Semaine pour l'unité des chrétiens 2012

Tous, nous serons transformés par la Victoire de notre Seigneur Jésus Christ.

Du 18 au 25 janvier les églises chrétiennes organisent des temps de rencontre et des veillées de prière pour inciter les uns et les autres à œuvrer pour que vienne la réconciliation entre les frères.


En octobre dernier, la rencontre interreligieuse d'Assise a pu nous interpeler. Il ne s'agit certes pas d'œcuménisme à proprement parler (l’œcuménisme qui concerne les relations entre Eglises chrétiennes), mais les grandes Eglises chrétiennes ont été partie prenante de cet évènement et beaucoup se sont unis par la prière à celle de Benoît XVI : prière à notre Dieu et Père de tous les hommes, qui nous invite à vivre en frères avec tous. Nous savons aussi comment les soubresauts des peuples du Moyen Orient peuvent laisser nos frères chrétiens, notamment les coptes, dans une grande incertitude avec de profondes blessures. Cela nous motive d'autant plus dans notre prière pour la paix et la justice. « La sœur des religions n’est pas la violence, mais la paix »
Guy Pillain

La justice et la paix, évoquées le 1er janvier par le pape
Dans son message pour la journée mondiale de prière pour la paix, Benoît XVI rappelait : « La paix n’est pas seulement absence de guerre et elle ne se borne pas à assurer l’équilibre des forces adverses. La paix ne peut s’obtenir sur terre sans la sauvegarde des biens des personnes, la libre communication entre les êtres humains, le respect de la dignité des personnes et des peuples, la pratique assidue de la fraternité » [8]. La paix est un fruit de la justice et un effet de la charité. La paix est avant tout un don de Dieu. Nous chrétiens, nous croyons que le Christ est notre vraie paix: en Lui et dans Croix, Dieu a réconcilié le monde avec Lui et a détruit les barrières qui nous séparaient les uns des autres (cf. Ep 2, 14-18); en Lui il y a une seule famille réconciliée dans l’amour.


Toutefois, la paix n’est pas seulement un don à recevoir, mais bien également une œuvre à construire. Pour être vraiment des artisans de paix, nous devons nous éduquer à la compassion, à la solidarité, à la collaboration, à la fraternité, être actifs au sein de la communauté et vigilants à éveiller les consciences sur les questions nationales et internationales et sur l’importance de la recherche de modalités adéquates pour la redistribution de la richesse, pour la promotion de la croissance, pour la coopération au développement et pour la résolution des conflits


oikoumene -COE oikoumene -COE   Le thème 2012 s'inspire d'une parole de l'apôtre Paul aux Corinthiens, ch 15 :

 

Tous, nous serons transformés

par la Victoire de notre Seigneur Jésus Christ.

 

On retrouvera les documents utiles sur le site du Vatican

 

  

 On trouvera aussi des  renseignements sur

le site du Conseil oecuménique des Eglises

 

 Pour cette année, la célébration a été inspirée par  l'Eglise de Pologne.

Prière d’engagement 
Nous nous rappelons ce que l’Apôtre Paul écrit dans sa Première épître aux Corinthiens (1 Co 15,57-58) :  Rendons grâce à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ. Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, faites sans cesse des progrès dans l’œuvre du Seigneur, sachant que votre peine n’est pas vaine dans le Seigneur.
Loué soit le Seigneur, qui nous conduit à l’unité ! Père, nous consacrons cette semaine à prier pour l’approfondissement de notre unité dans le Christ. Il a vaincu la mort, et nous a appelés à une vie nouvelle dans l’Esprit. Et nous te prions :
 

  • Transformés par le Christ Serviteur –
     : Envoie-nous, et ensemble nous cheminerons !
  • Transformés par l’attente patiente du Seigneur – 
    : Envoie-nous, et ensemble nous cheminerons !
  • Transformés par le Serviteur Souffrant – 
    : Envoie-nous, et ensemble nous cheminerons !
  • Transformés par la victoire du Seigneur sur le mal – 
    : Envoie-nous, et ensemble nous cheminerons !
  • Transformés par la paix du Seigneur Ressuscité – 
    : Envoie-nous, et ensemble nous cheminerons !
  • Transformés par l’amour inébranlable de Dieu – 
    : Envoie-nous, et ensemble nous cheminerons !
  • Transformés par le Bon Pasteur – 
    : Envoie-nous, et ensemble nous cheminerons !
  • Unis dans le règne du Christ 
    : Envoie-nous, et ensemble nous cheminerons !  

