Arras Artois côte d'Opale dictionnaire présenté

Service diocésain des archives

Les acteurs du diocèse d’Arras des XIXe et XXe siècle

 

dictionnaire équipe diocésaine de rédaction dictionnaire équipe diocésaine de rédaction  Le service diocésain des archives présentait le nouveau “dictionnaire du monde religieux : Arras Artois Cote d’Opale” En présence de Mgr Jaeger, de Mr Hilaire, le document préparé par de nombreux collaborateurs permet de revidsite des noms de beaucoup de contemporains connus ou moins connus qui furent des figures actives de la vie religieuse dans le diocèse et au-delà durant deux siècles. N’hésitez pas à contacter Audrey Cassan pour plus de renseignement, et pour vous procurer un exemplaire.

________________________________________________________________

 

Yves-Marie Hilaire est venu présenter aux archives diocésaines d’Arras la dernière publication d’une collection qu’il a lancée en 1985 avec Jean-Marie Mayeur : les Dictionnaires du monde religieux dans la France contemporaine. Hélas, M. Mayeur n’a pas vu la naissance de dernier ouvrage : il est décédé le 8 octobre dernier à l’âge de 80 ans. Comme Yves-Marie Hilaire, il était un éminent spécialiste de l’histoire politique et religieuse.


Arras a la chance d’avoir les archives diocésaines parmi les plus riches de France. La quête des archives paroissiales, initiée par le chanoine Berthe avec l’aide de l’archiviste départemental, et continuée par Michel Bernaert puis pas Audrey Cassan, a permis de réunir une documentation exceptionnelle sur la vie des paroisses du diocèse — 1100, le record de France — documentation puisée à partir des 400 registres historiques tenus régulièrement depuis 1855.


Rédigé par vingt collaborateurs, universitaires et archivistes, sous la direction de

 

Michel Beirnaert, Xavier Boniface, Audrey Cassan et Yves-Marie Hilaire, le dictionnaire contient 686 notices individuelles : 644 concernent des catholiques (clercs et laïcs à égalité), 24 des protestants, 9 des juifs – les musulmans sont traités collectivement dans l’introduction –, 9 des anticléricaux ou libres penseurs. Les figures emblématiques de ces derniers évoluent avec le temps : de Frédéric Degeorge anticlérical romantique à Guy Mollet, agnostique qui collabore et dialogue avec les catholiques, en passant par Émile Lemaître et les frères Chopin, libres penseurs de la Belle Époque, et le franc-maçon Albert Lantoine qui souhaite un rapprochement avec l’Église contre les totalitarismes. Lest femmes n’ont que 51 notices, mais nombre de militants au XXe siècle ont des femmes et des filles dont l’activité religieuse et sociale est signalée.
 

Les notices thématiques se sont imposées pour un diocèse très perturbé par les deux guerres mondiales qui ont fait beaucoup de victimes militaires et civiles et qui ont été marquées par l’expression d’un ardent patriotisme suscitant lors de la

 

deuxième guerre mondiale des formes variées de résistance. Après chaque conflit une reconstruction a renouvelé partiellement le paysage religieux. Ces notices thématiques ont permis de présenter des groupes et des mouvements : Mission catholique polonaise, Mosellans évacués en 1939, Religieuses missionnaires, Frères des Écoles chrétiennes et Frères maristes, Franciscaines de Calais, Jeunesse agricole catholique, Scoutisme, Ligue féminine d’Action catholique… « Elles font ressortir la variété des engagements des chrétiens en 150 ans, explique Audrey Cassan : des zouaves pontificaux morts en défendant les États du pape aux Prêtres ouvriers et aux Vierges consacrées en passant par le syndicat agricole confessionnel, la Ligue de défense religieuse et sacerdotale, les catholiques d’Action française et la centaine de résistants chrétiens que nous avons répertoriés. »

 

