile. Pour participer à la transfiguration définitive que Dieu veut pour tous, la plénitude de sa vie en nous, il faut écouter Jésus-joie-de-Dieu. Dans les Evangiles, le récit de la transfiguration est inséré entre deux annonces de la Passion. Le message est clair. Pour suivre Jésus, plénitude de la gloire du Père, pour être missionnaire, il n’y a pas d’autre choix que de le suivre sur les chemins de la Croix et de laisser l’Esprit Saint nous unir à lui pour qu’il nous entraîne dans son offrande au Père.

 

 

Fils bien aimé, avec la force de Dieu, prends ta part aux souffrances de l’annonce de l’Evangile. Nous comprenons mieux. Et nous savons que la force de Dieu, l’Esprit Saint, nous est donnée.

 

Saint Benoît Joseph Labre a cherché longtemps son chemin. Il a fallu de nombreux échecs pour qu’il découvre que sa « vocation sainte » était l’appel d’Abraham. Toujours sur les chemins (il a parcouru une bonne partie de l’Europe à pied), il s’est laissé façonné par son Seigneur et il a été libéré de ses scrupules de jeunesse pour découvrir la miséricorde infinie de Dieu. D’églises en églises, il passait des heures à adorer son Seigneur dans le saint Sacrement. Cela ne l’a pas éloigné du monde, bien au contraire, cela l’a incroyablement rapproché des pauvres. A tel point que, quand il est mort, tous les pauvres de Rome l’ont reconnu saint et ont exigé sa reconnaissance comme tel par l’Eglise.

 

Benoît Labre. Figure d’une Eglise en chemin, toujours en pèlerinage comme le rappelle une tradition que nous avons peut-être oubliée, en perpétuel appel et exode. Et si les personnes exilées qui traversent notre territoire nous rappelaient quelque chose de l’identité chrétienne ? Et que de ce point de vue, elles étaient aussi une parole que le Seigneur nous adresse aujourd’hui ?

 

Seigneur, dans la force de l’Esprit, par l’intercession de Saint Abraham et de saint Benoît Joseph Labre, donne-nous de participer résolument à l’activité missionnaire de l’Eglise, dans la gratitude et la conversion.

 

« Relevez-vous et soyez sans crainte » nous dit ton Fils au terme du récit la Transfiguration.

 

Que le Seigneur soit béni !

 

+ Olivier Leborgne

 

 

 

 

Replay de la messe du 5 mars : https://www.lejourduseigneur.com/messes/pere-philippe-demeester-engage-aupres-des-migrants

 

Revoir l’interview du P. Philippe Demeestere, précédant la messe : https://www.lejourduseigneur.com/revoir-lemission/pere-philippe-demeester-engage-aupres-des-migrants

Article publié par Service Communication • Publié • 685 visites