Assemblée catéchuménale

Voici le fruit de notre partage avec les catéchumènes et néophytes...

           catechumenat catechumenat      

 

 

 « Moi je suis la vigne et vous les sarments »

                                                                                                                                 Jn 15,5-9

Lors de notre assemblée catéchuménale du 29 janvier, nous nous sommes répartis en trois groupes autour de trois textes. Voici le fruit de notre partage avec les catéchumènes et néophytes (personnes se préparant ou ayant reçu récemment les sacrements de l’initiation chrétienne : baptême, confirmation, eucharistie)

« Moi, je suis la vigne et vous les sarments » Jn 15,5-9  

Le baptême, c’est être ancré en Dieu, lui donner sa vie. C’est passer du péché à la grâce. Le chemin catéchuménal nous aide à nous mettre dans les pas de Dieu, à reconnaître ses signes au quotidien comme autant de rayons de soleil. Dieu, on le trouve dans des choses simples, comme aider les autres. On voit Jésus avec son cœur. Il faut bien connaître Jésus, son histoire pour devenir son ami. La prière, c’est parler avec Jésus dans son cœur.

Une autre catéchumène dit : « Depuis que j’ai découvert Jésus, je fais attention à chacun de mes gestes. » Quelqu’un a répondu : « Cela s’appelle porter du fruit ! » « La vie éternelle est commencée. J’ai confiance en moi depuis que je suis branchée sur Jésus. » « J’ai la foi, je demeure en lui »

« Si le grain tombé en terre …meurt…  (il) porte beaucoup de fruit » Jn 12,23-26

Le grain meurt comme Jésus est mort pour nous et nous, nous sommes les fruits ! Mourir à soi-même, lors des attentats, des personnes se sont sacrifiées pour les autres. Ce soir, on aurait pu choisir de rester devant la télé plutôt que venir à ce partage. Un catéchumène n’appréciait pas  quelqu’un au travail. Puis il s’est dit : Dieu est en chaque homme. Alors il a pris sur lui pour aller à la rencontre de cette personne et maintenant il en a fait un ami. Le Christ a donné sa vie pour tous les hommes, même pour ceux qui la lui ont pris !

Se détacher de ce que l’on a,ce n’est pas facile dans notre société pourtant on a besoin de peu pour vivre. Il faut prendre du temps pour soi (balades à cheval, retraite dans un monastère, etc…) Comment donner si on n’a pas de temps pour soi ?

« Le règne de Dieu est comme une graine de moutarde… toute petite quand elle est semée, qui grandit et dépasse toutes les plantes… » Mc 4, 30-32

Les actes, les paroles les plus simples ont des portées, des conséquences qui dépassent largement les lieux où ils sont donnés, les personnes qui les ont donnés et les personnes à qui ils sont adressés. Ce caractère universel  nous est rappelé par les oiseaux du ciel qui viennent y faire leur nid. La petite graine qui pousse et dépasse toutes les autres, c’est chaque  catéchumène. En même temps, cela nous apprend l’humilité puisque quelque chose de très simple peut devenir quelque chose de mâture.

 

A travers la petite graine insignifiante, on retrouve Jésus rejeté, persécuté qui devient un arbre d’une importance considérable. C’est plein d’espoir ! L’arbre donnera des graines à son tour et le cycle continuera. La maturité de l’arbre, c’est la puissance du règne de Dieu qui n’a pas de fin. Le règne de Dieu étend  de longues branches qui protègent les oiseaux. Les oiseaux s’approprient le règne de Dieu. Ils font corps avec lui. Le paradoxe de la fragilité de la petite pousse qui pourtant parvient à casser un trottoir.

En tant qu’accompagnateur, on croit que la petite graine semée dans chaque catéchumène  va grandir. Ce règne (ou l’amour) de Dieu est en chacun de nous et il nous aide à faire grandir l’homme. On participe à la vie du Christ en essayant de l’imiter. En prenant avec lui, le chemin de la confiance : les graines ne vont pas s’envoler, c’est ça l’espérance ! Tant d’événements nous découragent : « je ne vais pas y arriver ! » mais si on fait confiance, on y arrive et on ne sait pas comment. Ce que nous avons à être ça nous dépasse et pourtant ça se réalise. Au départ d’un chemin catéchuménal, il y a une parole, une personne, un événement qui a été le déclic. Pour un catéchumène, c’est la naissance de sa fille. Pourtant, il n’était pas prêt à être papa. Son amour pour sa fille a grandi, il est maintenant comme un baobab ! On ne naît pas parent, on le devient jour après jour !

Un autre catéchumène : «  Ce sont des événements extérieurs qui ont été déterminants pour moi (guerre, violence, famine, injustice…) Ils m’ont  invité à une autre lecture, à une réflexion. Un cheminement intérieur, un  regard sur le monde m’a amené à demander le baptême. Et c’est toute la vie qui change ! On essaie de vivre conformément aux Ecritures en pensant que cela va changer le monde autour de nous, peu à peu. C’est un travail de fourmi mais il y a beaucoup de fourmis dans le monde ! »

Prochaine rencontre le 29 avril, 19h à Ste Catherine les Arras, chacun y est le bienvenu !

Article publié par EAP Notre Dame de Pitié du pays de Bapaume • Publié • 825 visites