Et le quotidien en est transfiguré !

Le 28 avril, les adultes nouvellement baptisés se sont retrouvés lors de notre dernière assemblée catéchuménale. Et bien sûr, ils ont reparlé de leur baptême.

L :   J'ai été très surpris par la corrélation entre la célébration de la veillée pascale et le cheminement de deux ans que j'ai vécu. Le signe le plus fort, c'est l'eau et l'hostie.

F :   La première eucharistie, c'est le point d'orgue. Quand on n'est pas baptisé, on se sent exclu au moment de la communion.

Chr : ( en chemin vers la première eucharistie)  C'est une frustration !

F :   En communiant pour la première fois, j'ai eu le sentiment d'entrer dans une communauté et d'en faire pleinement partie. Depuis, j'y pense tous les jours ! Il y a une cohérence entre la démarche et la manière de la vivre.

Chr :   Mes enfants communient et moi, non. Cela leur pose question. Je vais pouvoir être en communion avec mes enfants.

A :  (baptisée en 2016)  Avant à la messe, je me sentais à part, plus maintenant. C'est devenu un besoin. Les paroles qui sont dites, je les prends pour moi.

B : (paroissien plus âgé) La vitalité de la liturgie vécue lors du baptême, je ne l'ai pas perçue : je suis un vieux routier. Je ne perçois pas toujours la richesse de la liturgie; Elle est trop familière : on ne voit plus l'essentiel !

F :   Le chemin en tant qu'adulte, on le fait en toute conscience, conscience de recevoir le Corps du Christ. Et le quotidien en est transfiguré !

A :   Mon baptême a changé ma vie, ma famille. Les gens m'en parlent. J'essaie de transmettre ce que j'ai reçu. Le baptême, c'est vraiment mieux adulte ! On le vit : c'est une démarche personnelle. Le moment le plus fort, c'est quand le prêtre a versé l'eau à pleines mains sur ma tête. Je voyais le regard admiratif des gens, je me sentais importante. Je ne savais que dire : Merci ! Merci ! Avec le baptême, j'ai reçu ce qui me manquait !

Cl :   A la veillée pascale, on a lu l'Exode et le texte de la Résurrection. J'ai bu ces paroles, ça m'a rempli de joie; Car Jésus, je l'ai choisi, ou plutôt, c'est Lui qui m'a choisi. Il est dans ma vie. J'ai découvert cela à travers des gestes, j'ai compris le sens par des gestes. Par exemple, j'étais Zachée dans l'arbre. J'en suis descendu, adulte, conscient, libre. C'est grâce à ma femme que ça a commencé.

Cha : ( son épouse) J'ai fait, enfant, quatre ans de caté puis j'ai tout laissé tomber. C'est avec Cl que je me suis remise en question; Et, j'ai compris ! J'ai reçu le sens de ce qu'on m'avait dit.

Cl :   Après la première réunion, j'étais dubitatif ! Le cheminement devait durer deux ans! Si c'était  comme pour Cha avec ses quatre ans ! ... Puis à la deuxième réunion, je me suis dit si c'est comme ça alors ça va ! J'étais comme Lazare, j'étais prisonnier de mes bandelettes. J'avais besoin des autres pour sortir et enlever ce qui m'empêchait de croire. J'ai compris le sens. J'ai compris la façon de vivre de Jésus et je me dis : " Et moi ? Dans ma vie de tous les jours, comment je vais faire ?" Mais Il est avec moi. Je partage ce que je vis, ça a du sens. Je partage sans jugement. Et, je suis heureux !

Article publié par Catherine Lux - Catéchuménat Notre Dame de Pitié du Pays de Bapaume • Publié • 40 visites