Renonciation de Benoît XVI

Mgr Jaeger écrit

benoit-xvi-mgr-jaeger-131955-135527-135528-135535-  A la surprise générale, le pape Benoît XVI a annoncé dans la matinée du lundi 11 février 2013 qu’il cesserait d’exercer sa charge d’évêque de Rome et de successeur de l’apôtre Pierre, le jeudi 28 de ce même mois à 20 heures.


Même si le Saint Père avait laissé entendre qu’il n’hésiterait pas à envisager cette renonciation si ses forces venaient à faiblir, sa décision a pris de court l’Eglise catholique et l’opinion publique. Ce choix n’ayant quasiment jamais été effectué par un pape, il demeurait impensable pour beaucoup.


Depuis hier, nous savons mieux qu’un pape n’est pas un surhomme. Guidé et animé par l’Esprit Saint, il lui faut, cependant, compter avec l’inévitable affaiblissement d’un organisme souvent malmené. Benoît XVI a fait preuve, une fois de plus, son courage et son humilité en le reconnaissant et en tirant les conséquences qui, selon lui, s’imposent. Cette lucidité force l’admiration, le respect et l’affection.


Homme de foi et d’intelligence, guetteur et héraut de la vérité, notre pape est un pasteur au grand cœur. Il s’efforce souvent d’apporter des réponses aux multiples questions qui se posent dans le monde et l’Eglise en puissant dans ses puissantes capacités théologiques. Il reste profondément attentif aux difficultés, aux souffrances et aux faiblesses des membres de la famille humaine. Au risque de l’incompréhension, il ne ménage pas sa peine pour sauvegarder ou restaurer l’unité sans laquelle l’Eglise ne peut pas remplir sa mission au cœur du monde.


Les évêques de France garderont un vif souvenir des échanges qu’ils ont eus avec Benoît XVI à l’occasion des visites ad limina Apostolorum des mois de septembre et novembre 2012. Ces partages fraternels ont merveilleusement mis en lumière la charge qu’à la suite de l’Apôtre Pierre, Benoît XVI a remplie pour fortifier ses frères.


Pour la première fois, depuis bien des siècles, la mission d’un pape ne s’achève pas avec sa vie. Benoît XVI continuera à aimer et à servir l’Eglise et l’humanité par la prière et la réflexion. C’est un devoir et une joie pour nous que d’unir notre intercession à la sienne.


A l’heure où le pape cessera officiellement d’exercer sa charge, le jeudi 28 février, je propose à tous les membres du Peuple de Dieu de se rassembler autour de leur évêque, des prêtres et des diacres, pour célébrer l’Eucharistie, à 19 heures, en la cathédrale d’Arras afin de rendre grâce à Dieu pour les dons qu’Il nous a faits et nous fera encore par celui qui est devenu le pape Benoît XVI, le 19 avril 2005.


Je demande que cette même action de grâce s’élève vers le Seigneur lors de tous les rassemblements dominicaux du dimanche 3 mars 2013.

 

+ Jean-Paul JAEGER
 Evêque d’Arras, Boulogne et Saint-Omer.
 

Fermer