Liturgie, diaconie et CCFD

Diaconie 2013

Careme 2013 CCFD Careme 2013 CCFD   Il neigeait encore, ce soir de janvier, les trottoirs étaient couverts de neige fraiche, mais cela n’a pas empêché une vingtaine de chrétiens d’Avion, Liévin et Lens de se réunir à l’initiative du CCFD pour étudier le dossier spécial-carême du CCFD intitulé “Célébration eucharistique et Diaconie”. Le CCFD propose de regarder le déroulement d’une eucharistie et d’y repérer comment chacun est concerné dans le concret de son existence par des phases ou séquences d’une célébration. Ce qui était devenu habitude prenait un nouvel éclat d vie. Ce qu’on disait machinalement devenait source nouvelle pour la foi.

Par exemple, la réflexion sur le Credo. Ce texte fondateur pour la foi chrétienne, dont les expressions remontent aux débuts de l’Eglise, devient une invitation à mesurer les conséquences concrète pour nous d’affirmer Dieu-Père, Jésus-Fils, Dieu-Esprit. C’est un exercice spirituel qui nous est proposé au cours de cette soirée. Pourquoi ne pas en faire bénéficier les chrétiens de la messe dominicale, les rendant participants actifs de cette démarche ? Mais, parait-il, il est interdit de sortir des clous imposés par les responsables de la liturgie.
 
Dieu Père
Lorsque nous proclamons notre foi en Dieu Père comme créateur de vie, nous affirmons sa préoccupation envers toute la Création. Nous affirmons notre foi en un Dieu miséricordieux et tendre avec son peuple, un Dieu qui nous accompagne dans notre cheminement, qui souffre avec nous quand les “croix de la vie" nous assènent des coups, un Dieu qui est heureux avec nous lorsque nous parvenons à faire fleurir la vie abondamment pour tous les êtres humains. Nous pouvons affirmer que nous nous approchons de cette sollicitude divine quand nous nous rendons proches des pauvres, quand nous faisons place à la gratuité, la fraternité et la solidarité quand nous empêchons des humains à se replier sur eux-mêmes, loin de l’œuvre créatrice de Dieu. Je crois en Dieu Père..
Jésus fils
Lorsque nous proclamons notre foi en Jésus- Christ, Fils aimé du Père, nous affirmons que Dieu est devenu l'un d'entre nous. Par son Fils il manifeste son projet. Affirmer notre foi en Jésus-Christ, c'est affirmer que nous sommes tous appelés à être les enfants de Dieu par sa mort et sa résurrection. Nous sommes appelés à devenir frères et sœurs de tous. Cela implique un engagement inconditionnel à vivre la fraternité, là-bas au loin, comme ici dans le quartier tout proche. Avec Jésus notre frère
Dieu Esprit d’amour
Lorsque nous proclamons notre foi en l'Esprit Saint, nous affirmons que l'amour de Dieu est plus fort que le péché et la mort ... Affirmer notre foi en l'Esprit d'Amour, c'est reconnaître que nous avons besoin de la force de Dieu pour dépasser les limites de notre fragilité et de notre péché et pouvoir ainsi construire réellement des communautés où tous et toutes ont leur place et sont reconnus comme des enfants de Dieu. L’amour de Dieu transforme notre cœur, et nous permet de guérir les blessures causées par la violence, l'injustice et l'inégalité. Il nous permet d’avoir un cœur miséricordieux, il fait de nous des bâtisseurs de communauté et de fraternité ; il apprend à pardonner et ouvre les portes de la réconciliation.
 
Revisiter et renouveler nos habitudes
La plaquette de carême consacre aussi quelques pages pour relire et mettre en œuvre l’Evangile de Jean ch. 13, où est évoqué, à la veille de la crucifixion, le moment Jésus lave les pieds de ses disciples. D’autres éléments de la liturgie sont mis en valeur, comme l’accueil à la messe en relation avec l’accueil du frère, l’écoute de la Parole, le don de Dieu et l’offrande de nos vies, le pain reçu et partagé…
 
Qui d’entre nous n’a pas été étonné une fois ou l’autre, pour la proclamation de la foi ou la prière du Notre Père des expressions devenues automatiques qui défigure le sens de ce que nous prononçons ? Puissions-nous profiter de ce carême pour rendre actuelles des paroles venu de la nuit des temps ?