Feux de la Saint Jean à Inchy en Artois

70 personnes invitées par l’aumônerie scolaire et le catéchuménat

feux St Jean (1) feux St Jean (1)  

 

Samedi 25 juin à Inchy en Artois, à la ferme des Trois Canetons, environ 70 personnes se sont rencontrées autour du  feu, invitées par l’aumônerie scolaire et le catéchuménat.

 

 

 

 

Marche et visite de l’église Sainte Saturnine

Tout a commencé par une marche de Inchy   jusqu’à Sains où les paroissiens nous avaient préparé une visite guidée de l’église Sainte Saturnine. Nous avons découvert que cette sainte est toujours aujourd’hui, l’objet d’un pèlerinage qui était très important au Moyen Age. Saturnine s’est enfuie au VIII°siècle du nord de l’Allemagne pour échapper à un mariage forcé. Réfugiée à Sains les Marquion, elle travaillait dans les fermes jusqu’à ce que son prétendant la retrouve. Obligée de choisir entre le mariage ou la mort, elle choisit la mort. Son fiancé la décapita. La légende raconte que la Sainte se serait saisi de sa tête et l’aurait déposée sur une pierre. Est-ce la pierre qui se trouve derrière l’église ? Derrière cette pierre chaque année, le soir du 19 mai, les jeunes hommes de Sains érigent un arbre coupé qu’ils sont allés chercher dans le bois de Bourlon et l’ont ramené en tirant eux-mêmes un char. Depuis ce martyre, les agriculteurs en particulier et tous les habitants plus généralement se sentent protégés par la Sainte. Un jumelage de paroisse entre le village d’origine de Saturnine, Neuenheerse en Rhénanie et Sains les Marquion a été réalisé.

Partage d’Evangile

Nous avons poursuivi notre après- midi par un partage d’Evangile à Inchy. Il y était aussi question d’un arbre, un figuier qui ne donne pas de fruit. (Luc 13,6-9)  Voici les fruits de ce partage :

Partage des enfants

Les enfants ont d’abord découvert le texte en faisant un rébus. Puis  nous avons relu le texte et échangé dessus. Nous avons d’abord discuté au premier degré du texte : qu’est-ce qu’un arbre ? De quoi a-t-il eu besoin pour pousser ? Et surtout nous avons fait ressortir le fait qu’il a fallu du temps pour arriver à ce résultat. Enfin, nous avons fait la lecture imagée du texte : que représentent les figues (les fruits) ? Ce sont les belles choses que l’on fait : mettre la table, porter les devoirs au copain malade,…et même aider Jésus par nos prières. Des enfants prêts à donner du fruit.

Partage des ados :

Ce texte fait penser à la récolte suite à un travail, un effort, une action bienveillante. Le maître, impatient, veut couper l’arbre qui ne donne pas de fruit. Il ne veut pas lui laisser une deuxième chance. Ce qui ne va pas, il faut l’enlever. Le vigneron, lui, veut persévérer, aider l’arbre, lui donner une deuxième chance.

Partage des adultes :

Le figuier, c’est chacun de nous et on a tous besoin les uns des autres, besoin de solidarité. Quand on est dans un milieu qui n’est pas le nôtre, comme le figuier au milieu de la vigne, on a toujours à partager notre foi. Pourquoi le vigneron n’a-t-il pas soigné le figuier plutôt ? Est-ce parce que c’est un étranger et par conséquent n’a pas le droit à  l’accueil ? Le vigneron qui jusqu’à présent avait ignoré le figuier, s’engage désormais à prendre soin de lui.

Espoir, patience, acceptation sont les trois mots qui sont revenus plusieurs fois.

Accepter avec amour celui ou celle qui ne produit pas les fruits qu’on espérait mais qui en produit peut-être d’autres qu’on ne voit pas ! Continuer à lui donner son amour avec patience dans l’espoir qu’il porte du fruit, un jour. Plusieurs parents ont témoigné de leurs difficultés avec l’un de leurs enfants.

Question posée : ne faut-il pas que le figuier meure afin que la vigne survive ? Cet arbre se sacrifierait alors au profit de toute la vigne. C’est ce que Jésus a fait pour nous: « Il vaut mieux qu’un homme meure pour tout le peuple. »

Témoignages :

Des jeunes sont allés à Medjugorjé et ont relaté l’expérience forte qu’ils ont vécu là-bas. Samuel nous a raconté comment est né et a mûri son projet de devenir moine, sa vie de regardant à l’abbaye de Ourscamp, congrégation des serviteurs de Jésus et Marie près de Compiègne. Et son espoir d’intégrer rapidement la communauté.

Claude a parlé de sa souffrance de ne pas être baptisé. Pourtant il dit avoir vécu toute sa vie en chrétien mais n’arrivait pas à franchir le pas. C’est son épouse Chantal qui lui a donné le coup de pouce qu’il fallait pour qu’il demande le baptême. Pour lui chaque rencontre avec des chrétiens est synonyme de moments intenses, de partage, d’amour.

Kléber, depuis son baptême, a trouvé ce qui lui manquait jusqu’alors : l’amour de son père. Ayant connu une enfance difficile, une éducation militaire avec interdiction de pleurer qu’elles que soient les circonstances, son père ne lui a jamais montré de marques d’amour sauf le jour de son baptême. Il l’a appelé pour lui dire qu’il l’aime et depuis la relation père-fils a pris un tour nouveau.

Cindy dit ne pas avoir vraiment vécu jusqu’à son baptême. Elle vivait sans ressentir l’amour de Dieu. Avec son baptême, elle a redécouvert l’émerveillement. Elle a réappris à regarder autour d’elle pour y voir l’amour de Dieu dans les petits signes, les détails : une coccinelle, le soleil, un papillon etc… son regard a changé ; elle dit avoir trouvé un sens à sa vie et constater un changement total aussi bien à son travail que dans sa famille même si ce n’est pas toujours facile.

Une prière de louange a clôturé cet échange très riche.

 

Bal folk et astronomie :

Le pique-nique accompagné d’une farandole de desserts partagés entre tous. Ensuite les danses folkloriques autour du feu animées par un groupe de jeunes de Saint Omer venus tout spécialement.

Et pour terminer une si belle soirée, Florent Deleflie, astronome, nous a appris à lire le ciel étoilé ( à ce moment-là, il n’y avait plus aucun nuage !), à reconnaître  les étoiles. Avec le conte du serpent à sonnettes, il nous a expliqué pourquoi l’étoile polaire est la seule à rester fixe dans notre ciel.

Le rendez-vous est pris pour l’année prochaine !

Article publié par EAP Notre Dame de Pitié du pays de Bapaume • Publié • 858 visites