Haïti terre d’avenir.

CCFD CCFD  Lionel Fleuristin est haïtien. Cet ingénieur agronome de 43 ans, invité par le CCFD dans notre diocèse pendant le temps du carême, a laissé sa femme et ses quatre enfants pour venir en France partager les projets réalisés avec les petits agriculteurs et les petits commerçants de son pays : Haïti.

 

Lionel anime actuellement deux projets: un institut Mobile de Formation (IMOFOR) et un soutien à la Promotion du Financement rural en Haiti. C’est au service d’hommes et femmes vivant en milieu rural en général, des petits producteurs agricoles et des petits commerçants.

 

CCFD CCFD  Le projet IMOFOR consiste à former les acteurs du financement populaire évoluant à travers des structures de base d’épargne et de prêts de 10 à 50 membres, chacune dénommée banque communautaire ou mutuelle de solidarité. IMOFOR forme également les animateurs et animatrices qui accompagnent ces groupes. Depuis le lancement de cette activité en 2003, environ un millier de personnes sont formées en vue de renforcer leurs groupes pour un meilleur accès aux ressources financières.

 

Le projet Soutien à la Promotion du Financement rural en Haiti vise à animer des espaces de dialogue entre les acteurs du financement populaire et permettre aux membres des banques communautaires et des mutuelles de solidarité de se rencontrer et de se constituer en réseau pour faire face à leurs problèmes communs sur une base solidaire.

 

Une semaine avec Lionel Fleuristin et le CCFD 

CCFD CCFD  Du 19 au 25 mars 2006 avec le CCFD, le diocèse accueillait Lionel Fleuristin. un partenaire originaire de Haïti. Il a rencontré des jeunes en lycée agricole, une équipe ACI (action catholique des milieux indépendants), découvert des initiatives d’économie solidaire, participé à des soirées publiques, vécu le rassemblement « Bouge ta planète », visité une coopérative de maraîchers, un centre social en milieu urbain…

 

Visage souriant, maîtrisant bien l’histoire de son pays et ses responsabilités de coordonnateur, Lionel Fleuristin nous parle avec réalisme et lucidité d’Haïti, pays montagneux, avec un réseau routier défectueux, un taux d’alphabétisation de 51.95 %, classé 153ème sur 177 sur l’indice de développement humain (IDH). Il nous parle plus particulièrement des petits agriculteurs qui cultivent un à deux hectares de terre, et des femmes qui tiennent de petits commerces.

 

CCFD CCFD  Depuis 1998, le conseil national de financement populaire a permis à des groupes  de constituer une banque communautaire d’abord par l’apport de cotisations des membres alimentées par la suite avec des fonds extérieurs. L’objectif était clair : ne pas mettre en place une structure de micro crédits rigide et ne s’adaptant pas aux personnes mais au contraire mettre au centre du dispositif les hommes et les femmes avec un outil leur assurant des meilleures conditions de vie en tenant compte de l’environnement familial, social, économique des membres, en leur permettant de faire grandir entre eux l’esprit de solidarité, de partage et d’équité. A ce jour 62000 membres sont concernés par cette initiative.

En même temps, depuis 2003, environ un millier de personnes sont formés en vue de renforcer leurs groupes pour un meilleur accès aux ressources.

Ce sont les haïtiens eux –mêmes qui ont bâti ce projet et le CCFD en finance actuellement une partie à hauteur de 50 000 euros.

Parlant de l’avenir de son pays, Lionel Fleuristin croit en un pays pacifié et stabilisé. « On n’a pas intérêt à être en conflit. Le sourire, je l’ai grâce aux personnes avec qui je travaille ».

 

Jean-Paul Brame

Article publié par Alicia Lieven - Gestionnaire technique du site internet du Diocèse • Publié • 3257 visites