1905-2005 - Les héros des manuels d’histoire de la IIIe République

rep-heros rep-heros  Au moment où se termine l’année centenaire de la loi de 1905 dite de séparation des Églises et de l’État, pourquoi ne pas revisiter la galerie des héros de l’histoire de France à travers les manuels de la IIIème République (1870-1940), avec une Intéressante plaquette à ce sujet? Vercingétorix, Clovis, Charlemagne, Saint Louis, Bayard, Duguesclin, Jeanne d’Arc, Napoléon et quelques autres font partie des héros qui ont imprégné la mémoire des plus anciens.

 

Sait-on que Vercingétorix réapparaît dans l’histoire de France sous Louis-Philippe, après 1830, à l’occasion d’études sur Alésia. Jusqu’en 1881, l’histoire de France débutait avec Clovis, et non avec l’illustre Arverne. Napoléon fait sortir Jeanne d’Arc de l’oubli, et Michelet crée l’image populaire qu’on lui connaît aujourd’hui : fille du peuple, sauvant la France, boutant l’Anglais hors du pays. Elle sera canonisée seulement en 1920.

 

La création des héros date en fait de la IIIème République. Après la défaite de 1870, il fallait mobiliser les français, leur redonner le désir de bouter hors de France l’étranger. Il fallait proposer des modèles où s’identifieraient les français, à commencer par les petits français, dont l’éducation, grâce à l’École de la République était désormais une priorité. Vercingétorix devient ainsi celui qui galvanise le peuple contre l’ennemi : « marchons et chassons-les de la Gaule notre Patrie », lui fait dire Ernest Lavisse dans son manuel  d’histoire de France pour le Cours élémentaire. (E. Lavisse auteur de nombreux manuels entre 1881 et 1939). La patrie, une notion bien postérieure à la guerre des Gaules. Ailleurs, une gravure représente Charlemagne discutant avec un instituteur !

 

rep-heros rep-heros  « Toute communauté humaine constituée a besoin de fonder son identité sur des ancêtres glorieux et exemplaires. Les Grecs et les romains disposaient d’une panoplie de héros et de demi-dieux, l’Église a ses saints morts pour la foi, la République n’a pas échappé à la règle », écrit Lavisse.
Un certain nombre d’anachronismes mais aussi des oublis peuvent faire sursauter. (Saint Louis ne faisait-il pas porter aux juifs du royaume un insigne rond, rouge écarlate, pour qu’on les reconnaisse ? N’a-t-il pas soutenu une sanglante croisade contre les cathares en pays toulousain ?)

 

Les écoles privées catholiques avaient aussi leurs héros et manière propre d’en parler ; tous étaient d’abord et avant tout d’excellents chrétiens. L’enseignement de l’histoire devient lieu d’affrontements après la loi de 1905. Pour nombre de catholiques, c’était une manière de légitimer les tentatives de rétablissement de la royauté. On a même pu parler de guerre des manuels, certains étant interdits, considérés comme injurieux pour la République. D’autres étaient bannis des écoles libres, parce que chargés de mépris et de haine contre l’Eglise… Blandine, Martin, Geneviève, Vincent de Paul, Charrette le vendéen font partie des héros des écoles catholique.

 

Sans doute ceci est de « l’histoire ancienne », mais elle a permis aux uns et aux autres de s’identifier aux représentations qui leur étaient données par leurs aînés, en qui ils avaient toute confiance. On aurait tort d’accuser ces auteurs de manuels d’histoire d’être de mauvaise foi…, mais on aurait aussi tort de prendre pour argent comptant tout ce qu’ils ont écrit.

 

rep-charl rep-charl  Depuis un siècle, la recherche historique a beaucoup progressé ; elle a balayé, fait le tri entre histoires vraies et parties légendées. On s’est aussi davantage préoccupé de la vie quotidienne des gens, pas seulement des héros.

 

On retiendra des héros de la IIIe République « qu’ils étaient morts pour la patrie, courageux, intelligents, beaux, moralement irréprochables… Notre société produit-elle encore des individus dotés de telles qualités ? » o.c, p.61.

 

Ne peut-on pas se demander si l’histoire enseignée aujourd’hui, si les modèles proposés par les magnifiques médias du XXI° siècle permettent  aux nouvelles générations de s’identifier autour de personnages de l’histoire qui soient à la fois repères et source d’énergie pour bâtir l’avenir ?


Emile Hennart

*** Les photos et citations sont extraites de la plaquette: « Les héros des manuels de l’histoire de la IIIème République » PEMF, BT2 n° 50, 2002, page 39.

Fermer