FAQ-6 Ch.11-12, que c'est compliqué!

Complément explicatif

J’ai bien conscience que cette section 6 est difficile, pas seulement à cause de l’Ancien Testament. Il faudrait peut-être d’abord relire tranquillement la fiche 6 (lecture d’ensemble, zoom et pour aller plus loin”. Ces chapitres 11 et 12 témoignent des polémiques entre Jésus et les juifs d’une part, mais aussi entre les premiers chrétiens et les Juifs du temps de Matthieu (les païens qui accueillent et les Juifs qui refusent le témoignage sur Jésus). Pour faire simple, retenons seulement les polémiques entre Jésus et les Juifs…

 

Rappel de l’itinéraire proposé par Matthieu


Cette section est dans la logique (le fil rouge) de l’ensemble des sections déjà lues : après une introduction générale (sections 1 et 2) Matthieu présente d’abord « l’enseignement de Jésus » (section 3, ch 5-7). Jésus y traite déjà ses adversaires d’hypocrite ! Ensuite Jésus est présenté allant à la rencontre de gens très différents (section 4). Cette section se termine par la prise de position pour ou contre Jésus (9,33-34 les foules d’une part, les pharisiens d’autre part).

La section suivante prend appui sur ces rencontres : “Jésus a pitié de cette foule… brebis sans berger”, d’où l’appel et l’envoi des disciples en mission…. Avec feuille de route (discours missionnaire) et mise en garde. Cette mise engarde évoque des persécutions qui seront postérieures à la mort-résurrection du Christ. Durant le temps de la mission au temps de Jésus comme au temps des premières communautés, de nombreuses objections sont venues.

Aussi,

 

Face aux rejets de Jésus, une seule réponse : la parole des prophètes
 

Matthieu, dans ces ch. 11-12, prend en compte les tensions et persécutions contre l’évangile de Jésus, en mettant dans la bouche du Christ une analyse des difficultés de croire (Jean Baptiste) et des “blocages contre Jésus” au point qu’il reprend, à propos des villes du bord du lac (Chorazin et Bethsaïda) ou contre les pharisiens, la même remarque déjà faite au centurion ch. 8, 9-11 : “les païens et les étrangers vous précéderont dans le royaume des cieux”. Voilà la trame, la logique de cet section 6. Qui donc est ce Jésus ? Matthieu ne donnera pas d’autre réponse que celle déjà écrite par Isaïe 42 : le serviteur ! Les pharisiens entendront-il cet argument scripturaire ?

Lac de Capharnaüm Lac de Capharnaüm  

 

La section des paraboles (ch.13) pour aider à dépasser les rejets


Compte tenu des difficultés qui tombent sur l’annonce de la Parole, on imagine les apôtres douter de l’avenir de la Bonne Nouvelle (18-21). Il faut alors une section de sept paraboles où Jésus invite à la confiance : la Parole semée, réussira, produira du fruit… jusqu’au temps du tri à la fin des temps, (section 7).

Elie et Jean, c’est plus qu’un parallèle. Selon la tradition, Elie avait été emporté au ciel sur un char de feu, et son retour coïnciderait avec la venue de l’envoyé de Dieu. D’où l’hypothèse de certains courants de dire que Jean était Elie revenu, sous-entendu : la venue du messie est proche. Pour Matthieu, c’est encore une occasion de situer Jésus dans la continuité de l’Ancien Testament
Le sac et la cendre évoque l’attitude des ninivites qui ont fait pénitence à l’appel de Jonas.

 

Une construction bien particulière voulue par Matthieu


Pour les spécialistes qui étudient la construction des textes par les écrivains, cette section est construite en forme d’encadrement :
• avant et après le centre, on trouve des paragraphes qui se répondent : par exemple l’ambassade de Jean Baptiste vers Jésus au début, l’ambassade de la famille à la fin.
• Le sac et la cendre avant, Jonas après ;
• Belzébul avant et Belzébul après.