« Ce dictionnaire nous permet de nous enrichir de l’histoire de notre département et plus particulièrement de notre diocèse, s’est félicité Mgr Jaeger. Une société et des groupes différents ne peuvent pas vivre sans référence à l’histoire. L’homme est traversé de ce qui a été vécu par un peuple. Ces notices sont un rapprochement de personnes qui ont constitué un fonds humain qui nous permet de prendre part à toutes les réflexions d’aujourd’hui dans cette société. Ce livre arrive à un bon moment de notre histoire, au moment où les célébrations de 14-18 ont été lancées par François Hollande. Les prochaines années nous permettrons de découvrir ce qu’étaient les enjeux profonds du conflit. Il y avait quelque chose à bâtir ensemble, et nous allons puiser dans nos erreurs la force de construire le bonheur des générations à venir. Une société qui rencontre des difficultés et des doutes, trouve le chemin dans l’histoire. »

Jean Capelain

_______________________________________________________________


Morceaux choisis de l’introduction de l’ouvrage

Dictionnaire du monde religieux Dictionnaire du monde religieux  La collection des dictionnaires du monde religieux dans la France contemporaine dirigée par Jean-Marie Mayeur (†) et Yves-Marie Hilaire reprend ses parutions,  après une interruption d’une dizaine d’années, avec ce livre issu d’un projet qui a été ébauché il y a un quart de siècle en 1987. Parallèlement à l’entreprise d’André Caudron – Lille Flandres – concernant l’actuel diocèse de Lille menée à terme en 1990, dans un volume aujourd’hui épuisé, deux autres ouvrages étaient prévus, l’un sur l’actuel diocèse de Cambrai, l’autre sur le diocèse d’Arras. Des recherches avaient commencées, effectuées pour Arras par Françoise Jacquin. D’autres travaux ayant ensuite accaparé les auteurs de ce projet, il a fallu attendre que la retraite rende plus disponible plusieurs chercheurs pour le reprendre et l’achever en 2012, cinquante ans après l’ouverture du concile Vatican II, à une date qui nous invite à proposer une sorte de bilan des XIXe et XXe siècles. Ce délai nous permet de mieux évaluer les grandes mutations du diocèse-département pendant ces deux derniers siècles de l’ère contemporaine. Comme dans les autres volumes de la collection, le cadre principal reste le diocèse catholique qui correspond pour celui d’Arras à un département, mais les autres cultes sont pris en compte et cette introduction contient des pages spécifiques à leur sujet.

 

Pendant les XIXe et XXe siècles, le diocèse d’Arras correspond au département du Pas-de-Calais. Celui-ci se situe à un carrefour de plusieurs régions naturelles : au sud et au centre, les plateaux picards qui culminent à 208 mètres dans le bombement de l’Artois, au nord, la frange de la grande prairie septentrionale, à l’ouest la dépression boulonnaise verdoyante donnant sur la façade maritime de la Manche et de la mer du Nord, la plus proche des côtes anglaises. Ce département-diocèse, varié dans sa géographie, a été marqué par plusieurs mutations pendant les deux derniers siècles. Nous distinguerons cinq périodes :
1. Un diocèse rural et maritime sous un évêque néogallican, La Tour d’Auvergne (1802-1851)
2. Un département partiellement minier et industriel. Un diocèse « ultramontain » et clérical (1851-1892)
3. Un département où le socialisme gagne les mines et certaines zones urbaines. Un diocèse rallié à la République et au catholicisme social (1892-1914/1930)
4. Deux guerres mondiales et deux reconstructions (1914-1962)
5. Le diocèse d’Arras de 1962 à nos jours

 

 Les quatre directeurs de ce dictionnaire remercient vivement leurs seize collaborateurs qui ont participé à la rédaction de l’ouvrage élaboré au cours d’une série de réunions tenues aux Archives diocésaines d’Arras. Ils expriment leur gratitude aux nombreux témoins qui ont répondu à leurs questions et apporté des informations importantes sur les personnalités présentées dans ce livre. Ils gardent aussi le souvenir de ceux qui ont témoigné, à l’occasion de travaux antérieurs : les pus anciens avaient connu la « Belle Époque ».


