Pèlerinage à Libercourt ,

"je fais tomber du ciel une grande pluie de grâces,sur tous ceux qui sont ici,sur tous ceux qui sont au loin...

Comme chaque année le 15 aout à lieu le pélérinage de Notre Dame de libercourt 

 

Un article de la voix du Nord y est consacré :

 

pelérinage Libercourt pelérinage Libercourt  Hommage à Notre-Dame: une première pour l’abbé Simon-Pierre Avodo

Les Libercourtois sont une nouvelle fois venus nombreux, ce mercredi 15 août, au pèlerinage organisé en l’honneur de Notre-Dame de Libercourt. Un grand rendez-vous qui attire chaque année un bon nombre de fidèles venus des quatre coins de la région, et qui trouve son origine en l’an 1150, après la découverte dans un saule d’une statue de la Vierge par un berger nommé Ruchaut. Cette statue fit l’objet, selon les croyants, d’une vénération au titre des prodiges opérés et aujourd’hui encore, la tradition est fidèlement conservée...

 

 

Origine du pèlerinage

Vers l'an 1150, un jeune berger du nom de Ruchault (ou Ruchot), jouait avec sa houlette, en faisant paître ses moutons. il la lance sur un saule (appelé dans le pays "hallot") et s'aperçoit vite qu'il jaillit de cet arbre comme du sang. Il s'approche et constate qu'il a atteint à l'oeil droit une statue de la Vierge Marie cachée dans le creux du tronc. En même temps, la madone resplendit et répand un parfum de rose très suave. Le buste de la statue est grossièrement taillée, mais la figure est d'une douceur toute céleste. Au milieu de la poitrine se tient l'Enfant-Jésus, dont on ne voit que la tête aux yeux souriants.La prendre, la cacher dans sa besace, la porter à ses maîtres, fut pour le berger l'affaire d'un instant. Arrivé à la ferme, il raconte sa merveilleuse trouvaille. Mais au moment où il croit la montrer, il ne trouve plus rien. D'elle-même, la statue était allée reprendre sa place dans le hallot. Un évènement aussi extraordinaire fut vite connu. 

De toutes parts on s'empressa d'accourir. Le hallot devint le rendez-vous de nombreux pèlerins, et la statue l'objet de leur inaltérable confiance. Une constante tradition- fidèlement conservée de nos jours dans la paroisse- dit que le clergé de Carvin, accompagné de musiciens jouant du hautbois,de la trompette et d'autres instruments, arriva avec un carosse attelé de quatre chevaux blancs. Il venait, en grande pompe, chercher Notre Dame pour la placer dans l'église de Carvin, dont dépendait le hameau de Libercourt. A peine le carosse avait-il fait quatre cents verges (1500m) que les chevaux s'arrêtèrent, impuissants. La Vierge ne voulait pas franchir les limites de Libercourt. Plusieurs fois, la même tentative fut renouvelée, et, chaque fois, la statue n'alla pas plus loin que l'endroit appelé encore aujourd'hui "La Rayère".Le char, malgré la force des chevaux, s'était arrêté là, comme "enrayé". Une petite voiture, attelée d'un seul cheval, ramena triomphalement la statue. Cet évènement donna un nouvel essor au pèlerinage. 

Une chapelle fut construite au lieu que la Vierge avait choisi. Dès lors, de tous côtés, arrivèrent de nombreux pèlerins, attirés par les grâces reçues et les prodiges opérés. En remerciements, la chapelle s'enrichit de médailles, d'ornements, de reliques, d'ex-voto,......Les descendants du berger Ruchot habitent actuellement Noyelles-les-Seclin, Wattignies, Templemars. Ils viennent, chaque année, le 15 Août, porter à la procession " le gros cierge de Notre Dame". La chapelle est aujourd'hui dans le mur du cimetière.

Notre Dame de Libercourt est invoquée pour les petits enfants, les affligés et suite à une tradition rurale, la protection des étables( on sait que les fermiers ont la pieuse coutume de fixer sur la porte ou la charpente des étables l'image de Notre Dame).La tradition veut que l'enfant baptisé soit déposé sur le Maître Autel pour y être présenté à la Madone et lui demander sa protection.

L'origine du pèlerinage est rapportée dans l'Atlas Marianus, oeuvre du jésuite Van Gumppenberg, publié à Munich en 1672.

 

Pour mieux comprendre

 

ASSOMPTION

voir la page

bénédiction des roses

"Aujourd’hui, je fais tomber du ciel une grande pluie de grâces, une grande pluie de roses, sur tous ceux qui sont ici, sur tous ceux qui sont au loin et sur tous ceux qui sont unis à cette heure"

message du 15 aout 1966 de Notre Dame Miraculeuse des Roses à Mamma Rosa, à San Damiano (Piacenza) en Italie.-

lire le message en entier

 

 

VESPERAL-VEPRES

 

- vespéral : office divin que l'on célèbre le soir

- vêpres : Cet office marque la fin de l'après-midi et le début de la soirée.

Il marque le changement de jour liturgique,

 

On remercie pour les mer­veilles de la création, pour l’activité qu’on a pu mener, et se complaît dans la présence de son Seigneur, comme les apôtres le soir de Pâques (cf. Jn 20, 19), tout en attendant son retour définitif.

Le sommet de Vêpres est le chant du Cantique de Marie, le Magnificat chanté quand Marie,alors qu'elle était enceinte de Jésus,  rend visite à sa cousine Elisabeth qui attendait , malgré sa viellesse , un enfant.

 

Mon âme exalte le Seigneur,
exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !
Il s’est penché sur son humble servante ;
désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !

Son amour s’étend d’âge en âge
sur ceux qui le craignent.

Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.

Il comble de biens les affamés,
renvoie les riches les mains vides.

Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race, à jamais.

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit,
pour les siècles des siè
cles.
Amen.

 

Fermer