assemblée régionale 2023, Arras

55 personnes se sont rassemblées ce samedi 14 octobre pour tenir l'assemblée annuelle du CCFD-Terre solidaire Hauts-de-France En voici le compte rendu...

AG régionale CCFD-Terre Solidaire Hauts-de-France

ARRAS, samedi 14 octobre 2023

 

 

 

 

Accueil

 

Ouverture :

Le mot de bienvenue de la délégation du Pas-de-Calais exprime notre  peine et notre  trouble  face aux événements  dramatiques que nous traversons, dans cette ville d’Arras  comme au Proche-Orient -où s’activent quelques-uns de nos partenaires, amis de la paix.

Une pensée pour Dominique Bernard, sa famille,  ses collègues et ses élèves, et pour les trois blessés.

« Le lycée Gambetta est  ouvert ce matin,  comme s’il y avait urgence à se tenir debout, à serrer les coudes, à se dire que la violence aveugle n’est pas le dernier mot de l’histoire. Aussi ferons-nous  - nous aussi-  ce que nous avons à faire, comme il était envisagé de le faire, avec modestie et conviction… »

 

Présentation  de la journée (Michel Bigache, DD59 Lille) : le programme et les questions pratiques  - présentation de l’équipe d’animation régionale et de l’équipe salariée, des élus aux commissions. Deux invités, aussi : Flore Baubion, chargée de communication auprès des réseaux de bénévoles et Jean Vettraino, directeur de la mobilisation citoyenne du CCFD-Terre solidaire.

 

Temps spirituel

(Monique Ponchaux et Guy Jovenet)

L’Appel pour une terre solidaire souligne la place des femmes  et leur rôle essentiel dans le développement, mais aussi le chemin qui reste à parcourir pour que leurs droits soient reconnus. Actives sur tous les fronts, ces « femmes en première ligne » sont présentées comme des » signes d’espérance », comme le sont Marie et Elisabeth dans l’évangile de la Visitation  (Lc 1,39-45).

Toutes deux ont accueilli une promesse au fond d’elles-mêmes et lui font une place pour qu’elle produise son fruit. Quitte à faire une entorse aux normes de la société et de la religion patriarcales de leur temps, pour que la nouveauté puisse faire son chemin…

La Visitation est aussi présentée comme un modèle de vraie rencontre, où chacun apporte le meilleur de soi-même. A l’instar du  partenariat  qui conduit à rencontrer l’autre en « portant ce qui tressaille en nous »  (qui ne consiste pas en opinions  à imposer ou solutions toutes faites)  avec le souci de le servir.

 

Evangile de Luc 1, 39-45 

Chant  « Peuple de l’Alliance »

Prière de la fraternité Ch. De Foucault –Afrique : «Quand tu rencontres l’autre», Méditation

         de Carême, Vivre le Carême 2014

********

Le compte rendu s'articule en deux parties : une première approche du thème de formation 2024 / puis tout ce qui touche à la "gouvernance" (instances, élections, budget,...)

********

 

1.« Le patriarcat comme cause structurelle de la faim et des inégalités » 

Première approche d’un thème nouveau inscrit dans le rapport d’orientation 2021-2027

 et fil rouge régional de la formation pour l’année 2024

 

Introduction au thème :

( présenté par Antoine Bailleux  DD02)

 

Dans le rapport d’orientation 2014-2020, « l’égalité femmes-hommes » est présentée comme un enjeu transversal, comme un thème ou une préoccupation qui doit  traverser les « cinq champs d’action thématiques » (souveraineté alimentaire, paix durable au service du développement, etc)

L’assemblée générale de juin 2020  aborde le patriarcat dans ses débats, et l’identifie comme un système d’organisation social qui reconnait à l’homme le pouvoir dans tous les domaines. « Basé sur la domination, il induit des principes d’inégalité, d’injustice, de compétition » (…) et « contribue « au développement de nombreuses formes de violence, et plus particulièrement le mépris de la dignité et des droits des femmes », le racisme, l’exclusion des minorités. Le patriarcat est contraire aux valeurs du CCFD-Terre solidaire qui récuse toutes les formes de domination.

