Journées Mondiales de la Jeunesse : une jeune bapalmoise témoigne !

Catherine Dekerle raconte son voyage

 

Cette année, les JMJ avaient lieu au Panamá, un pays d’Amérique Centrale au mois de Janvier car c’est l’été là-bas. C’est la deuxième fois que je participe à cet évènement. La première fois c’était en Pologne. On y rencontre beaucoup de jeunes qui viennent du monde entier et que la foi rassemble en un même lieu.

 

Après un long voyage, nous sommes arrivés dans un village du diocèse de Chitré vers 2H du matin. Heureux de l’accueil que nous ont réservé les panaméens restés éveillés pour nous. La première semaine nous étions chez l’habitant, Ce qu’ils nous ont apporté est inestimable ! Malgré leurs faibles moyens, certaines maisons n’ont ni fenêtres ni plafonds finis, ils nous ont offert tout ce qui était en leur capacité. Nous avons pu participer à des actions caritatives comme repeindre la maison d’un habitant. C’était incroyable de voir tant de générosité et la dévotion qu’ils avaient à prendre soin de nous.

 

La deuxième semaine, nous étions à Panama City, la capitale. J’ai eu la chance d’être logée chez une dame d’un certain âge dont la foi était débordante et communicative. Nous étions pour elle des petits anges et  elle mettait tout son cœur à prendre soin de nous.

Chaque matin, nous avions la catéchèse en français, adaptée au thème des JMJ : « Voici la servante du Seigneur, que tout advienne selon ta parole ». Ces temps nous permettaient d’échanger et de réfléchir à comment vivre concrètement notre foi dans la vie quotidienne à toute heure. Nous avons eu la chance de voir le pape passé près de nous. Moment très touchant, car nous étions des milliers de jeunes à avoir la même ferveur à attendre sous la chaleur.

 

Lors des JMJ, il y a trois ans en Pologne, le pape nous avait demandé de ne pas être des « jeunes canapés » mais de partir à la rencontre des autres et du monde. En 2019, au Panama, le pape nous invite à être des influenceurs de Dieu. Le mot « influenceur » n’est pas choisi au hasard, il appartient au vocabulaire des applications Instagram. « Marie : la jeune de Nazareth ne sortait pas sur les réseaux sociaux de l’époque, elle n’était pas une influenceuse mais sans le demander ni le rechercher, elle est devenue la femme qui a le plus influencé l’histoire. Marie est l’influenceuse de Dieu en osant dire oui et faire confiance à l’amour et aux promesses de Dieu, seule force capable de rendre toutes choses nouvelles. »

 

Remplis de ce message et envoyés par le pape, nous sommes rentrés en France grandis. C’est un voyage que je conseille à chaque jeune qui a la possibilité, pratiquant ou non, à vivre cette expérience de vie qui nous recentre sur l’essentiel.

Nous avons tous rendez-vous en 2022 à Lisbonne !

 

Catherine DEKERLE

Article publié par Catherine Lux - Catéchuménat Notre Dame de Pitié du Pays de Bapaume • Publié • 192 visites

Fermer