La mosaïque des Eglises d’Orient

En vue du synode des évêues du Proche-Orient

Multiple et complexe

 

Proche Orient Proche Orient  Avec la Turquie et l'Iran, les Églises du Moyen-Orient regroupent entre 21 et 25 millions de chrétiens éclatés en de multiples églises. D'une complexité confessionnelle déroutante, ce christianisme se décline en une bonne quinzaine de dénominations et six rites alexandrin, antiochien (dans ses formes maronite et syrienne), chaldéen, byzantin, arménien et latin. Cette mosaïque est issue des bras de fer théologiques et politiques d'une histoire nouée à Constantinople, Alexandrie, Ephèse, Nicée et Chalcédoine. Dans l'Empire romain d'Orient, les querelles conciliaires ont donné naissance à une diversité d'Églises porteuses de traditions qui font les multiples facettes de la Foi. Rien qu'au Liban, on dénombre onze communautés chrétiennes distinctes.


Cette diversité ne se cantonne pas à l'Est de la Méditerranée. Beaucoup d'Orientaux ont bouclé leur valise préférant l'exil à des conditions de vie démoralisantes. « Il y a des chrétiens d'Orient partout. Si on veut les confiner dans un territoire, on risque de les y laisser mourir !», avertit Mgr Philippe Brizard, neuf ans directeur général de l'Œuvre d'Orient et bien conscient de la nécessité pour ces Églises de conserver un lien organique avec leur diaspora. Selon ce spécialiste, « il importe de mettre le projecteur sur ces Églises orientales et de les sortir de l'oubli.

 

La foi est née en Orient


Le Moyen-Orient est un territoire biblique. C'est le périmètre des grands drames de l’Ancien et du Nouveau Testament et le berceau des premières générations chrétiennes. Les chrétiens d'Irak le savent bien. A 40 km au sud de Bagdad, au milieu des rizières et des palmeraies. Kokhré cache en son sous-sol les vestiges dune des premières églises. Elle aurait été fondée au I` siècle siècle par un disciple de Thaddée à qui saint Thomas partant pour l'Inde aurait confié l'évangélisation de la Mésopotamie. C'est là qu'au IV" siècle les chrétiens ont subi l'une des plus importantes persécutions d'une histoire particulièrement éprouvée comme le montre encore l'actualité. Le patriarche chaldéen, chef de l'Église catholique irakienne, porte aujourd'hui encore une soutane rouge en mémoire de cette persécution.
La guerre et la chute du régime de Saddam Hussein n'ont jamais permis aux chrétiens d'acquérir ce terrain qu'ils souhaitaient transformer en lieu de pèlerinage. Ailleurs, en Égypte. où 8 à 10 millions de  chrétiens représentent 10% de la population, de grands pèlerinages se déroulent le 1e juin et le 21 août dans les lieux présumés du périple de la Sainte Famille après la naissance de Jésus.
 

Enjeux et défis du Moyen-Orient


Au Proche-Orient, les chrétiens relèvent trois grands défis : leur cohabitation périlleuse avec un Islam de plus en plus dénaturé par les fondamentalismes, la question israélo-arabe cristallisée par Israël et enfin leur difficile unité. A la veille du synode (Voir En bref p.5) auquel toutes les Eglises du Moyen-Orient sont invitées a Rome en octobre prochain, il est clair que les chrétiens ne peuvent plus se positionner en ordre disperse devant les problèmes qu'ils doivent affronter aux cotes de d populations dans lesquelles Ils sont immerges. L'archevêque de Bagdad, Benjamin Sleiman, rappelle que malgré leur statut de minoritaires, les chrétiens demeurent « des acteurs et des témoins de la paix, révélateurs des idéaux de leurs sociétés et par conséquent levain de ces dernières.), Pour Mgr Philippe Brizard, « ils brillent par leur fidélité a la foi ”. Appelé également martyre, ce témoignage a de quoi interpeller nos sociétés sécularisées. « La foi n’est pas tombée du ciel. Nous l'avons reçue de nos pères par tradition. II nous appartient d'en servir la mémoire avec fidélité”, complète Mgr Brizard.


Que faire?


Les chrétiens d'Orient nous lancent une interpellation : Sommes-nous vraiment frères et membres du FT-tome corps, le corps du Christ ? “Paradoxalement ce qui m'inquiète le plus, c'est l'indifférence des catholiques latins. Là-bas, on est habitué aux catastrophes. On médite sans cesse le mystère du grain qui meurt pour ressusciter”, termine le porte-parole de l’Œuvre d'Orient. Malgré des siècles de méconnaissance et d'incompréhensions, les chrétiens d'Orient, ce sont d'abord des frères à aimer et à aider.
Marta Delsol

 

L’Œuvre d'Orient


Seule association française consacrée a 'aide aux chrétiens d'Orient, l'Œuvre d'Orient soutient l'action des évêques et des prêtres d'une douzaine d'Eglises orientales catholiques et de plus de 60 congrégations religieuses qui, sur le terrain, interviennent auprès de tous, sans considération d'appartenance religieuse autour de trois missions (éducation, soins et aide sociale, action pastorale) dans 21 pays, notamment au Moyen-Orient. Depuis le l'septembre, le P. Pascal Gollnisch, prêtre du diocèse de Paris et cure de Saint-Francois-Xavier, succède à Mgr Brizard à l'Œuvre d'Orient. www.oeuvre-orient.fr.

La revue « le monde de la Bible » a publié un hors série, septembre 2010, en coopération avec La vie sur la Syrie, berceau du Christianisme
 

 

Page associée

Fermer