Le Rapport d’Orientation 2021-2027 -  Appel pour une terre solidaire- souligne la place des femmes dans la dynamique des sociétés civiles (« femmes en première ligne », p.21) et consacre un engagement fort : « objectif 3 : agir contre le patriarcat, identifié comme une des causes structurelles de la faim et des inégalités ».

 

Première étape de notre démarche: procéder à un  état des lieux pour mieux comprendre les partenaires engagés sur ce terrain…

Projection video : « Des femmes engagées pour protéger la mer (Sénégal, Mauritanie, Indonésie) »-2020-21

https://ccfd-terresolidaire.org/femmes-engagees-pour-proteger-la-mer/

avec Vimeo intégrée :  https://vimeo.com/466083205   durée : une quinzaine de minutes.

 

 

Ateliers-1 : réactions et premières interrogations

 

« Ce que cela m’évoque… »

-La vidéo  traite moins  du patriarcat que de « l’autonomisation »  économique, sociale et culturelle des femmes, mais elle en livre de nombreux indices ou traces (par exemple les emplois de pêcheurs réservés aux hommes).

 -Le patriarcat nous apparaît comme  un phénomène complexe, multidimensionnel : pas seulement économique mais aussi culturel (et religieux), partagé ici et là-bas, dans toutes civilisations.

-Phénomène qui se combat  entre autres  par l’éducation.La compréhension des situations recourt à divers registres : connaître les pratiques ancestrales, vision pragmatique des règles et lois

 

« Quels éléments je retiens des témoignages de la vidéo ? »

-La force des femmes, que le patriarcat étouffe et violente

-Les femmes portent l’avenir, qui s’oppose au maintien du statut quo (tradition).

-Les femmes « sont plus dans la collaboration », a contrario des hommes davantage dans la compétition (??).  En tout cas bien des  passages du film évoquent ou montrent : le regroupement entre femmes pour agir, la Communauté solidaire où se cultivent amour de soi et reconnaissance, leur courage face aux gouvernements et multinationales.

 

« Quels leviers pour être ‘force de changement’ ? »

Pour les femmes concernées, l’émancipation passe par l’accès  aux ressources : savoir, savoir-faire, capital,    visibilité sociale …( Ici aussi d’ailleurs )

Pour  que nous soyons « force de changement » : ici les leviers cités sont :

 la formation, le plaidoyer, la reconnaissance des droits (le levier législatif),

 l’aspect collectif et communautaire de la mobilisation et de l’action

 la revendication de  la différence et la reconnaissance de l’identité des femmes dans toutes

  leurs fonctions…

           « Sensibiliser les hommes et s’appuyer sur les femmes » !

 

« Premières questions » :

Quel lien entre ici et là-bas ? Faut-il commencer par évoquer le patriarcat chez nous pour éviter un       regard en surplomb? Comment rendre audible ce discours ? Faciliter la diffusion ?

Quelle complémentarité avec d’autres thématiques ? Quel lien entre patriarcat et autres systèmes : colonisation, religion, systèmes familiaux...

 

 

Le patriarcat : qu’en  dit  le CCFD-Terre solidaire?

(intervention d’Elisabeth Charlon + ateliers de l’après midi)

 

Le sujet est en chantier au CCFD-Terre solidaire.  La définition du Larousse donne une première idée : « Forme d'organisation sociale dans laquelle l'homme exerce le pouvoir dans le domaine politique, économique, religieux, ou détient le rôle dominant au sein de la famille, par rapport à la femme ».  C’est une réalité sociale  construite, profondément ancrée dans les cultures, les représentations (stéréotypes) et les institutions. Toutefois les situations varient beaucoup dans le monde : le patriarcat est déterminé socialement, économiquement, culturellement  et religieusement. Il faut une compréhension dans le cadre d’une société donnée. Aussi  la première tâche du CCFD consiste-t-elle à documenter le sujet et à collecter l’information.

