Triduum de Villers au Flos … particulier !

En raison du Covid-19, le Triduum à notre Dame de Lourdes n’a pas pu se dérouler comme d’habitude.

 

Pourtant, entre le 15 et Le 18 juillet, des temps de prière ont été proposés à la grotte par l’abbé Merlier. Chaque matin, de 9h30 à 10h, une méditation de l’évangile du jour a permis de revisiter 4 grandes formes de prière.

 

La première : se mettre en présence de l’amour de Dieu, en toute simplicité comme ce brave paysan qui restait dans l’église à fixer le Saint Sacrement. « Il m’ravise et  je l’ravise » (Il me regarde et je le regarde, en patois) a-t-il répondu au curé d’Ars qui l’interrogeait. « Ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout petits… Personne ne connaît le Père sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. » Matt 11, 25-27.

 

La deuxième : le merci, l’action de grâce. Que nous faut-il pour connaître le fardeau des autres ? La réponse de Jésus : sa présence. « Venez à moi vous tous qui peinez sous le fardeau. » Matt 11, 28-30. Jésus nous invite à le rejoindre parce que, par l’humilité, nous sommes disponibles à sa parole. Merci Seigneur, tu portes notre fardeau. Tu nous appelles à porter avec toi le joug de l’amour … Et tu nous procures le repos.

 

La troisième : la prière de demande, la faim du peuple. Matt 12, 1-8

Les disciples agissent librement  face à une interprétation superficielle de la Torah. Ils ne demandent pas, ils prennent. Ils ont faim. Et nous, quelles sont nos faims ? Quelle est la faim de nos proches ? Comme de nombreuses rencontres de l’Evangile, Jésus est à l’écoute des faims de l’autre. Il dit à l’aveugle-né « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Ainsi, il nous fait savoir que la réponse du Père dépasse nos demandes, nos attentes. « Quel est le père qui donnera un scorpion à son fils qui lui demande un œuf ? » Dans le Christ, il y a beaucoup plus qu’une morale, des règles ou une hiérarchie, il est le temple où le Père habite. Nous pouvons donc, en toute foi, lui adresser toutes nos demandes.

 

La quatrième attitude : l’adoration et l’offrande Matt 12, 14-21 Adorer ? Cela nous paraît difficile ou magique ou intellectuel …. C’est bien autre chose : on se tient bêtement devant Dieu, on prend le temps du silence intérieur. Comme François d’Assise, on lui redit : « Dieu, tu es tout mon amour ! » Etre avec Jésus, c’est être avec le Père dans l’Esprit Saint. C’est être appelé, être écouté, se laisser aimer. C’est lui répondre, l’écouter, l’aimer.

 

C Lux  

 

Article publié par Catherine Lux - Catéchuménat Notre Dame de Pitié du Pays de Bapaume • Publié • 73 visites