"parcours de migrants"

Présentation du jeu proposé par la CIMADE

Parcours de migrants est un jeu de plateau -à  la manière d’un jeu de l’oie - émaillé de questions,  qui vise à sensibiliser aux réalités concrètes ou juridiques de parcours des migrants , tout en déconstruisant certains préjugés relatifs aux droits des personnes étrangères.

 

Ce jeu conçu par la CIMADE en 1991 a connu ensuite de nombreuses modifications.  La version réactualisée La version la plus connue (en tout cas la plus utilisée au CCFD 62  au début des années 2010) est celle de 2007. Elle est encore utile pour exposer le principe; cela facilitera la comparaison pour ceux qui l'ont pratiquée: c’est pourquoi elle est décrite à grands traits dans le commentaire des photographies ci-après. La version la plus récente (2019)  est ensuite  présentée ; elle peut être téléchargée sur le site de la CIMADE (voir liens  en fin d’article)

 

Photographie 1 : la boîte de jeu actuelle (2019)

 

Photographie 2: le plateau de jeu -2007

Le plateau de jeu représente le parcours d’un migrant depuis son pays d’origine jusqu’à son installation en France ou son retour dans son pays. Le but du jeu est d’atteindre la case « Y arriver »- que l’objectif du migrant soit de rester ou de rentrer.

Chaque joueur (ou équipe) représente un migrant et tire au sort un  profil de personnage. S’avancent ainsi sur le plateau de jeu (à l’aide du dé) : Dorja -qui vient de Mongolie - Alphonse, qui fuit la République Démocratique du Congo ; Mounir arrivé d’Algérie ; Issa qui a quitté le Mali ; la famille Slava d’origine estonienne, et Yin, ressortissant chinois. La version  2007, accessible à partir de 12 ans, mettait  donc en scène 6 équipes (de un à quatre joueurs chacune) ; le  lancer de dé détermine la progression.

 

Le parcours est découpé en quatre phases : le départ ; la migration ; l’insertion ; le choix  rester ou rentrer. Chaque période est séparée de la suivante par une case obligatoire (carrée) sur laquelle chacun est obligé de s’arrêter. Et pour cause : ce sont des moments incontournables tels que  la demande de visa ou les passages en préfecture, et l’animateur va statuer sur sur le sort de chacun en fonction de son profil …

 

Photographie 3 : différents types de cases (version 2007)

Sur le plateau (en chemin, donc) les joueurs rencontrent  divers types de cases. Certaines cases  sont des « cases question » (il faut alors répondre à la question posée par l’animateur) ou des cases « témoignage » (il suffit de lire à haute voix le bref récit qui évoque la partie du parcours où on se situe). Mais des « cases obstacles » sont disséminées tout au long du trajet ; ce sont les mêmes  pour tous les migrants : la corruption, le passeur, le chavirage, la frontière, les contrôles de police … mais la conséquence peut dépendre du profil du migrant.  Une seule « case chance » permet d’améliorer sa situation…

Toute personne conduite au  centre de rétention y reste jusqu’au tour suivant.  En sortiront ceux qui ont un titre de séjour en cours de validité ; les autres devront lancer le dé qui décidera de leur sort (expulsion/ libération). La partie se termine lorsque  un ou  l’ensemble des migrants parviennent à la case « Y arriver » qui signe pour les uns le début de l’installation en France, pour d’autres un retour au pays -volontaire ou non.

 

Photographie 4 : le nouveau plateau de jeu (2019):

La nouvelle version  propose  un plateau de jeu remodelé, illustré et en couleurs  et  des données réactualisées. La Cimade entend « (éclairer) encore plus concrètement les réalités vécues par les personnes étrangères désireuses de vivre en France aujourd’hui ».

En bas du plateau (= au départ) on notera les 7 cases « chemins détournés »  (de violence, prison, jusqu’à danger de mort), à côté de l’entrée ‘licite’ (via la demande de visa).

Chaque joueur parcourt ensuite les cases ; là où il tombe il tire une carte, qui lui vaut expérience positive  ou funeste, selon les cas. Restent toutefois deux cases « arrêt obligatoire » où chacun doit s’arrêter (quel que soit le chiffre sur le dé). Il s’agit de « tournants décisifs  du parcours », le lieu de rencontres volontaires ou non avec l’administration ou des services publics.

Dans cette variante réactualisée,  les participants ont davantage la possibilité de faire des choix dans leur parcours : « Cela permet d’accroitre la dimension ludique du jeu, mais aussi et surtout de montrer que les personnes migrantes sont actrices de leur vie et qu’elles peuvent tisser des liens de solidarité ». Les règles se veulent  donc plus ludiques et interactives que dans la version précédente  mais la durée du jeu –accessible à partir de 13 ans, animé  par deux adultes informés - peut être plus longue, notamment en fonction du nombre de personnages retenus (donc d’équipes).

 

Photographie 5 : Dix personnages : variété des  statuts et des trajectoires:

Comme l’indique le tableau récapitulatif des situations, le nombre de personnages passe à  une dizaine, qui essaie de prendre en compte la diversité des situations. Autant de femmes que d’hommes.

On peut ne pas les mettre tous en jeu ; et un même personnage peut être incarné par une à trois personnes, selon le nombre total de participants. (Le jeu laisse une marge de manœuvre aux animateurs en fonction des circonstances).

Chaque joueuse ou joueur incarne une personne exilée et tente de parvenir à la case « Arrivée » en obtenant le statut le plus favorable.

 

Photographie 6 : Les fiches personnages ont été modifiées et enrichies.

Sur chacune figurent : la situation du personnage, et sa case de départ : Ahmed  entre dans le jeu à la case « passeurs », Issa –travailleur Malien en France depuis 15 ans, entame la partie à la première case après la frontière. La fiche ajoute aussi à chacun un ou des « atouts ». Ces « atouts » sont des attributs qui permettent de se sortir d’une galère spécifique  sur laquelle on peut tomber  dans  les cases « vie quotidienne » ; par exemple : « être francophone » permet de se sortir d’un mauvais pas, ou bien disposer de « compétences  professionnelles particulières » facilite l’accès au travail. De ce point de vue Assala est bien mieux lotie qu’Ahmed …

 

Cette rapide  présentation vise  simplement à éveiller la curiosité du lecteur, qui est invité  à  se reporter à :

https://www.lacimade.org/nouvelle-version-jeu-parcours-migrants-refonte-complete/

ou

https://www.lacimade.org/?s=parcours+de+migrants

 

Les éléments du jeu peuvent être téléchargés (dossier ZIP comprenant l’ensemble des fichiers pdf à imprimer : cartes, fiches personnages, règle du jeu ,…, et le plateau en quatre pièces à coller l’une à l’autre)

Il est possible e télécharger le plateau en une seule pièce  pour format A3 . Pour les formats plus grands de A2 à A0 la CIMADE conseille de les contacter (lien). Mais j’ai souvenir d’une version du plateau 2017 géante réalisée dans la cours de récréation  en 2013 par des bénévoles motivés !

Reste à prévoir un dé, dix pions et  15 jetons …

 

 

Article publié par Guy Jovenet - CCFD Terre Solidaire • Publié • 51 visites