 

Qu’a fait le CCFD-Terre solidaire sur ce sujet depuis 20 ans ? Comment sa position a-t-elle évolué ?

 

1.Dès 1996, le CCFD soutient Sin Do, au Bénin, dont l’approche ‘maternaliste’ intrigue et intéresse

Cela n’est qu’un début.

note :

https://ccfd-terresolidaire.org/benin-lassociation-sin-do-donne-la-voix-aux-femmes/ présente en déembre 2021 l’association SINDO Bénin : « Face aux violences faites aux femmes et aux jeunes filles au Bénin, l’association Sindo lutte avec elles pour leur dignité et développe leur autonomie » Avec viméo intégrée (à la fin) ; « Ernestine prend la parole »  https://vimeo.com/269822524 Sindo est aussi  au cœur de l’émission KTO sur les femmes en Afrique  (mars 2019) : https://www.ktotv.com/video/00264835/defis-daujourdhui-pour-les-femmes-en-afrique soit une cinquantaine de minutes d’émission

 

2 .Le rapport d’orientation 2008-2012  prend acte de l’évolution des rapports homme/femme dans un contexte où les violences augmentent ou sont mieux connues (Faim et Développement n°302, p17), en même temps que pointent des idées nouvelles (« empowerment » ou autonomisation). Les « champs d’action thématiques » sontdésormais systématiquement éclairés par la perspective de « l’égalité femmes/hommes ».

note: Un autre enjeu transversal est la « viabilité écologique et la justice environnementale. Chaque thématique  doit être éclairée par les deux enjeux transversaux. Par exemple, le thème « sécurité et souveraineté alimentaire » est relu à l’aune de la transition agro-écologique et de la promotion des circuits courts. Il l’est aussi  sous l’angle de l’égalité femmes-hommes: l’accès égalitaire aux ressources productives et à la formation, le partage équitable des choix de production et de valorisation sont particulièrement soulignés.

 

3  De 2011 à 2014, la future région Grand-Est s’implique dans le sujet, profitant de la venue d’un partenaire argentin du Carême 2012.De là naîtra un beau dossier documentaire (« L’autonomie économique des femmes » - Conception : CCFD-Terre solidaire Alsace-Lorraine, décembre 2012)  mais aussi un souffle. Fait important ici : Le questionnement vient des partenaires. La nécessité d’avancer ensemble conduira à unvoyage d’immersion en Argentine.

 

4 Les bailleurs de fonds majeurs,Union Européenne et Agence Française de Développement, exigent que la dimension homme/femme soit désormais intégrée à tous les projetsauxquels ils contribuent financièrement.

 

5. Avec le RO 2021-2027,le patriarcat est explicitement pointé ; il est cité transversalement à 2 thématiques : « souveraineté alimentaire » (p.40)  et «  construire une culture de paix » (p45). Reste le besoin de l’étendre à la totalitédes (4) thématiques.

 

6. En Hauts-de-France, pour faire suite à une demande de réflexion-/contributiondunational sur ce thème à partir de 5 cas-types,six contributions sont produites par des équipes locales, synthétisées par Elisabeth. Travail qui reste un peu mince, faute d’une implication plus précoce et plus générale des bénévoles.

 

7. Assemblée Générale juin2023… Au total sont remontées32 contributions -dont celles des MSE etdes salariés-qui nourrissent une Proposition de travail (document de 32 pages).Commence une Etude du Fond d’étude et d’évaluation (F3E).

 

Au bout du compte, « une  démarche solide », qui sans doute « diffère de celle MeToo » (référence usuelle ou spontanée  d’un  public  encore peu  informé sur la question  du patriarcat ! )

Elle donne lieu « d’être fiers du CCFD » (…) « Nous, bénévoles, avons la responsabilité de participer à cette démarche, qui est aussi digne de l’Evangile qui nous inspire».

