Célébrer (malgré tout) le cinquième dimanche !

En ce 5ème dimanche de Carême" qui propose en référence aux textes liturgiques du 5ème Dimanche du Carême (dédié traditionnellement à la collecte) de nous unir par la prière , le 29 Mars prochain (seul ou en famille).

CCFD CCFD  28 et 29 Mars 2020.
Célébrer (malgré tout) le cinquième dimanche !
Drôle de moment… Nous étions curieux de rencontres et de découvertes, et la rigueur du confinement s’impose à tous; nous étions prêts à l’action, nous voici conduits à la méditation. En cette fin de carême inattendue, nous sommes aussi privés de rassemblement dominical et nous jeûnons d’Eucharistie.
Toutefois nous ne sommes pas sans ressources ! Nous pouvons toujours « manger la parole », prier – seul, à deux, en groupuscules…- et nous confier les uns les autres au Dieu de Communion…
«En ce 5ème dimanche de Carême,
les Lectures nous invitent à poursuivre notre chemin de conversion et nous tourner vers l’avenir dans l’espérance d’un monde renouvelé, en prenant appui sur un Dieu qui relève. Par son Esprit, Dieu donne toute vie nouvelle, et c’est dans l’histoire ordinaire du peuple de Dieu qu’on peut lire son oeuvre, une histoire faite de gestes d’hommes : la libération des prisonniers et la profusion de la moisson. Pour le CCFD-Terre Solidaire, ces signes de la bonne nouvelle du salut sont les associations partenaires dans les pays du Sud, qui avec des moyens souvent très humbles, luttent auprès des plus pauvres, avec les plus pauvres, contre les causes de la faim. »
(VLC2020, « entrée en célébration », 5ème dimanche)
Lectures du jour :
Première lecture : « Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez » (Ez 37, 12-14)
Psaume : Ps 129,1-8 « Mon âme attend le Seigneur »
R/ Près du Seigneur est l’amour, près de lui abonde le rachat. (Ps 129, 7bc)
Deuxième Lecture : Rm 8,8-11 -L’Esprit qui donne vie...
Évangile : « Je suis la résurrection et la vie » (Jn 11, 1-45)
Méditation :
Ce passage de l'Evangile de Jean est l’un des plus bouleversants qui soit, parce qu'il est pétri de la profonde humanité du Christ et touche à une question essentielle, celle de la mort d'un proche. Il décrit notre désarroi, comme il porte notre espérance.
Lazare est mort. Pour ses deux soeurs, un choc et une épreuve. Chacune affronte à sa manière le vide douloureux brutalement inscrit dans leur existence. Marie, d'abord réfugiée dans la maison, couvant son chagrin; Marthe tout de suite partie à la rencontre de Jésus. Marthe qui interroge et dit d'emblée sa déception:" Si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort ". Marie accourue un peu plus tard aux pieds du maître ne dira pas autrement. Tant cette question peut venir à l'esprit de chacun dans ces moments amers : 'où étais-tu quand notre frère était malade et mourant ?' Nous ne faisons pas plus qu'elles l’économie de la souffrance, et Jésus, compagnon silencieux, ne vit pas nos vies à notre place.
Malgré tout, Marthe dit aussi sa confiance : "Je sais que Dieu t'accorderas tout ce que tu demanderas"...Et Jésus lui répond: "ton frère ressuscitera". "Je sais", dit à nouveau Marthe, "à la fin des temps". Marthe sait, sait ce qu'elle croit, et sait le dire. Et pourtant le Christ lui dévoile que l'essentiel reste à découvrir : "Moi, je suis la Résurrection et la Vie ». Il invite Marthe à passer d'une croyance à la résurrection des morts à la fin des temps, à une foi en quelqu'un qui est aujourd'hui la vie (A.S. Dantan-Verseils). "Le crois-tu?"" interroge alors Celui qui nous tend une parole de confiance absolue: "celui qui croit en moi, même s'il meurt vivra"... Celui qui croit vivra intensément et continuera à vivre devant Dieu.
La résurrection n'est pas un précepte, c'est "une personne, une rencontre, une expérience ". Pas celle du dernier jour, dont parlait Marthe : celle dont Jésus témoigne au présent, offerte à plus d'un Lazare.
A commencer par celui que nous portons peut-être? Ou dans lequel nous pourrions nous reconnaître en ce dernier dimanche de carême, à un jet de pierre de Pâques. Qu’est-ce qui se cache alors derrière la pierre tombale et les bandelettes ? Des échecs et des regrets? Des craintes et des cécités? Du ressentiment et de l'indifférence? Tout ce qui se tient dans la mort, qui en Dieu pourrait peut-être reprendre vie ? « Viens dehors» dit le Christ, même si tes mains et tes pieds sont encore attachés, et vis.
Il y a aussi ces Lazare à qui nous laissons si peu d'espace pour vivre, ou que nous avons perdu de vue ; ceux que la société étouffe sous les bandelettes des préjugés, ou bien relègue dans "les tombeaux de son indifférence". Autant " d'amis de Jésus", appelés à revivre; à charge pour nous de les « délier » de ce qui les entrave.
Plus largement encore, Lazare emmailloté ce sont ces personnes qui, sous d’autres cieux sont privés d’une vie digne parce que la faim les assaille; les populations dont les mouvements sont empêchés parce que leurs droits fondamentaux sont oubliés ou niés ; les pauvres qui pâtissent au premier chef de la dégradation écologique et sociale de la planète et en paient le prix. Les destinataires de votre don au CCFD-Terre Solidaire, qui s'activent pour mettre en oeuvre eux-mêmes des solutions...Tous ceux pour qui "nous devons convertir le modèle de développement global" et même "redéfinir le progrès" (LS n°194).
Modestes résurrections, mais tellement proches ! Viendra bien un jour cet "au-delà du soleil" qu'évoque François au terme de son encyclique : quand à la fin "nous nous trouverons face à face avec la beauté infinie de Dieu (1Co 13,12)". Alors "nous pourrons lire, avec une heureuse admiration, le mystère de l'univers qui participera avec nous à la plénitude sans fin" (LS 243).
Entre temps, "nous nous unissons pour prendre en charge cette maison qui nous a été confiée, en sachant que tout ce qui est bon en elle sera assumé dans la fête céleste" (LS 244). Pour le moment, Dieu nous appelle "à un engagement généreux", qui ne cède pas aux discours catastrophistes, non plus qu'aux illusions du perpétuel miracle technologique; qui ne s'abandonne ni aux facilités du laisser -faire ni à la tentation du découragement:
"Ensemble, avec toutes les créatures, nous marchons sur cette terre en cherchant Dieu (...) Marchons en chantant! Que nos luttes et notre préoccupation pour cette planète ne nous enlèvent pas la joie de l'espérance" (LS 244)
Des intentions de prière …
(En union de pensée et de prière avec notre prêtre et « tous ceux qui ont la charge de Ton peuple »)
 Dieu Créateur, nous te prions pour l’Église, témoin et servante du salut, et tous les croyants qui marchent à la suite du Christ …Fait de nous les messagers et les acteurs du respect de la Création que Tu nous confie pour le bien de tous et des générations futures.

Article publié par EAP Notre Dame de Pitié du pays de Bapaume • Publié • 135 visites