Charte du vivre ensemble

Une engagement pris par des jeunes, au service de la société

 

 La charte du vivre ensemble signée par les jocistes

 

Lors du rassemblement national à Bercy, le 3 mai 2003, les jocistes étaient plus de 15.000 venus de toute la France.  Journée de fête et d'espérance, une journée sous le signe du "vivre ensemble": on est fait pour s'entendre. Témoignages, confrontations d'expériences, tables rondes. La présence de nombreuses associations et la visite des personnalités les ont conforté dans leur choix de vie: avec nos différences, pour un monde fraternel qui respecte tout homme et femme quelle que soit sa culture, sa couleur de peau. 

 

La charte

 

Vivre ensemble en harmonie est aujourd'hui une nécessité pour que chacun existe et prenne sa place au sein de la société. Cette conviction nous vient de notre projet: que chacun puisse retrouver sa dignité de Fils de Dieu.

 

Je veux porter un regard positif sur l'autre. Je veux le connaître et ne pas être indifférent à ce qu'il vit. Je me refuse aux propos et aux actes violents. Les différences sont chances et richesses. Je veux l'égalité dans le respect de tous, car par son regard l'autre me fait exister.

 

Je suis fier de ma culture, de mon histoire, de ma religion, car la connaissance de mes racines me donne d'entrer, plus facilement, en relation avec d'autres. Je refuse le rôle dans lequel on voudrait me limiter: simple unité de consommation ou de production. Je refuse l'image dans laquelle les médias enferment les jeunes: violente ou coupable. Je veux me construire comme jeune responsable, ayant des opinions et des projets qui me sont propres.

 

Je dialogue avec les personnes différentes de moi, pour les écouter et les comprendre. Je veux pouvoir exprimer mes idées, débattre avec d'autres pour m'enrichir de leurs expériences. Je veux créer des occasions, des lieux de rencontre là où je vis.

 

Lors de tensions, de conflits avec d'autres, je reste un artisan de paix. Je sais me remettre en cause, rechercher un accord, faire des compromis, tout en restant moi-même. La violence ne règle pas les problèmes.

 

Les injustices dont les jeunes, les pauvres, les femmes sont les victimes me révoltent. Je m'engage contre toutes les formes de discriminations, afin de favoriser une mixité dans la société. 

 

L'échec scolaire, le chômage, la précarité ne donnent pas toutes les chances de réussir sa vie. Je m'engage avec d'autres pour faire bouger mes différents lieux de vie. Je construis des projets, des actions, pour transformer la vie des jeunes. J'agis pour l'accès à une formation, un emploi, une santé et un logement de qualité.

 

Je veux que chacun ait sa place, en étant citoyen. Je veux agir avec d'autres pour la dignité de tous. Je veux construire une société meilleure en m'engageant par le vote et dans diverses associations et organisations. Si je ne fais pas entendre ma voix, je sais que la démocratie est en danger.

 

Citoyen européen, acteur du monde, à tous les niveaux, je m'engage pour l'entente et le respect entre les pays. Pour construire une autre mondialisation, je veux être acteur d'un développement durable, en respectant l'environnement, en consommant des produits éthiques. Je ne veux pas que mon pays se comporte en nouveau colon envers d'autres pays. 

Nous, jeunes, adultes, nous nous engageons à mettre cette charte en oeuvre dans le quotidien de nos vies.

A Paris, le 3 mai 2003

 

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 4164 visites