 

Pour sensibiliser les bénévoles, se mettre en route,  préparer la journée de formation d’Amiens (25 mai 2024) un certain nombre de ressources sont déjà disponibles, mises à disposition sur la « table de presse ».

Parmi  elles , la vidéo qui présente  l’action de  WoMining  en Afrique du Sud, en lutte contre l’industrie extractive, qui piétine les droits humains et l’environnement https://ccfd-terresolidaire.org/en-afrique-pollueurs-et-7110/   ou encore : https://womin.africa/fr/polluters-plunderers-the-roots-of-africas-crises-animated-short-film-series

 

Ateliers- 2

 

Après la projection, un temps de travail en petits groupes  recense  « quelles  questions porter dans la journée de formation 2024  à Amiens ? ». En voici quelques-unes :

  • Que signifie le concept ? quelles sont les composantes et constantes du système ? (sans négligerla place des enfants, comme sujets et support de transmission)
    • Qu’est-ce qui favorise le patriarcat dans une société ?
    • Quel lien entre patriarcat et autres formes d’oppression ?
  • Les portes d’entrée du thème dans chacune des 4 thématiques prioritaires :le lien entre le patriarcat et la justice économique (la loi sur le devoir de vigilance suite à l’effondrement de l’usine textile Rana Plaza, le pillage des pays du Sud, les paradis fiscaux)

                    Le lien entre patriarcat et causes de la faim

                    Le lien entre patriarcat et le bien vivre ensemble

 

  • Comment adapter nos outils pédagogiques sur le thème du patriarcat dans une réalité de terrain auprès du public français ? (jeunes, Eglise...)
  • Comment agir concrètement ? comment le CCFD-Terre solidairealerte-t-il l’opinion publique sur ce sujet?

 

  • Autres liens que nous souhaiterions explorer    -Travailler, réfléchir avec d’autres associations  -disposer d' un inventaire de cas concrets (données historiques et géographiques) touchés par le patriarcat -Disposer d’un inventaire de projets ou solutions porteurs d’espoir ici et là-bas (ex. : éducation des jeunes générations-) Expérimenter certains outils (jeu de rôle par ex.)

 

 

 

 

  2.  Instances et « gouvernance» du  CCFD-Terre Solidaire :

 

Instances nationales / régionales et élections

(animation :Michel Bardoz, DD02)

 

Présentation générale et  dernier appel à candidatures :

 

Le CCFD-Terre solidaire tient chaque année une Assemblée Générale  (comme toute association régie par la Loi de 1901), qui  définit la stratégie et vote le budget. L’AG est composée de délégués de la collégialité (les mouvements et services d4eglise qui portent ensemble la solidarité internationale au sein du CCFD) et des bénévoles  issus des assemblées régionales. Il est donc légitime et important d’y prendre notre part.

Notre territoire « Hauts de France » a besoin de 4 délégués qui votent en âme et conscience .pour une AG de 2 jours (15-16 juin 2024).

Le Conseil d’administration du CCFD-Terre solidaire  et  son bureau sont élus pour mettre en œuvre les orientations votées par l’assemblée générale de juin. Ils sont aidés dans leur tâche par des Commissions, composées de  délégués engagés pour 3 ans  (2 week-ends en présentiel).

      La Commission du Partenariat International  (CPI) développe  une vision cohérente du partenariat et tranche sur les   dossiers qui lui sont proposés. Elle se compose en fait de cinq sous- par grandes zones géoographiques.

     La  Commission des Axes Thématiques se décline logiquement  quatre sous-commissions. Elle tient  six ou sept réunions en visio par an. Notre région a un représentant dans trois d’entre elles : il manque un(e) délégué(e) pour la thématique Justice économique, à qui il n’est pas demandé d’être expert.

 

Les statuts du CCFD-Terre solidaire spécifient  la composition de  l’AG nationale et du CA (4 délégués par  zone territoriale ; 2 délégués par leur MSE). La composition est libre au niveau régional. Un tiers des présents dans notre assemblée d’aujourd’hui  appartient à un Mouvement ou service d’Eglise - sans être forcément mandaté.