Œcuménisme et interreligieux.
 

Il nous arrive parfois de confondre œcuménisme et interreligieux


Retenons que le mot œcuménisme se réfère aux efforts consentis par les différentes confessions (communautés) chrétiennes pour un dialogue qui rapproche et permettent de se comprendre entre eux les membres des religions chrétiennes, issues du même Jésus-Christ. Le mouvement œcuménique subit des hauts et des bas selon les personnalités à la tête des Eglises. Avancées et latences sont aussi le fruit de tensions internes à chacune des Eglises, qui favorisent l’ouverture ou accentue le repli identitaire. La réflexion théologique accompagne le désir de l’unité. Documents épiscopat publiait en octobre dernier “Marie”, du comité mixte baptiste-catholique en France ; le groupe des Dombes a publié différents documents qui font référence : «Pour la conversion des Eglises» (en 1991) et «Marie dans le dessein de Dieu et la communion des saints» (1997 et 1998), en 2005 “l'autorité doctrinale dans l'Eglise”

 

Par interreligieux il faut comprendre : le dialogue vécu entre différentes religions, essentiellement entre les religions monothéistes : Islam, judaïsme et chrétiens. La rencontre et la prière à Assise avec le pape Jean-Paul II et les représentants de nombreuses religions témoignent du désir, pas toujours entretenu, d’essayer de se parler, de se comprendre et aussi de prier côte à côte. Parmi les questions actuelles, on retiendra : la place des religions dans un monde sécularisé. Dans les débats à la française sur la laïcité, les religions font se refusent à être considérées uniquement comme une affiare privée : elle sont une composante de la vie en société.
 

En octobre 2011, le pape Benoit XVI et des représentants dediversses religions et confessions se sont rassemblés pour la Paix à Assise. Cette initiative a été relayée en bien des diocèses et paroisses. Certains groupes de chrétiens qui refusent les données de Vatican II ont rejeté cette initiative. On se rappellera les données de Vatican II concernant l'Oeucuménisme, la liberté de conscience et le dialogue avec les personnes d'autres religions, ce ne sont pas matières à option, mais signes d'une Eglise à l'image de son maître. 

 

 

Prière Le corps brisé de l'Église
 
Le corps brisé de l'Église
est la source de tant de larmes
S'il est vrai que les chrétiens ne sont pas encore
pleinement unis dans leur foi et leurs structures,
ils peuvent l'être dans leur amour
et leur désir de suivre Jésus.
Ils peuvent être « un» si ensemble,
 ils « descendent l'échelle» avec Jésus,
 pour le rencontrer dans le plus pauvre et le plus faible.
 
Aujourd'hui, les chrétiens ne peuvent pas partager,
à la même table, le pain rompu
devenu Corps du Christ,
mais nous pouvons manger ensemble,
à la même table, celle des pauvres et des faibles.
N'est-ce pas là le chemin le plus direct vers l'unité ?
 
S'il est vrai que les chrétiens de différentes traditions
ne peuvent pas encore boire au même Calice le Sang du Christ,
nous pouvons tous boire au même calice de la souffrance.
Ensemble, nous pouvons verser
l'huile de la compassion sur les blessures de l'humanité.
 
L'unité ne se fera pas seulement autour du trésor
du corps brisé et ressuscité de Jésus, caché dans l'eucharistie,
mais aussi à travers le trésor du corps brisé de Jésus vivant, présent dans le pauvre.
L'eucharistie et le lavement des pieds sont une même réalité
l'un éclairant l'autre, l'un découlant de l'autre.
Ils sont les deux trésors de l'Église.
 
Jean Vanier,

 

Article publié par Emile Hennart - Maison d'Evangile • Publié • 2974 visites