L'unité des chrétiens

Afin qu'ils soient unis dans ma main.

 
La semaine œcuménique de prière
pour l’unité des chrétiens prend différentes formes selon les possibilités des diverses communautés qui préparent : conférences, informations célébrations etc. Un Comité international composé de représentants du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens et de la Commission foi et Constitution propose chaque année un document sur un thème présenté par une équipe interconfessionnelle d'un pays, cette année par les chrétiens de Corée. En France, ce document est adapté par le Centre Unité chrétienne de Lyon, qui propose aussi tout un matériel d'animation : brochure, affiches, images, etc. L’abbé Guy Pillain responsable diocésain a communiqué aux prêtres différents documents.
 
La méditation de la Semaine 2009 est proposée par les Eglises de Corée. Face à la division de leur pays, ces Eglises ont cherché l'inspiration chez le prophète Ezéchiel qui vécut également dans un pays tragiquement divisé et aspirait à l'unité pour son peuple. En Ezéchiel 37, 15-19. 22-24, nous découvrons l'ardent désir de l'unité que Dieu veut pour les tribus d'Israël divisées. Le geste prophétique inspiré à Ezéchiel, de joindre deux morceaux de bois, est l'image de la réunification des royaumes du Nord et du Sud d'Israël : « Rassemble ces morceaux l'un contre l'autre pour en former un seul, ils seront unis dans ta main » (Ez 37, 17).
 
L’image symbolique de deux morceaux de bois unis pour en former un seul, retenue comme thème de l'année, est la seconde image que l'on trouve en Ezéchiel 37. La première, qui est probablement plus familière aux Églises, est celle des ossements desséchés qui reprennent vie par l'action de l'Esprit de Dieu. Dans l'une comme dans l'autre, Dieu est celui qui donne la vie, qui est la source d'un commencement nouveau. Dans la première image, l'Esprit de Dieu est l'esprit de vie. Dans la seconde, c'est Dieu lui-même qui apporte l'unité, la réconciliation et la paix dans une nation divisée. En d'autres termes, c'est l'union des deux parties divisées qui donne la vie nouvelle.
 
Les chrétiens peuvent y voir la préfiguration de la vie nouvelle que le Christ nous offre et à laquelle nous accédons par la victoire sur la mort conformément à la volonté de salut de Dieu. A travers les deux morceaux de bois qui forment sa croix, Jésus nous réconcilie avec Dieu ; l'humanité est ainsi remplie d'une espérance nouvelle. Malgré nos péchés, malgré la violence et les guerres, malgré la disparité entre riches et pauvres, malgré notre manque de respect envers la création, malgré la maladie et les souffrances, malgré les discriminations et malgré notre désunion et nos divisions, Jésus Christ - les bras ouverts sur la croix - embrasse toute la création et nous donne le shalom de Dieu. Dans ses mains, nous sommes un et sommes attirés vers lui qui est mis en croix.
 
Mais Dieu compte sur son prophète pour réaliser cette œuvre de renouvellement dans l'unité. Ezéchiel reçoit la mission d'annoncer à Israël que cette restauration est une initiative et une œuvre de Dieu. Rapprocher les tribus les unes des autres et « les tenir unies dans sa main », telle est la volonté de Dieu. Ezéchiel doit aussi appeler le peuple à la conversion pour préparer les chemins de cet avenir nouveau de réconciliation. Cet avenir meilleur d'unité et de paix pour Israël passe en effet par une conversion sincère de sa part. C'est la tâche des prophètes d'en proclamer l'urgence au nom du Seigneur. Qui veut l'unité selon l'Alliance doit s'engager à se détourner des idoles et à se laisser purifier par Dieu : « Je les délivrerai de toutes les iniquités dont ils se sont rendus coupables, je les purifierai. Ils seront mon peuple et je serai leur Dieu ». Le renouvellement de l'espérance passe par le renouveau de la fidélité envers Dieu. 
 
Israël au temps d'Ezéchiel aspirait à son unité nationale. Nous espérons, nous chrétiens envoyés à toutes les « nations », la pleine communion en Christ pour laquelle nous prions.
Documents disponibles sur http://www.eglise.catholique.fr
 
 
Intentions de prière pour chaque jour de la semaine
 
Prière de confiance pour l’unité des chrétiens.
 