 

Ateliers

 

Pour en apprendre davantage (et peut-être s’engager) les participants sont invités à participer à ddeux ateliers choisis parmi  les suivants :

  Présentation des Commissions thématiques (Michel Bardoz et Claudine Lanoé  partagent leur expérience)

  Qu’est-ce que la CPI ? (Chantal Malpaux, Elisabeth Charlon, Romane Thomas , Pierre Descamps

  « J’étais délégué à l’AG »  (retour d’expérience. Antoine Bailleux, Elisabeth Charlon)

  L’équipe d’animation régionale  (Monique Ponchaux, Jean Luc Gueudet)

  Du bon usage de « La Place »  (avec Flore Baubion)

 

Pour mémoire :

La région CCFD-Terre Solidaire Hauts-de-France  rassemble six délégations diocésaines : Aisne, Nord–Cambrai , Nord-Lille,  Oise , Pas-de-Calais  et Somme . Chacune est représentée au sein du groupe d’animation  (Equipe d’animation régionale, EAR) qui se réunit régulièrement  Il n’existe plus de « délégués de région », mais des bénévoles qui accomplissent un mandat de trois ans, renouvelable une fois. A quoi s’ajoute une  indispensable équipe  de salariés, autour d’Anne BARRIER  (Responsable de service Hauts de France-Ile-de-France), Sarah LEGROS, Louise BENKIRAN, et Gabrielle COURTY -qui vient tout juste d’arriver- Chargées de développement associatif.

Le rôle de l’Équipe d’Animation Régionale – EAR- a été défini autour de trois verbes: 

-Animer, au fil des semaines : organiser le calendrier et l’animation des réunions,  y compris l’assemblée  régionale, définir les priorités régionales, en particulier dans les domaines de la formation, de la notoriété et du partenariat, et en temps de Carême  (des comités de pilotage sont prévus à cet effet). Relayer les initiatives  et campagnes nationales, à la mesure de ses moyens.

-Organiser: appeler des bénévoles (sans perdre de vue la parité) ; coopter de nouveaux membres à l’EAR ; établir le budget, associer les salariés aux projets … L’Equipe d’Animation Régionale désigne en son sein un référent régional  chargé de représenter la région auprès d’organisations externes au CCFD Terre-Solidaire (Cette fonction fait l’objet d’une lettre de mission spécifique).

-relier : créer des liens avec les territoires et délégations  départementales ; participer à l’assemblée générale, proposer des candidats pour les Commissions nationales (assurer un lien avec le national)

Tout bénévole qui partage les valeurs du CCFD-Terre Solidaire  peut  entrer dans l’équipe (par cooptation –confirmée à l’AR suivante). Cet engagement correspond environ à  une charge de trois journées par mois et quatre samedis par an.

 

Résultats des votes  (46 votants)

 

L’assemblée a validé par son vote  quatre candidatures pour la  représentation  de la région Hauts-de-France à l’Assemblée Générale Paris 2024 :

Elisabeth GUETNY (dd59-Lille, chercheuse), Marie ANSART (dd 59-Cambrai ; retraité éducation, lien autres asso.),   Christophe LEGRAND (dd Oise, retraité éducation),      Anne BOURGOIS (dd 59-Lille, enseignement et média, CVX).    Elisabeth CHARLON (dd59-Lille) a été élue comme suppléante.

