Désert fertile présenté à l'Atria

Année de la vie consacrée : témoignage

.

« Désert fertile » ou Rêver de créer des oasis en plein désert pour l’amour d’un « Juif » !

Le dimanche 29 mars, ils étaient nombreux à se retrouver à l’Atria, à Arras afin de découvrir « Désert fertile », une pièce de Jean-Marc Liautaud présentée par Claire Galopin et Bruno Durand.

Désert fertile 3 Désert fertile 3  Une heure quinze de bonheur, émotion, désir d’intériorisation, enthousiasme, explosion de joie. Divers sentiments étaient bien au cœur de ceux et celles qui étaient présents. On pouvait entendre : « La pièce était très touchante par moment, en plus ce n'était pas ringard du tout. Le tout dans un langage actuel. » Une belle présentation de la Vie Religieuse, pleine d’humanité, de discernement, d’amour, livrant un trésor par les paroles de cette jeune : « Etre religieuse, cela veut juste dire choisir une nouvelle famille, s’associer autour du même appel… une vie pleine de solidarité… M’asseoir chaque jour, une heure, au bord du puits, en silence avec Jésus ».

 

Une pièce de théâtre fertile en réflexions.

Cinq ans d’approfondissement pour une décision irrévocable, devenir religieuse, alors qu’une carrière de très haute technicité s’offre à Juliette, l’héroïne de cette pièce.

C’est le parcours d’une fille comme les autres qui, après plusieurs années d’aumônerie, de contacts pendant ses stages avec des communautés religieuses de carmélites engagées dans le social, se rend compte que c’est dans le silence que l’on découvre Dieu qui nous attend dans les choix de notre vie.

C’est le dialogue compliqué entre la fille et son père, sur lequel Juliette cherche à s’appuyer, pour annoncer à sa famille son entrée au noviciat.

Plus tard, alors que le père rejoint sa fille dans ses projets de « vie communautaire », celle-ci dérape dans sa mission, elle se sent en échec. Dieu ne lui parle plus dans le silence. Elle se pose la question de quitter la vie religieuse.

Son père lui révèle alors que ce type de dérapage, ce type de désert, il l’a connu, lui aussi, dans sa relation avec sa femme. Juliette perçoit alors en relisant le chapitre 10 de la 1ère Lettre de Saint Paul aux Corinthiens que chacun peut vivre des déserts mais que chacun d’eux peut être un « désert fertile ».

 

Une pièce écrite par un théologien Jean-Marc Liautaud, à l’initiative de la Congrégation des sœurs de la Providence de la Pommeraye en Anjou pour fêter l’anniversaire de leur fondation.

Cette pièce souligne comment la Vie Religieuse peut interpeller et éclairer la vie de tout chrétien, et notamment celle des jeunes. Le cheminement spirituel et affectif des deux personnages rend le propos universel pour chacun sur les thèmes de l’engagement, de l’écoute, de l’humilité, de la fécondité de l’accompagnement, de l’amour dans la vérité.

Claude (célibataire), Joëlle (mariée, mère de famille), Odile (religieuse)

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 597 visites

Fermer