1. Les communautés chrétiennes face
à leurs divisions anciennes et nouvelles
Ils seront unis dans ta main
 
2. Les chrétiens face à la guerre et à la violence
Ils seront unis dans ta main
 
3. Les chrétiens face à l’injustice économique et à la pauvreté
Ils seront unis dans ta main
 
4. Les chrétiens face à la crise écologique
Ils seront unis dans ta main
 
5. Les chrétiens face aux discriminations
et aux préjugés sociaux
Ils seront unis dans ta main
 
6. Les chrétiens face à la maladie et à la souffrance
Ils seront unis dans ta main
 
7. Les chrétiens face au pluralisme religieux
Ils seront unis dans ta main
 
8. Les chrétiens proclament
l’espérance dans un monde divisé
Ils seront unis dans ta main
 
 
Message du Conseil d'Eglises chrétiennes en France
 
Pierre et Paul souvent opposés dans la pastoreale mlissionnaire sont fêtés ensemble le 29 juin Pierre et Paul  
Pierre et Paul souvent opposés dans la pastoreale mlissionnaire sont fêtés ensemble le 29 juin
Pierre et Paul souvent opposés dans la pastoreale mlissionnaire sont fêtés ensemble le 29 juin
Comme chaque année, du 18 au 25 janvier, nous allons célébrer la Semaine de l’unité, ce rendez-vous centenaire qui nous rappelle l’engagement irrévocable de nos Eglises dans le mouvement œcuménique. Avec nos frères et sœurs du monde entier, à l’invitation de ceux de Corée, nous prierons en 2009 pour l’unité des chrétiens « afin qu’ils soient unis dans la main » de leur unique Seigneur (cf. Ez 37, 17).
Mais, dans le prolongement du Troisième Rassemblement européen de Sibiu en septembre 2007, il nous a semblé important que nous nous interrogions aussi sur les engagements énumérés dans la Charte œcuménique européenne que nous avons signée le 14 mai dernier. Ce document trop peu connu de chacun des membres de nos paroisses et communautés nous propose en effet des points de repère importants pour évaluer la manière dont nous prenons au sérieux la prière du Christ : « qu’ils soient un afin que le monde croie que tu m’as envoyé » (Jn 17,21). Vous en connaissez les grands axes : Nous croyons l’Eglise une sainte catholique et apostolique (I) ; nous nous engageons sur les chemins de la communion visible des Eglises en Europe (II) ; nous exerçons notre responsabilité commune en Europe (III)
 
Etudier ce texte, c’est d’abord prendre acte de tout le chemin parcouru depuis plus de quarante ans. L’impatience devant les exigences d’un dialogue théologique en vérité et les conséquences de la complexité croissante du paysage religieux nous rendent parfois injustes devant les acquis bien réels du mouvement œcuménique. Regardons par exemple quelques réalisations vécues dans chacune de nos régions : groupes d’étude interconfessionnels, expositions et lectures continues de la Bible ; mise en place de Conseils d’Eglises locaux pour une meilleure concertation et un témoignage commun sur les problèmes de société ; engagement dans les réseaux de défense des droits de l’Homme (ACAT, CIMADE…) ou de sauvegarde de la création ; temps de prière commun le premier vendredi du mois de mars, ou bien à l’occasion du Vendredi-Saint ou du matin de Pâques ; documents théologiques des Comités mixte de dialogue ainsi que ceux du Groupe des Dombes.
 
Etudier la Charte œcuménique européenne, c’est aussi prendre conscience de tout ce que nous pourrions faire davantage en commun, localement, pour concrétiser les engagements qui y sont formulés.
La crise du modèle de société, et non seulement du système financier, à laquelle nous sommes confrontés depuis quelques semaines, et l’interdépendance que nous ressentons davantage nous invitent précisément à plus de solidarité face aux victimes des dysfonctionnements de notre société dominée par la consommation et la recherche du profit. Elle nous invite aussi à réfléchir ensemble sur de nouveaux modes de vie et à promouvoir d’autres façons de vivre dans ce contexte économique… Cette réflexion et ces initiatives auxquelles vous appelle aussi notre message de Noël sont indissociables de la meilleure connaissance mutuelle de nos traditions confessionnelles à laquelle nous convie la Charte.
 
Au moment où nous nous préparons à célébrer la naissance dans notre chair du Dieu qui s’est fait solidaire des plus pauvres, puissions-nous témoigner davantage ensemble de l’Amour qu’il nous a révélé et transmettre ainsi au monde une parole d’Espérance dont il a plus que jamais besoin !
 
Les co-présidents
et le Conseil d’Eglises chrétiennes en France
 

 

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 2817 visites