"Faites la Paix" : Dieu compte sur nous !

Récollection du Doyenné d'Arras, le 15 mars avec le père Xavier Bienvenu Mbenba responsable de la catéchèse des sourds et malentendants au Congo et prêtre du centre ville

Dieu aime la paix


La paix est une valeur fondamentale pour les chrétiens. Dans beaucoup de langues, le mot "Paix" sert de salutation. Au Congo, on se salue, à chaque heure du jour,  avec le mot "Moté" qui signifie "Je te veux du bien". 


Nous croyons en un Dieu qui aime la paix. Le mot paix revient plusieurs fois dans la liturgie et la messe se termine par "Allez dans la paix du Christ ! " Le Christ avec qui nous venons de communier, nous accompagne. La paix, nous n'avons pas à l'inventer : c'est la paix de Dieu ! La paix trouve sa source en Dieu. Avant de mourir, Jésus dit : " C'est ma paix que je vous donne; je ne la donne pas comme le monde la donne. " Jean 14,27. Les premiers mots de Jésus ressiscité sont : "Que la paix soit avec vous !"  La paix nous concerne tous.   "Ici et partout,nous devons être des artisans de paix !"  Voeu de Monseigneur Jaeger pour l'événement "Faites la paix".  " Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu!" Matthieu 5, 9.


Les douleurs dûes à la guerre, à la violence peuvent endurcir le coeur et  empêcher d'être sensible à la méchanceté environnante. Ce sont toujours les innocents qui sont les victimes des guerres que se livrent les puissants. Il faut avoir connu ces douleurs pour comprendre ce qu'est vraiment la paix. Jésus, victime de la violence des hommes, a pardonné à ses bourreaux. Dieu veut vivre en paix avec les hommes. Pour Dieu, l'homme a plus de valeur que son pêché. Les caractéristiques de Dieu sont la miséricorde et la réconciliation. Par notre baptême, nous devenons peuple de l'Alliance, peuple de Paix. 

 

"La paix est d'abord un comportement" (Pdt Houphouët-Boigny)


Dans nos sociétés, la paix est menacée sans arme ! Que de chemin encore à parcourir pour vivre en harmonie les uns avec les autres! Ne serait-ce qu'à la messe au moment de l'échange de la paix : certains donnent la paix du bout des doigts sans même regarder celui à qui ils la donnent, d'autres refusent de la donner à celui qui est à côté d'eux. Si deux ennemis, assis sur le même banc, ne se donnent pas le geste de la paix alors que Dieu, lui même, leur donne cette opportunité, ils laissent passer la Grâce ! Ne passons pas à côté ! Nous avons à poser des actes de paix à tous moments de notre vie ! Mais pour donner la paix, il faut être en paix avec soi-même. On ne peut pas donner ce qu'on n'a pas.


Pistes pour réfléchir à ce qui nous empêche d'être en paix :


1   Quelles attitudes, en moi, menacent la paix ? Mon regard ? Ma façon de penser ? de parler ? Mon sentiment de supériorité ? Mon désir de dominer ?...


2   Puis-je me rappeler une ou plusieurs personnes avec qui je ne suis pas en paix ? Quelles difficultés m'en empêchent ? 


3   Enumérer quelques valeurs civiques et/ou chrériennes pouvant faciliter la paix entre les hommes.


Le père Xavier a terminé son intervention en nous demandant de chanter :
" Ensemble, ensemble, nous pouvons faire ensemble, 
   Ensemble, ensemble un monde nouveau"

 

Quelques mots sur le père Xavier 
Le père Xavier est originaire du Congo Brazzaville ( ex Congo français). Il a fait ses études en France. Il a été ordonné en 2004. Il a choisi de créer,au Congo, une école pour les sourds et malentendants dans un premier temps, puis pour les aveugles et ensuite pour tous les enfants porteurs d'un handicap. Il constate que les mamans des enfants scolarisés préféraient attendre sur place plutôt que de parcourir les 10 km qui séparent l'école de leur village plusieurs fois par jour et ce 5 jours par semaine pendant 9 mois. Il décide alors d'ouvrir un internat à côté de l'école pour les plus défavorisés. Le nombre des inscriptions augmentant la structure devint vite trop petite. Il choisit alors de construire une nouvelle école dotée d'un internat à 42 km de la

ville : le centre "Ephphata". Mais la guerre éclate et le centre doit être évacué et peu après la ville elle-même. Les militaires ont tout saccagé, tout pillé. Les travaux pour remettre le centre en état sont considérables. Encore une fois, ce sont les innocents qui paient ! Il espère une réouverture en septembre 2018. Le Congo a connu plusieurs guerres tribales au cours desquelles ont été pratiqué des massacres monstrueux. Les gens se laissaient mourir de faim plutôt que de prendre le risque d'aller faire des courses. Le thème de la paix est très cher à son coeur.
 

Article publié par Catherine Lux - Catéchuménat Notre Dame de Pitié du Pays de Bapaume • Publié • 395 visites

Fermer