• Tyr et Sidon avant, Ninive et reine de Saba après; etc.
Cette technique a pour objet de valoriser le centre, ce que Matthieu estime essentiel dans le texte qu’il a construit : ici c’est la réponse à la question “qui est Jésus”, non pas la réponse faite par Matthieu, ou par Jésus, mais la réponse de l’Ecriture en Iszaïe: le serviteur de Dieu, c'est lui, Jésus.

matthieu 11-12 -construction matthieu 11-12 -construction  

 

Petit lexique des mots et allusions, ch 11-12.


Ce qui suit peut utile mais cela risque de nous égarer de la compréhension du fils conducteur voulu par Mathieu, à savoir : les étrangers précéderont les héritiers lors du jugement dernier.
Les doutes de Jean-Baptiste. (Lire dans le dossier saint Luc : “pourquoi Jean-Baptiste doute ?” http://arras.catholique.fr/page-18527.html
• Chorazin et bethsaïda : deux villages au bord de lac, à côté de Capharnaüm ; Il semble qu’ils n’aient pas bien accueilli la parole de Jésus… et même Capharnaüm !
• Tyr et Sidon : deux villes en territoire païen (Phénicie)
• Le sac et la cendre : signe extérieurs d’une attitude de pénitence.
• Sodome : ville détruite dans le feu pour ses nombreux péchés (relaté dans la saga d’Abraham et de Lot)
• Les sages et les savants/les tout petits : action de grâce de Jésus voyant les petites gens accueillir ses paroles, alors que les autorités religieuses l’ont rejeté
• Froisser des épis : considéré comme un travail, c’et interdit le sabbat
• David et les pains : au cours d’un épisode guerrier, il se sert des pains offerts au sanctuaire afin de nourrir sa troupe ! 1 Samuel 21, 2-7
• Le serviteur (12, 18-21), c’est l’un des quatre chants du serviteur en Isaïe, entre 40 et 53, que les premiers chrétiens ont retenu comme présentation de ce que sera le serviteur/Jésus. Pour dire qui est Jésus, Matthieu n’utilise pas une “parole d’homme” ou une démonstration. Il prend une citation de l’AT…
• Le signe de Jonas. De Jonas, nous connaissons l’histoire de la baleine, mais nous ignorons dans quelles conditions ce roman religieux a été écrit. Après le retour d’exil, il y avait, pour une part d’Israël, un repli, un refus d’ouverture aux païens et l’on considérait que la mission des prophètes est de s’adresser uniquement aux Juifs, pas aux étrangers. Ainsi Jonas refuse d’aller chez les païens et prend la direction opposée. Mal lui en prit, et il exécute finalement la mission, avec l’étonnement que l’on devine de voir toute la ville se convertir ! Morale de l’histoire : ne disons pas que les païens et les étrangers ne sont pas aptes à entendre la Parole de Jésus, cf. Jésus et le centurion au ch.8.
• La reine du midi. Mt 12, 42.
Jésus évoque ici un épisode du livre des Rois (1 Rois 10) où il est rapporté qu’une reine étrangère (sud péninsule arabique, ou Arabie saoudite d’aujourd’hui) serait venue écouter Salomon, pour la sagesse dont la réputation avait franchi les frontières. Dans l’Evangile c’est, pour Jésus, une manière de reprocher aux pharisiens, qui ont tout avoir sur place (la présence de Jésus), de n’avoir aucune conversion du cœur, à la différence de la reine du Midi (ou reine de Saba) qui a du faire un long chemin.

• La mère et les frères. En Marc 3,31-35, c’est plus clairement explicité qu’ils viennent pour récupérer Jésus, parce que ses comportements déshonorent la réputation de la famille ! Ils n’ont pas compris qui est Jésus (tout comme Jean Baptiste dans sa prison, au début du ch.11
 

Fermer