Ils s’appellent Jean-Pierre, Mathilde, Jessy ou Mansoura. Ils ont 32 ans, 20 ans, la cinquantaine ou sont plus âgés encore. Ils étaient 52 catéchumènes présents ce dimanche 5 mars à Amettes pour vivre l’appel décisif, ultime étape avant qu’ils ne soient baptisés au cours de la prochaine nuit de Pâques. Ce soir-là, ils seront aussi confirmés et s’approcheront pour la 1ère fois de la table du Christ.

Certains étaient accompagnés de leurs enfants qui seront eux aussi baptisés : une belle image de l’intergénérationnel et d’une église qui s’adapte aux personnes et aux demandes d’aujourd’hui !

 

Tôt le matin, bravant la tempête et la pluie, des dizaines de personnes les accompagnaient : parents, amis, accompagnateurs. Après un petit café bienvenu, c’est à l’église que la journée prit son envol avant que tous ne soient dispersés en ateliers. Là, ils ont pu entendre le témoignage d’autres chrétiens, engagés depuis longtemps ou ayant eux-mêmes été baptisés ou confirmés plus récemment. Ils ont pu découvrir des récits d’expérience et de vie tantôt bien éloignés de la leur, tantôt venant en écho à leur propre vécu. Se rendre compte aussi surtout combien il y avait de manières diverses de vivre l’Evangile au quotidien.

 

Un autre atelier permettait de faire davantage avec leur évêque, toujours ravi de présider une telle journée. Là, ils se sont sentis non seulement accueillis tels qu’ils sont mais surtout dépositaires d’une mission : « Vous êtes de jeunes poussent tendres. Nous avons besoin de vous. Prenez votre place dans l’église et si on  ne vous la donne pas, dites que votre évêque vous le demande ! » « C’est quoi être chrétien ? Ce n’est pas seulement aller à la messe, mais laisser l’Evangile inspirer notre action. »

 

Un dernier atelier permettait de méditer sur un récit d’appel, comme pour mettre en avant que c’est toujours une interpellation, un évènement, une personne qui nous met ou remet en route.

Car aux côtés des catéchumènes, il y avait aussi de nombreux autres adultes, baptisés enfants, mais qui se sont réveillés à  la foi plus tard : à l’occasion d’un deuil, d’une naissance, d’une demande en mariage, d’une rencontre particulière…

Au début de la célébration l’après-midi, ceux-ci ont donc été invités à s’avancer pour recevoir de l’évêque une écharpe blanche, en souvenir du baptême reçu, tandis qu’à l’appel de leur nom, chacun des catéchumènes s’est levé en répondant « Me voici ! ». A leur tour, ils ont reçu une écharpe mauve, couleur du carême et symbole de ce temps de l’ultime conversion avant qu’ils ne reçoivent les sacrements de l’initiation chrétienne.

Une belle journée qui restera un moment fort sur le chemin de chacun.

 

Sébastien VEREECKEN



Fermer