Chantal MENU (Aisne, ex education nationale) a été élue à la Commission thématique « Justice économique »

Pascale MIELLET (Lille, éduc.sociale)  est élue à la Commission du Partenariat international

 

 

Plan d’action et budget 2024

(Jean Luc Gueudet,trésorier régional, DD60)

 

Le budget  régional, établi par l’équipe d’animation régionale, est alloué par le national  sur projet argumenté.  C’est donc le Conseil d’Administration national qui valide le budget de la région. Si les délégations n’ont pas d’existence juridique propre elles peuvent tout de même  gérer sérieusement un plan d’action régional , chiffrer les montants nécessaires à ses actions, contribuer aussi  au financement

Le plan d’action (actions prévues en 2024) comporte :

  • La journée régionale Formation/action « Patriarcat et faim » à Amiens,le 25 mai
  • Une action de mobilisation, qui reste à déterminer (en rapport avec les élections européennes ?)
  • La tenue de l’assemblée régionaleà l’automne,et l’animation régionale au cours de l’année (10 réunions par an dont sept en visio – et trois en présentiel qui suscitent des frais de location de salle et de déplacement)
  • La production de supports ECSI , notamment le twisterre alimentaire porté par l’Aisnedont l’usageapparaît utile et aisé en milieu scolaire (déjà expérimenté en 02 et 59).
  • L’accueil et le séjour de partenaires sénégalais en avril : s’il n’ y a pas d’accueil de partenaires au titre du Carême , nous accueillerons des membres de la FONG-Sénégal , branche agricole et des lycéens de Casamance. pour le Carême mais venue pour les Parcours écologiques.

 

Le budget s’établit  comme suit :

                                                                           Dépenses                                Recettes

 Evénement régional printemps                         1400                                            400

 Action de mobilisation                                         800                                   

 support ECSI :5 Twisterre                                 2500                                           1750

 accueil partenaire  (« parcours »)                       500

 Vie associative

            Assemblée régionale                               2000                                          1500

            Equipe AR                                                 400

            Réunions                                                   400

Fournitures abonnements et petit matériel            500

 

 Total                                                                    8500                                            3650

 

Une bonne partie des recettes est aléatoire.

Le trésorier rappelle en outre la possibilité  offerte à chacun de demander un remboursement de frais ou de déclarer un « abandon de frais », comptabilité en recettes (et occasion d’abattement fiscal pour le  bénévole). Fournir les justificatifs dématérialisés...

Les budgets par délégation diocésaine  seront reconduits, avec l’aide de Louise Ben Kiran

 

Appel  est lancé pour un trésorier adjoint : avis aux amateurs (qui bénéficieront d’un accompagnement …)

 

 

Les « Parcours terres solidaires » : point d’étape

 

Présentation générale (Sarah Legros):

 

Dans le cadre du projet TAPSA-2, soutenu par l’Agence Française de Développement, se met en place dans les Hauts-de-France  une démarche  de construction de « parcours terres solidaires ». Elle   implique cinq lycées agricoles régionaux  et  le  lycée Emile Badiane de Bignona, en Casamance, et un partenaire sénégalais : FONG-Sénégal -Action paysanne.

Une rencontre a réuni le 18 septembre  tous les acteurs du projet Parcours Terres Solidaires : CNEAP (enseignement agricole privé),  élèves et enseignants des 4 lycées agricoles impliqués : -Estrées Saint Denis (60), Chauny (02), Genech (59) et Bapaume(62) -  et une équipe de salariées et bénévoles  du CCFD-Terre Solidaire. Occasion de partager pratiques et projets ainsi que les besoins des équipes enseignantes qui naviguent dans des situations très diverses.  Occasion  aussi de rappeler la nécessité de mutualiser les outils et de faire régulièrement le point (un groupe WhatsApp est créé).

 

L’intégralité du projet se déploie sur la période  2024-2026.

Dès cette année, des lycéens et leur professeurs s’activent à construire  le projet de leur choix. Le parcours réalisé par les étudiants du Lycée Ste Marie d’Aire-sur-la-Lys en 2022  en fournit une première expression de qualité  – matérialisée notamment par un dépliant qui recense des lieux  de l’Audomarois (Région de Saint Omer , 62) où  se construisent d’autres manières de produire et de consommer,   et  un réjouissant «escape game»; le partenariat  n’ y est pas oublié.  La variété des situations de départ, des classes mobilisées et des horaires dévolus d’un Lycée à l’autre  laisse augurer une certaine  diversité des réalisations qui en résulteront.

