Itinéraire des catéchumènes

carême 2012

 Où et quand commence l’itinéraire d’un catéchumène, bien difficile de répondre. Ce peut être à l’occasion d’un évènement personnel, heureux ou douloureux, à l’occasion d’un questionnement, d’une rencontre. Beaucoup d’entre eux affirment avoir été bouleversés un jour… C’est comme un appel personnel. Puis, cet appel intérieur s’extériorise par la rencontre de chrétiens. Une équipe d’accompagnement composée d’amis proches se constitue ; c’est avec eux que sera parcouru cet itinéraire dont on peut repérer quelques étapes plus officielles.

 

L’entrée en catéchuménat
 

 

C’est une première étape officielle faite dans l’église de la paroisse. Ainsi à Berck, la communauté était rassemblée le 19 février dernier pour accueillir Marine, Benjamin et Estelle. En même temps, elle accueillait Jocelyne qui chemine vers le sacrement de la confirmation et de l'eucharistie. Chacun et chacune ont pu témoigner de leurs découvertes, de leurs joies et des transformations déjà repérées depuis le début de leur accompagnement... “Se savoir aimé et accompagné par le Christ change notre regard sur soi et sur les autres ...et donne confiance en soi”.

 

Il en a été de même pour Ludivine, à Campagne-les-Hesdin. Emmanuelle, son accompagnatrice témoigne : On a d’abord frappé deux coups à la porte de l’église pour signifier son entrée dans la maison de Dieu ; les neuf enfants du club ACE de Ludivine était présents et sont venus la chercher au fond de l’église. Accueillie à l’entrée du chœur par l’abbé Was, elle répondit “me voici !”
Lors de la signation (le signe de croix fait sur le front), je fus profondément touchée de poser ce signe sur elle. Nous avons entendu l’appel des disciples relaté dans l’Evangile selon Saint Marc. Ludivine avait déjà travaillé ce texte lors de nos premières rencontres.

 

Puis Ludivine, a donné son témoignage : le pourquoi et le comment de ce chemin. “C’était d’abord en vue de mon mariage… et beaucoup, autour de moi parlaient de Jésus, de l’Evangile, et puis je fais partie d’une association : l’Action catholique des Enfants (ACE) ; une autre accompagnatrice disait à propos des enfants de son club : et si on parlait de Noël, de Pâques, du carême… Alors, en y réfléchissant, il y a pleins de moments qui font que l'on veut grandir et en savoir plus !“


Emmanuelle a ensuite remis le Nouveau Testament avec un mot de tous, pour qu’elle continue à se nourrir de la Parole de Dieu. Pendant le temps de l’eucharistie, nous sommes allés dans la salle accolée à l’église avec les enfants de son club et d’autres accompagnatrices. C’est Ludivine qui a expliqué cet évangile et les enfants se sont exprimés sur ce qui se passe dans cet évangile, pourquoi il est dit “pécheurs d’homme”. Peu à peu chacun comprenait mieux.

Enfin, nous nous sommes retrouvés avec toute la communauté pour la bénédiction, l’envoi et un temps de partage autour du pot de l’amitié. Emmanuelle conclut : “Accompagner une catéchumène est une richesse de chaque instant, un bouleversement, un lien fort…

 

La reddition du Notre Père


La remise du Notre Père, la prière de tous les chrétiens, est un moment important sur le chemin du catéchumène. C’est une prière toute simple, c’est aussi la prière qui réunit les chrétiens entre enux et avec Jésus.

 

L’appel décisif

 

Le premier dimanche de carême, tous les catéchumènes dont le baptême se fera lors de la veillée pascale sont invités à rejoindre l’évêque du diocèse pour l’appel décisif : “Veux-tu entrer dans la famille des enfants de Dieu ? Oui, me voici”. Cette année l’assemblée eut lieu à Rang-du-Fliers. Ils étaient une quarantaine, tous fort entourés. D’autres (67) qui recevront prochainement l’eucharistie ou la confirmation étaient aussi présent.


Un partage d’évangile et une catéchèse de Monseigneur Jaeger ont été vécus le matin dans la salle Jean Szymkowiak, derrière l'église. Lors du rite de l’appel, ils ont reçu des mains de l'évêque une écharpe mauve. Les soixante-sept autres, déjà baptisés et se préparent à la confirmation et à l'eucharistie ont reçu une écharpe blanche.


Dans son homélie, Mgr Jaeger a montré la portée symbolique de l'évangile de la multiplication des pains qui venait d'être lu. La foule a attendu 3 jours. Entre la mort et la résurrection du Christ, il y aura aussi 3 jours. « Nous sommes dans le tout petit passage entre la mort et la vie » a expliqué Mgr Jaeger. La foule ne disposait que de 7 pains. Le chiffre 7, c'est tout ce qu'il y a de merveilleux. Le monde a été créé en 7 jours… Le chiffre 40 évoque une entièreté. 40 jours dans le désert, quarante jours du Carême… « 40 années », ce qui signifiait toute une vie à l'époque de Jésus. En précisant qu'il avait nourri 4000 personnes, saint Marc sous entendait que Jésus est venu pour sauver l'humanité entière. Mgr Jaeger a déclaré aux appelés : « Comme vous avez raison de dire que l'eucharistie est essentielle pour votre vie de chrétien. C'est un trésor qui va irriguer toute votre vie. Votre baptême est un cadeau pour vous, pour l'Église, pour l'humanité.»

 

Les scrutins.


D’autres étapes s’enchaînent au cours du carême, les 3ème, 4ème et 5ème dimanches de carême. Il s’agit au cours de ces dimanches de se laisser scruter par Dieu qui sonde les reins et les cœurs : pour chacun et chacune, temps de dialogue avec Celui qui nous appelle dans son Eglise. Temps de prière et de méditation de l’Ecriture, où chaque dimanche un des grands textes de saint Jean est proposé à la lecture : la Samaritaine, l’aveugle-né et la résurrection de Lazare. C’est l’occasion de se confier au Christ source d’Eau vive, de Lumière et de Vie. A chaque fois un geste est posé qui introduit davantage les catéchumènes dans la communauté des baptisés, frères en Jésus-Christ.

 

La veillée pascale


Baptistere Avdat.JPG Baptistere Avdat.JPG   Au cours de la veillée pascale, les catéchumènes reçoivent, selon la très ancienne tradition de l’Eglise les trois sacrements de l’initiation chrétienne (Baptême, confirmation et eucharistie). Parfois, pour des motivations plus pratiques que théologiques, ces trois sacrements sont dissociés. Dans les églises anciennes une chapelle attenante à l’église était le lieu du baptême, par exemple à Florence.

 

Ci-contre, baptistère en forme de croix, à l’extérieur d’une église nabatéenne du 4ème siècle, à Avdat, au sud-ouest de la Mer Morte. Le catéchumène était immergé dans l'eau du baptistère.

Abbé Emile Hennart et Jean Capelain
 

Article publié par Emile Hennart - Maison d'Evangile • Publié • 2456 visites