Saint Vaast, patron du diocèse d'Arras

patron du diocèse d'Arras

 

St Vaast et l'ours St Vaast et l'ours  Près de l'abbaye trappistine de Belval dans la région de saint Pol sur Ternoise, à l'entrée de l'église de Troisvaux, un bas relief représente un évêque avec, à ses pieds, un ours bien docile. Il s'agit d'une légende magnifique qui résume sous forme imagée et symbolique une réalité importante. Nous sommes en l'an 500, il y a quelques mois, à Noël 499, Clovis, roi des francs a été baptisé à Reims. Nous ne connaissons rien des origines de Vaast: sans doute est-il né dans une famille noble gallo-romaine. Il se sent appelé à devenir moine-ermite. Il vit retiré dans la région de Toul. Mais il vient en aide aux malades qui le sollicitent. Il apprend aussi à lire. C'est ainsi qu'il se retrouve appelé à une vie publique. Quand Clovis passe à Toul pour se rendre à Reims, on l'invite à rencontrer Vaast. C'est ainsi qu'il donne les premiers enseignements sur la foi chrétienne, avant Rémi. La guérison d'un Bapteme de clovis Bapteme de clovis  aveugle, sur la route de Reims est peut-être une manière de parler de l'ouverture de Clovis à la foi chrétienne. C'était après la victoire de Tolbiac, où Clovis avait fait de vœu de se convertir au Dieu de Clotilde son épouse, s'il gagnait la bataille.

 

A Reims, Rémi confie l'éducation chrétienne de Clovis à Vaast. Éducateur de la foi et conseiller du pouvoir se font ensemble. Bientôt Vaast est consacré évêque et envoyé plus au Nord du Royaume: à Cambrai et Arras. Arras est un pays mal géré, pillé et ravagé par les barbares. L'histoire pieuse rapporte que Vaast entrant dans les ruines d'une église se trouve face à un ours. Vaast le fait reculer et retourner dans la forêt. C'est une manière pour le biographe religieux de dire que le paganisme recule en présence du nouvel évêque. Vaast guérit aveugles et boiteux. Il apporte l'espérance chrétienne à toute une population broyée dans la misère. Elle devient capable de voir la vérité et de marcher dans la foi. Il fait rebâtir églises, maisons et granges. L'église d'Arras sera mise sous le vocable de Marie. Vaast cherche des bâtisseurs Clovis Clovis  et des collaborateurs. Évêque il les ordonne prêtres pour aller dans les campagnes baptiser, prier et enseigner.  Mais à peine partis ailleurs, le peuple retourne au paganisme. En quarante ans de présence Vaast évangélise son diocèse. Il devient le patron de l'Église qui est à Arras. 73 églises comme celle de Troisvaux portent son nom. Il est fêté le 6 février... C'est jour de fête pour tous ceux et celles qui participent à porter l'Évangile du Christ aux quatre coins du diocèse..

Deux vitraux de l'église Saint Nicolas évoquent la présence de Vaast.

 

Invitation à lire : Clovis, de Michel Rouche chez Fayard, mars 1996


Rémi et Clovis

 

 

Rémi est né vers 437. C'est un gallo-romain. Les invasions des barbares, huns et vandales avaient dévasté Reims en 406-407. dans le Nord-est de la France, l'empire romain recule. Les gens pauvres ne peuvent compter que sur les évêques pour ne pas désespérer.

Rémi est un homme cultivé, recherché pour être évêque à cause de ses connaissances et de sa piété. De l'ancienne Belgique deux provinces sont nées avec comme capitales Trèves et Reims. A Reims Rémi prêche, mais on vient le chercher davantage pour régler les "petites histoires" de propriété et de succession. Rémi est connu pour avoir de l'influence sur les chefs de clan. Les francs, païens, ont pris le pouvoir sur Rome. Par exemple, Childéric, petit fils de Mérovée, vainqueur d'Attila le hun. Lorsque Childéric meurt, Rémi choisit son fils, Clovis qu'il reconnaît intelligent et courageux. C'est à lui qu'il demande de défendre l'Église. Il le lui écrit, lui demande d'être à l'image de son grand-père. Clovis le choisit comme son conseiller. Quand des bandes franques pillent les églises, Clovis demande la restitution des biens (cf. l'épisode du vase de Soissons).

Le Royaume des francs s'étend vers la Loire. Alliances et mariages font grandir le royaume.  Ainsi en est-il de son mariage avec la catholique burgonde Clotilde. Elle prie pour la conversion de Clovis. Lors d'une bataille indécise contre les Alamands, Clovis aurait fait la promesse de se choisir le dieu de son épouse. Demande de baptême pour la noël 498. Ainsi commence la relation entre Clovis et Vaast, choisi pour être son éducateur dans la foi. Clovis invite ses soldats à se convertir. En retour, Clovis a l'appui du clergé.... C'est ainsi que le pays des francs devint la fille aînée de l'Eglise.

 


 

 

L'Abbaye Saint Vaast d'Arras

 

Une quinzaine d'années après la mort de Saint Vaast, l'Église d'Arras perdit son évêque et fut rattachée pour un demi millénaire au diocèse de Cambrai. Et lorsqu'au VII ème siècle, l'évêque Aubert fit transporter le corps de Saint Vaast dans une chapelle bâtie au delà de la rivière Crinchon, il donnait naissance du même coup à un monastère. Celui-ci devint le cœur de la vie spirituelle et de l'Évangélisation en Artois. Le palais saint Vaast et la cathédrale Arras - cathédrale  
Le palais saint Vaast et la cathédrale
Le palais saint Vaast et la cathédrale
Autour d'elle se développa la ville d'Arras. L'abbaye Saint Vaast adopte la règle bénédictine au X ème siècle et devient florissante. Elle contribue à faire d'Arras une ville d'art et de culture. En effet, dans la cité qui grandit sur le territoire abbatial, se développe l'industrie du drap, qui se transformera à la Renaissance en ateliers de tapisseries. Une production qui s'exporte loin à l'étranger. Au point qu'en Italie, les tapisseries se disent des " arazzi ". L'abbaye, qui avait souffert des dévastations bourguignonnes, françaises et espagnoles... fut reconstruite entièrement au XVIII ème siècle. C'est ainsi qu'on la voit aujourd'hui : un édifice de plus pur style classique (220 mètres de long sur 80 de large). L'église abbatiale est devenue la cathédrale d'Arras, le palais était devenu résidence de l'évêque et lieu du séminaire, depuis Napoléon. Après 1906, les locaux sont investis par les administrations (trésorerie). Une partie abrite aujourd'hui  le musée des Beaux-Arts et la médiathèque municipale

 

 

 

Article publié par A. Lieven - Gestionnaire technique du site internet du Diocèse • Publié • 37199 visites

Fermer
Fiscalité et générosité
Comment je peux soutenir la mission de l'Église en réduisant mes impôts.
En savoir plus
sur les dons IR et ISF