Les étapes du catéchuménat

Qu'y a-t-il derrière ce mot : catéchuménat

PAROISSE SAINT FRANCOIS D’ASSISE

 

Le catéchuménat

 

            D’année en année le catéchuménat prend sa place au sein de l’Eglise et par conséquent catechumenat catechumenat  dans notre diocèse, notre paroisse. Il devient un élément de notre tradition. Mais qu’y a-t-il derrière ce mot un peu mystérieux ?

 

            Pour ce qui est au service de cette pastorale, il y a d’abord l’œuvre de l’Esprit Saint qui souffle un vent nouveau et qui, à chaque fois, nous surprend. Chaque année, des adultes, en moyenne âgés de 25 à 35 ans, frappent à la porte de l’Eglise pour des raisons diverses : mariage, parrainage, mais aussi et surtout, poussés par un désir inconnu de recevoir le baptême. En réalité, chacun ignore que l’Esprit les conduit à rencontrer le Christ et c’est à ce moment que commence le long cheminement de découverte qui durera entre une et deux années.

 

            Chaque catéchumène est accompagné par un aîné dans la foi. Entre eux naît une réelle complicité, une fraternité, non pas une relation d’un enseignant à son élève, même si cet aspect fait partie de cette relation, mais d’un croyant qui, par son témoignage de foi donne envie au catéchumène de découvrir et de vivre de la  joie d’être chrétien. De plus, dans la paroisse, chaque mois, se rencontrent catéchumènes et accompagnateurs pour partager leurs expériences, confronter leurs idées. Tout ce cheminement prend, bien sûr, sa source dans la Parole de Dieu. L’Evangile est au centre de chaque rencontre. Nous pouvons affirmer qu’ensemble nous avançons et nous nous enrichissons mutuellement.

 

            Après un petit temps de discernement (car chacun est libre de quitter à tout moment, sans subir de pression, de jugement), le catéchumène fait son entrée en Eglise au cours de la messe du dimanche. Après ce long parcours, viendra le jour de l’appel décisif où le Père Evêque appelle individuellement chaque candidat. Entre cet appel qui se déroule le 1er dimanche de Carême et le moment de son baptême à la veillée pascale, se déroulent trois scrutins, c’est-à-dire le temps de l’illumination, de la conversion. Une fois baptisé, le catéchumène devient néophyte, une plante fragile qui a besoin du soutien de toute la communauté.

 

            A moins d’accompagner ces jeunes adultes, il est difficile de se rendre compte du décalage dans nos coutumes, nous les « vieux chrétiens », et ces hommes et femmes qui entrent dans l’Eglise comme par la petite porte. Entre eux et nous, il y a comme une autre culture. Nous baignons souvent depuis notre enfance dans une atmosphère religieuse, à travers nos liturgies, nos traditions….. Tout cela est pour eux tellement lointain, mystérieux. Difficile pour eux de s’intégrer, et pourtant, l’Eglise de demain est bien là. Posons-nous la question : comment les accueillons-nous ? Prions-nous pour eux ? Sommes-nous prêts à faire un bout de chemin avec eux, surtout après le baptême, plutôt que de nous étonner de ne plus les voir pour certains d’entre eux ? Puisque l’Esprit nous les envoie, toute la communauté est responsable de leur vie en Eglise. Quelle formidable expérience de vivre en leur compagnie ! Ils nous poussent dans les retranchements de notre foi. Alors rendez-vous à la nuit de Pâques et soyons dans la joie !

 

                                                                                                                      Albert Caby, diacre

Ci-dessous quelques photos de la veillée pascale 2014

Article publié par Chantal Erouart - • Publié • 2301 visites