« J’ai beaucoup aimé. Je ne connaissais pas du tout la vie de Paul VI »

Pendant les vendredis de carême, nos deux paroisses ont projeté le film « Paul VI : un pape dans la tourmente ». Voici les réactions des participants :

J’

J’ai beaucoup aimé ce film et j’ai pris conscience de la lourde responsabilité du pape. Quelle fidélité à la personne de Jésus ! Que de difficultés avec la curie romaine ! L’ouverture aux problèmes sociaux, aux souffrances du monde. Privilégier le dialogue !

Revenir à l’essentiel : le Christ ! L’humilité, la prière. Aller vers l’autre pour être témoin de notre foi.

Malgré les incompréhensions et l’impression d’être abandonné de Dieu, Paul VI a eu la volonté de faire évoluer l’Eglise tout en gardant  les valeurs morales. Les grands thèmes de société restent d’actualité !

L’amour est la base de la vie humaine. Il faut se respecter mutuellement. De la discussion jaillit la lumière. Le pape est un homme seul entouré de brebis un peu noires.

Un pape qui s’ouvre et va à la rencontre du peuple : les ouvriers dans les usines,  les détenus dans les prisons, les enfants malades, les pauvres de Calcutta et de mère Térésa. Des gestes forts, sans protocole ! La civilisation de l’amour : une nouvelle Pentecôte ! Pourtant, le Mal, la guerre sont toujours présents : c’est toujours la passion à quand la résurrection ? « Que fais-tu Seigneur ? » Parole de Paul VI

Que de critiques contre l’Eglise après Vatican II !  Le positif : la bible dans notre vie, la messe dans notre langue !

Les fruits de la prière, du dialogue avec Jésus sont parfois différents de ceux espérés. Avoir une confiance éperdue en l’amour de Dieu à l’image du pape Paul VI.

Découverte de la vie de 3 papes sur 40 ans avec les événements du monde !  On sent la liberté que prône l’Eglise !

L’Eglise bouge mais pas assez ! Comment faire pour la repeupler ? Il faut inlassablement semer l’amour, semer la graine pour récolter.

Paul VI précurseur d’une Eglise qui va vers le monde souffrant. Une Eglise plus humaine moins lointaine !

Le changement dans la liturgie était nécessaire. L’Evangile se vit chaque jour dans une rencontre, une parole. L’amour sort toujours vainqueur : la lettre aux brigades rouges a converti Mattéo, un jeune sur le point de tuer. Il y a toujours une lumière qui brille dans le cœur de chacun.

J’ai été très étonnée de voir les remous que le concile Vatican II a provoqué : les églises se sont vidées et des centaines de prêtres ont demandé à retourner à l’état laïc ! Et l’Eglise a traversé ces épreuves !

Le désir de Paul VI de revenir à la source, au Christ lui-même, symbolisé par sa visite à Jérusalem. L’ouverture du pape au monde. Sortir du Vatican. Prendre une décision quand tout le monde semble d’un avis contraire. Sa foi en l’homme, au pouvoir de changement de l’autre par la force de la prière. Chacun est remis face à sa liberté de choisir.

J’ai apprécié la personnalité de Paul VI : sa rencontre avec le vieil arabe mourant, son ouverture aux orthodoxes.

 

 

Fermer