Dimanche "Parole en fête" au service de la liturgie

Le texte d'Evangile de ce dimanche 30 avril était les disciples d'Emmaüs Luc 24, 13

Lors de notre partage d'Evangile, nous nous reconnaissions dans les deux disciples d'Emmaüs découragés par le poids des événements. Ils cheminaient tout en se partageant leurs déceptions mutuelles. Lorsque, soudain, Jésus ressuscité les rejoint mais "leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître." Jésus chemine avec eux en leur demandant ce qui les préoccupe. "De quoi discutez-vous ?" Il les écoute puis il leur rappelle les Ecritures depuis Moïse jusqu'aux prophètes. Leur coeur, peu à peu, devient tout brûlant mais ils n'en ont pas encore conscience. Avec Jésus, ils passent d'une relecture de vie imprégnée de chagrin et de nuit à une relecture de vie qui allume en eux un éclairage nouveau. 
C'est ce que nous vivons dans "Parole en fête" ! En partageant l'Evangile, Jésus ressuscité, nous propose une autre relecture de vie. Nous découvrons alors une espérance, parfois toute petite comme une lueur, mais suffisante pour nous donner l'élan nécessaire pour continuer le chemin. Savons-nous voir l'aide que Dieu nous apporte ? Parfois, on peut se dire qu'aux moments les plus difficiles, on s'est senti porté par les autres, nos proches, la prière ... par Dieu !
Un petit garçon très triste du décès de son grand-père retrouve courage après un gros câlin à sa maman. Une dame dépressive après la perte de sa maman perd la foi. Une amie l'appelle pour un service d'Eglise en lui disant : "Viens et vois !" Et le chemin de foi redémarre peu à peu. Quelquefois, une simple présence silencieuse est la seule réponse à la question : "Il est où votre bon Dieu ?" posée par un papa qui vient de perdre sa fille de vingt ans. Une jeune maman, nouvellement baptisée, accouche de son deuxième fils mais le bébé atteint d'une malformation cardiaque doit être opéré en urgence à Paris. Depuis toujours cette maman voit dans la coccinelle le signe de la présence de Dieu. Quand elle arrive dans la chambre de son bébé, son fils ainé lui dit : " Regarde maman, il y a une coccinelle !" Au Sénégal, le superflu n'existe pas. Quand les gens se rencontrent, ils vont tout de suite à l'essentiel et Dieu est toujours présent dans leurs conversations.
Les deux disciples se sentent envoyés en mission par Jésus. Ils repartent à Jérusalem pour retouver leurs compagnons et leur annoncer ce qu'ils ont vécu et comment ils ont reconnu Jésus ressuscité au milieu d'eux. N'est-ce pas ce que nous avons fait lors de ce Parole en fête ?
Puis nous sommes allés à la messe pour partager le pain reçu entre nous et avec la communauté. nous avons ponctué la liturgie par les rappels du texte de Luc qui correspond au déroulement de la messe.
"Tu es bien l'un des seuls à ne pas savoir ce qui s'est passé ces jours-ci!" prière pénitentielle
"Il leur expliqua ce qui le concernait dans toutes les Ecritures." proclamation de l'Evangile
"Reste avec nous car le jour baisse." prière universelle
"Il prit le pain, le rompit et le leur donna." consécration
"Notre coeur n'était-il pas tout brûlant." action de grâce et, envoi en mission :
"A l'instant même, ils se levèrent et repartirent pour Jérusalem. Ils retrouvèrent les disciples et leurs compagnons qui leur dirent : ' C'est bien vrai, le Seigneur est ressuscité !' "

Article publié par Catherine Lux - Catéchuménat Notre Dame de Pitié du Pays de Bapaume • Publié • 29 visites