Rencontre oecuménique à Lievin

Des chrétiens de la Gohelle, Lens et Hénin-Beaumont se rassemblent au temple de l'Eglise réformée.

 

 

M. Johannès Ykéma, président du conseil presbytéral de Liévin, les abbés Jean-Marie Loxhay, Hubert Renard, Michel Becquart, le Père Daniel Zylinski, de la mission polonaise catholique de Liévin, Pierre Coleau, diacre délégué à l’œcuménisme et le pasteur L Liévin, 23-01-07  
M. Johannès Ykéma, président du conseil presbytéral de Liévin, les abbés Jean-Marie Loxhay, Hubert Renard, Michel Becquart, le Père Daniel Zylinski, de la mission polonaise catholique de Liévin, Pierre Coleau, diacre délégué à l’œcuménisme et le pasteur L
M. Johannès Ykéma, président du conseil presbytéral de Liévin, les abbés Jean-Marie Loxhay, Hubert Renard, Michel Becquart, le Père Daniel Zylinski, de la mission polonaise catholique de Liévin, Pierre Coleau, diacre délégué à l’œcuménisme et le pasteur L

Pour célébrer la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, les membres des communautés réformée, baptiste et catholique de Liévin, Avion, Lens et Hénin-Beaumont se sont rassemblés en nombre le 23 janvier au temple de l’Eglise réformée de Liévin.

Depuis les commémorations des 30 ans de la catastrophe de Liévin en décembre 2004, les représentants de différentes confessions (catholiques, protestants, musulmans) ont fait du chemin ensemble : rencontres, repas, partages…

Les uns et les autres sont conscients d’être avec leur foi au service d’une même condition humaine souvent plongée dans la souffrance. Aussi la quête de ce soir a-t-elle été effectuée au bénéfice de l’association baptiste Allélone, partenaire de la Banque alimentaire, pour financer de grands réfrigérateurs et leur équipement. Le souvenir de l’Abbé Pierre, décédé la veille, était aussi présent dans les esprits.

 

De Babel à Pentecôte

 

Avec comme thème« vivre la Pentecôte aujourd’hui », la soirée, à la fois recueillie et détendue, a permis aux participants de (re)trouver un même langage. Prière de repentance, de louange ou d’intercession se sont succédés, rythmés par des chants connus de tous. La Parole de Dieu, le Je crois en Dieu (avec quelques nuances) ou le Notre Père ont été puisés au trésor commun.

 

De la division à l’union, les récits bibliques contrastés de Babel et de la Pentecôte étaient au cœur de la réflexion. Babel, c’est la confusion, l’échec d’un groupe qui fonde son unité sur une entreprise dédiée à sa seule renommée. Par le don des langues, Pentecôte révoque la malédiction. Aujourd’hui, quel langage parler, qui puisse être compris de tous ? Un langage qui permet de respecter et d’accueillir l’autre dans toute sa différence. « Seul l’Amour peut opérer ce miracle. Pour vivre ensemble, il nous faut savoir accueillir et donner, (…) vivre notre foi de manière familiale, mais aussi de façon réfléchie et engagée pour répondre aux besoins de notre temps » souligne le P. Zylinski, qui conclut avec Jean-Paul II : « Offrons à notre Père, le Père de tous les chrétiens, notre volonté d’unification. Que cela soit aussi le don de nos actes concrets. Répondons à Dieu qui est Amour par notre amour humain, qui regarde avec compassion notre prochain et manifeste un désir sincère de collaboration partout où cela est nécessaire. »

Les chantiers sont ouverts. Animés par un même Esprit, des chrétiens s’y engagent.

 

Sr Christine Gribelin

Article publié par • Publié • 6675 visites