Nous avons effectué les choix indispensables pour parvenir à un ouvrage de dimension raisonnable. Nous avons tenu compte des sources disponibles, inégales selon les temps, les lieux, les institutions, les sexes. Dans nos choix nous avons privilégié la diversité des situations et des engagements – du curé de campagne à l’évêque, du bourgeois « vieux style » au militant jociste et jaciste –, l’influence des personnalités, l’intérêt des observations qu’elles ont faites, le caractère novateur de leur œuvre. Nous présentons 686 notices individuelles : 644 concernent des catholiques, 24 des protestants, 9 des juifs – les musulmans sont traités collectivement dans l’introduction –, 9 des anticléricaux ou libres penseurs. Les figures emblématiques de ces derniers évoluent avec le temps : de Frédéric Degeorge anticlérical romantique à Guy Mollet, agnostique qui collabore et dialogue avec les catholiques, en passant par Émile Lemaître et les frères Chopin, libres penseurs de la Belle Époque, et le franc-maçon Albert Lantoine qui souhaite un rapprochement avec l’Église contre les totalitarismes. Chez les catholiques, les clercs séculiers et les laïcs hommes ont droit au même nombre de notices : 261 pour les premiers, 260 pour les seconds. Comme nous l’avons indiqué plus haut, le déséquilibre reste accentué entre les laïcs hommes et femmes, celles-ci n’ayant que 51 notices, mais nombre de militants au XXe siècle ont des femmes et des filles dont l’activité religieuse et sociale est signalée.
 

Les notices thématiques constituent une nouveauté dans cette collection de dictionnaires : elles se sont imposées à nous à propos d’un diocèse très perturbé par les deux guerres mondiales qui ont fait beaucoup de victimes militaires et civiles et qui ont été marquées par l’expression d’un ardent patriotisme suscitant lors de la deuxième guerre mondiale des formes variées de résistance. Après chaque conflit une reconstruction a renouvelé partiellement le paysage religieux. Ces notices thématiques ont permis de présenter des groupes – Mission catholique polonaise, Mosellans évacués en 1939, Religieuses missionnaires –, des congrégations – Frères des Écoles chrétiennes et Frères maristes, Franciscaines de Calais –, des mouvements – Jeunesse agricole catholique, Scoutisme, Ligue féminine d’Action catholique. Elles font ressortir la variété des engagements des chrétiens en 150 ans : des zouaves pontificaux morts en défendant les États du pape aux Prêtres ouvriers et aux Vierges consacrées en passant par le syndicat agricole confessionnel, la Ligue de défense religieuse et sacerdotale, les catholiques d’Action française et la centaine de résistants chrétiens que nous avons répertoriés.
 

Il nous reste à remercier les personnalités et les institutions qui ont facilité l’édition de ce livre : Mgr Louis Florin et la Fondation Louis Florin, M. Charles Coutel et l’Institut d’étude du Fait religieux (Université d’Artois), Mme Jacqueline Bel et l’Unité de Recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel (Université Littoral-Côte d’Opale), Mgr Jaeger qui a permis à Audrey Cassan, archiviste diocésain, d’assurer la coordination de l’ouvrage, M. le Maire d’Équihen qui nous a procuré la reproduction du tableau figurant en couverture et évoquant la religion des marins de notre diocèse. Notre gratitude va aussi au Centre national du Livre pour son aide généreuse.


Pour tout complément d’informations, joindre :
Audrey Cassan
Archives diocésaines
103, rue d’Amiens – BP 1016 – 62008 ARRAS CEDEX
Tél : 03 21 21 40 11
Mail : archives@arras.catholique.fr
  

Article publié par Emile Hennart - Maison d'Evangile • Publié • 4618 visites

Fermer