« Vous avez dit « abandons ? »

Drôle de période : Avec les mois d’été, nous allons sortir de notre quotidien,… penser à autre chose… nous évader… Curieux prolongement de longs mois de confinement:cette « incarcération » forcée par le danger sanitaire nous a bien freinés dans nos élans

 

Epreuve pour les uns, occasions de s’ennuyer ou de se laisser vivre… temps de l’angoisse, de la rumination, des inquiétudes sur la santé, sur l’avenir de notre travail, de notre famille*, de nos amis …

« Moi, j’ai travaillé dans mon jardin ! », « J’ai passé mon temps à tous les petits travaux de la maison que je n’ai jamais le temps de réaliser ! », « J’ai accompagné mes enfants dans les devoirs qu’ils recevaient par Internet ! » « J’ai fait du « sport en chambre ! »… Lectures, films à la télé ou sur « Smartphone », courtes ballades avec le masque…

Avec inquiétude, nous avons suivi la progression des statistiques médicales sur les informations télévisées. Tout cela nous invitait à vivre ce temps contraint comme une occasion de nous arrêter, de regarder d’autres que nous-mêmes, de réfléchir, de prier (Nous pouvons, en particulier, remercier, rendre grâces pour tous ces hommes et femmes, et tous ces enfants qui ont posé tant d’actes solidaires dans un contexte difficile.)  Quel sens notre vie peut-elle prendre, aujourd’hui ? Comment, personnellement, en famille, en communauté de disciples du Christ, pourrions-nous repartir de nouveau, nous convertir ?

Pour beaucoup, même pour l’auteur de cet éditorial, sans recevoir la nourriture eucharistique, un long moment de lecture approfondie de la Parole de Dieu, la prière à toutes (vos) intentions, l’accueil des signes de partage et d’amour rapportés par nos médias, nous recentraient sur l’Amour de notre Dieu, manifesté par le don total de son Messie, dans sa Pâque. Dans tous nos déserts, dans nos deuils, nos angoisses, Dieu fait du neuf ! Abandon ? Jésus s’est abandonné à la volonté créatrice, à l’amour de notre Père.

Quels chemins de Pentecôte s’ouvrent devant nous ?  Nourritures corporelles et spirituelles à partager, travail et dignité humaine à retrouver, relations sociales à renouer… un Evangile à vivre ? La présence du Christ-Sauveur dans le concret de notre vie ! Seul, notre chemin de disciple, à la suite de Jésus témoignera !

                                                                                                          Eric Merlier.

 

*Au bout de deux mois, j’ai pu rendre visite à ma Maman, confinée en EHPAD, à Dainville. Jusque-là, les appels téléphoniques restaient souvent sans réponse, à cause de sa surdité ou de « son décrochage » ? Lors de ces visites tant attendues, au-delà des deux mètres et de la vitre en plexiglas, mes frères et moi, nous l’avons sentie revenir.  Ses larmes, ses silences, puis quelques mots nous disaient fort son sentiment d’avoir été abandonnée. Puis, un sourire retrouvé, quelques mots « qui s’organisent », le lien était renoué.

Article publié par Catherine Lux - Catéchuménat Notre Dame de Pitié du Pays de Bapaume • Publié • 292 visites