Le message de Noël de Monseigneur Jaeger

L'évêque d'Arras s'adresse aux habitants du Pas-de-Calais et aux fidèles

Le 20 décembre 2018

 

 

MESSAGE DE NOËL 2018

 

Quelques jours nous séparent de la fête de Noël.  Je souhaite à tous les habitants du Pas-de-Calais, aux fidèles qui rempliront nos églises, d’accueillir la joie qu’éveille dans tous les cœurs la célébration de la venue du Fils de Dieu dans la pauvreté et le dénuement d’une étable.

            Avec vous, je me réjouirai de l’émerveillement des enfants, des rassemblements familiaux, des cadeaux échangés, des tables élargies, des réconciliations acceptées.

            Avec vous, je me souviendrai que si Dieu que l’on proclame tout-puissant se fait si fragile, notre attention et nos cœurs le retrouveront là où l’humanité risque de se briser. Je le rechercherai dans le frère sans ressources, sans travail, sans toit. Je le découvrirai dans cet inconnu différent, ignoré, méprisé, isolé, oublié, malade, étranger, pourchassé, prisonnier, persécuté. Je me mettrai en quête de Dieu là où nous ne voudrions surtout pas Le voir et nous laisser rencontrer par Lui.

            Avec vous, je n’oublierai pas les hommes, les femmes, les jeunes et les enfants venus de loin crier leur désespoir et leur espérance sur notre littoral. Rien ne serait plus grave que de faire comme s’ils n’existaient pas ou déjà plus. Pour eux aussi brille la lumière de Noël ! Qui l’entretiendra sans qu’elle ne s’éteigne ?

Avec vous, je me laisserai regarder et aimer sans être jugé, condamné, rejeté. Je comprendrai que le bambin de la crèche ouvre soudain les portes de l’avenir. C’est lui qui en détient les clés. Quand l’amour ouvre largement les bras, tout devient possible. Le petit enfant de Bethléem nous le dit, nous le montre.

            Dans ces temps où jaillissent du sein de notre société des cris d’insatisfaction, de révolte, d’indignation, de revendication, il nous est bon, presque nécessaire de fêter Noël. Il ne s’agit pas d’oublier, un instant, une réalité triste et morose, mais de trouver une force, un élan qui donneront à chacun le désir et le goût de se réaliser soi-même en prenant soin de tous.

            Nous associons souvent à Dieu les attributs de la grandeur. Il s’en dépouille librement au point de n’avoir que son Amour à offrir et à partager. En suivant le même chemin, nous serons prêts à relever les défis de notre époque. Nous ne les affronterons certainement pas en faisant uniquement l’inventaire de nos requêtes individuelles, collectives, nationales, exigeant de toutes les formes de pouvoir leur satisfaction immédiate, intégrale et exclusive. Nous mènerons le bon combat si le service de l’être humain passe par les renoncements et les engagements utiles et féconds qui rendent chacun disponible et indispensable pour le bien-être de tous nos semblables. Nous découvrons mieux la nuit de Noël qu’ils sont nos frères.

Noël arrive à point nommé en ce 25 décembre 2018 !

 

 

                                                                                   + Jean-Paul JAEGER

Article publié par Association diocésaine d'Arras • Publié • 1125 visites

Fermer