 

Les partenaires sénégalais seront dans les Hauts de France du 02 au 10 avril 2024. Désormais, il faut réfléchir à ce qu’il est possible de proposer à cette délégation  dans le registre  institutionnel et/ou  pratique (rencontre d’agriculteurs) et pédagogique (élèves et professeurs).

Notre région enverra  8 jeunes en immersion en 2024/2025. Un événement régional  concluera l’opération en 2025/2026.

 

Une cagnotte en ligne a été lancée, qui fait appel au don ciblé. Si vous souhaitez soutenir le projet :

https://lespetitsruisseaux.ccfd-terresolidaire.org/projects/parcours-terres-solidaire-hauts-de-france-i9753

N’hésitez pas à le faire savoir autour de vous ou lors d’événements.

 

Pour en savoir plus : s.legros@ccfd-terresolidaire.org

 

L’accompagnement des projets : l’exemple du  lycée de Chauny (Jean Wambergue, DD02

 

Difficultés :

  • De 'temporalité' : des délais courts, un temps de travail limité (du 15/09 au 15/04)… et un projetréparti sur 3 ans !
  • Difficulté d’être audible, car sous-utilisation des documents du CCFD pour lier ici et là-bas.

Constats :

  • Bon accueil par les témoins et les acteurs. Cela dit, l’approche et le langage du CCFD-Terre solidaire ne vont pas toujours de soi et appellent explication.
  • Le monde de l’enseignement agricole est plus avancé qu’on ne le croit dans ses conceptions ; pour autant, « évoluer » n’est pas si évident pour les agriculteurs rencontrés. De ce point de vue les situations sont différentes selon les orientations agro-économiques : « il y a vraiment deux mondes différents, le maraîchage et la grande culture »
  • Une question : comment intéresser au projet et impliquer les communautéschrétiennes locales ?

 

 

  ENVOI

 

Au-delà du plaisir de la rencontre, des échanges et réflexions qui s’ensuivent, soulignons la fécondité de cette journée, au-delà même de ce qu’on  avait imaginé  au-départ. Notamment :

L’assemblée a voté et élu des représentants ; Michel Bardoz a dûment  proclamé les résultats et  chacun  souscrit à sa présentation : le CCFD « est une maison toujours à reconstruire ».

Elle a aussi procédé à une première approche  du thème d’étude et formation de l’année prochaine : le travail en ateliers comme l’exposé lumineux d’Elisabeth Charlon ont posé d’utiles jalons sur le patriarcat.Ce n’est qu’un début.

 

Trois chantiers  nous attendent :

 -la campagne de Carême -  du mercredi 14 février au jour de Pâques- 31 mars 2024.  Le thème sera celui de la justice économique ; les informations disponibles pour le moment sont accessibles sur le site « La Place »

-l’accueil des partenaires sénégalais, du 2 au 10 avril 2024, au sein d’un beau projet « Parcours »

- la formation «Patriarcat »: le 25/05 /2024, Journée  régionale de form’action à Amiens.

On peut y ajouter  un prochain RV  le 10 novembre 2023,  pour les  40 ans de la SIDI, à la MAL de Lille.

 

Remerciements  aux présents,  aux bénévoles  locaux et aux salariés, aux invités !

« L’Appel pour une terre solidaire »  entend  « porter une parole d’espérance  dans un monde violent,  en mal de justice », qui met en danger  même la vie de la planète. Immense chantier  auquel nous  contribuons : retournons-y,  avec humilité et persévérance …

 

 

Octobre 2023. D’après les notes de Nicolas Beaudoin (dd02) et Guy Jovenet (dd62) + première synthèse des ateliers de Sarah Legros.

Photographies : Louise Benkiran

 

                                       

 

AR vue salle AR vue salle  

 

 

 

Article publié par Guy Jovenet - CCFD Terre Solidaire • Publié • 359 visites