Bénédiction de Domitille

Cathédrale de Saint-Omer

2017-2-26- Benediction cloches cathedrale Saint-Om 2017-2-26- Benediction cloches cathedrale Saint-Om  

Le 26 février, pendant la messe dominicale, Mgr Jaeger a béni Domitille, la nouvelle cloche de la tour de la cathédrale de Saint-Omer. Le vocable Domitille évoque Domita, la mère de l'évêque Audomar.

La cérémonie suivait un rituel très précis. L'évêque a demandé à Bernard Delrue, vice-président de l'association des Amis de la cathédrale, le nom de baptême de la nouvelle cloche et même des deux autres cloches qui étaient suspendues dans le chœur, Jeanne et Omer. Il les a ensuite bénies. Il a enfin donné le premier coup de mailloche. L'abbé Laurent Boucly, doyen de la Morinie dont le patronyme figure sur Domitille à côté de celui de Mgr Jaeger, a donné le deuxième coup de mailloche au nom de Mgr Lori, archevêque de Baltimore, parrain de la cloche.

 

Les cloches d'une église sont un symbole de vitalité. Elles chantent le Christ ressuscité et nous remplissent d'espoir. Elles sont un signe dans la cité : un signe de joie et aussi un signe de peine. La restauration d'une église et en particulier d'un carillon est une attention au patrimoine chrétien et à celui de la ville.

 

De nombreux paroissiens présents 

 

Les Audomarois sont venus nombreux pour saluer leur cathédrale qui retrouvera bientôt sa voix, signe de l'Eglise dans la cité. Ces cloches invitent tout le monde à rejoindre la famille des fidèles. Elles sonnent aussi à l'occasion des joies et des souffrances. Le son des cloches fait partie de nos traditions. Par exemple, les villageois ne veulent pas supprimer les sonneries de l'angelus à 7 h et 19 h. Mgr Jaeger a expliqué qu’un clocher a des fonctions insoupçonnées dans une commune. On sait rarement que, depuis 1905, le clocher a un usage civil. Toutes les mairies disposent des clés du clocher. Elles ont besoin de s’assurer du bon fonctionnement de l'horloge. Elle doit disposer des cloches pour annoncer un péril imminent. Les cloches doivent également accueillir le Président de la République en cas de visite dans la cité. 

« Nous souhaitons que de façon heureuse et joyeuse, a conclu Mgr Jaeger, notre cathédrale soit un signe d'une Eglise heureuse et joyeuse, et le signe d'un Amour dont la monde a tant besoin.»

 

Homélie de Mgr Jaeger

 

L'Evangile du jour était celui des lys des champs et des oiseaux du ciel (Mt 6, 24-34). Selon Mgr Jaeger, si les candidats aux élections suivaient cet Evangile, ils renonceraient tout de suite : si Dieu s'occupe de tout, pas besoin d'élus. Quand Jésus parle, il propose la lumière et la vie, il trace un chemin au milieu d'un terrain difficile. Un mot se trouve au cœur de l'Evangile : servir. En affirmant que l'on ne peut pas servir Dieu et l'argent, Jésus ne dit rien d'autre que l'argent est à notre service et non l'inverse.

« Se servir de l'argent est une bonne chose, précise Mgr Jaeger. Il est dramatique de ne pas pouvoir, selon l’expression habituelle, "gagner sa vie". Servir l'argent, c'est autre chose. On peut devenir esclave des moyens matériels qui sont abondamment proposés. On s'aperçoit à quel point les objets connectés - téléphones, tablettes, écrans d'ordinateur, etc. - nous transforment en esclaves. On parle d'addiction aux instruments de communication. »

 

Quand Jésus fait une comparaison avec la nature, c'est pour dire que la préoccupation fondamentale est d'installer l'amour au cœur de notre vie à travers le regard que nous portons sur l'humanité. « Notre Eglise est le signe et l'instrument du salut de Jésus Christ, a déclaré Mgr Jarger. Elle donne cette lumière pour guider notre marche dans l'obscurité. Cette Eglise signale la vie nouvelle que Dieu nous donne. Nous mesurons combien nous avons besoin de cette force. Que cette Eglise soit de plus en plus signe de l'amour de notre Dieu. Une cloche d’église a un rôle à jouer dans cette mission. »

 

Article publié par Association diocésaine d'Arras • Publié • 723 visites