La destination universelle des biens

Enseignement social de l'Eglise catholique

Origine et signification

(extraits de "Compendium de la Doctrine sociale de l’Eglise"
(Commission Justice et Paix, cerf 2005)

 

Elaboré à la demande de Jean-Paul II Compendium de la Doctrine sociale de l'Eglise  
Elaboré à la demande de Jean-Paul II
Elaboré à la demande de Jean-Paul II
§ 171
Parmi les multiples implications du bien commun, le principe de la destination universelle des biens revêt une importance immédiate: «Dieu a destiné la terre et tout ce qu'elle contient à l'usage de tous les hommes et de tous les peuples, en sorte que les biens de la création doivent équitablement affluer entre les mains de tous, selon la règle de la justice, inséparable de la charité».

Ce principe se base sur le fait que «la première origine de tout bien est l'acte de Dieu lui-même qui a créé la terre et l'homme, et qui a donné la terre à l'homme pour qu'il la maîtrise par son travail et jouisse de ses fruits (cf. Genèse 1,28-29). Dieu a donné la terre à tout le genre humain pour qu'elle fasse vivre tous ses membres, sans exclure ni privilégier personne. C'est là l'origine de la destination universelle des biens de la terre. En raison de sa fécondité même et de ses possibilités de satisfaire les besoins de l'homme, la terre est le premier don de Dieu pour la subsistance humaine ». En effet, la personne ne peut pas se passer des biens matériels qui répondent à ses besoins primaires et constituent les conditions de base de son existence; ces biens lui sont absolument indispensables pour se nourrir et croître, pour communiquer, pour s'associer et .pour pouvoir réaliser les plus hautes finalités auxquelles elle est appelée.


§ 177 La tradition chrétienne n'a jamais reconnu le droit à la propriété privée comme absolu ni intouchable: «Au contraire, elle l'a toujours entendu dans le contexte plus vaste du droit commun de tous à utiliser les biens de la création entière: le droit à la propriété privée est subordonné à celui de l'usage commun, à la destination universelle des biens ». Le principe de la destination universelle des biens affirme à la fois la seigneurie pleine et entière de Dieu sur toute réalité et l'exigence que les biens de la création demeurent finalisés et destinés au développement de tout l'homme et de l'humanité tout entière. Ce principe ne s'oppose pas au droit de propriété, mais indique la nécessité de le réglementer. En effet, la propriété privée, quelles que soient les formes concrètes des régimes et des normes juridiques relatives à celle-ci, n'est par essence qu'un instrument pour le respect du principe de la destination universelle des biens et, par conséquent, en dernier ressort, non pas une fin mais un moyen.

 

Jean-Paul II, Message du 1er janvier 1990


« La société actuelle ne trouvera pas de solution au problème écologique si elle ne révise pas sérieusement son style de vie. En beaucoup d’endroits du monde, elle est portée à l’hédonisme et à la consommation, et elle reste indifférente aux dommages qui en découlent. Comme je l’ai déjà fait observer, la gravité de la situation écologique révèle la profondeur de la crise morale de l’homme. Si le sens de la valeur de la personne et de la vie humaine fait défaut, on se désintéresse d’autrui et de la terre »

 

La doctrine sociale en site WEB

www.doctrinesociaIe-cathoIique.fr


Là crise économique et financière redonne, d'une certaine manière, toute son actualité .à la doctrine sociale de l’Église, c'est-à-dire au questionnement par les chrétiens des mécanismes qui régissent les sociétés, à la lumière de sa tradition et; de la recherche théologique. Ce nouveau site, élaboré par le Ceras (Centre jésuite de recherche et d'action sociales) et qui sera présenté officiellement à la Conférence des évêques à la fin du mois, devrait rendre ce patrimoine chrétien accessible au plus grand nombre Si le premier objectif est de donner un présentation exhaustive de tous les grands textes du magistère, le site offre aussi, par un système de renvoi et de mise en perspective, une vision à la fois cohérente et pédagogique des éléments qui constituent cette doctrine.


Ainsi, un glossaire permet de se reporter à partir d’un thème à tout texte important, de Rerum novarum de Léon XllI à Caritas in veritate de Benoît XVI. L'intérêt, ajoute son responsable, le père Bertrand Hériard Dubreuil, «c'est que les renvois d'un texte à l'autre sont immédiats et permettent de dire comment est réutilisé tel texte d'un pape par ses successeurs, et avec quelles inflexions ».Par ailleurs, le site a recensé huit grands principes fondateurs du discours que porte l'Eglise sur la société, et les décortique les uns après les autres, du bien commun à l'option préférentielle pour les pauvres Une troisième entrée permet enfin à des spécialistes d'aborder les grands thèmes d'actualité sur lesquels l’Église s'est exprimée (écologie, laïcité partie qui, elle, a vocation à être renouvelée. Un instrument précieux en ces temps de campagne électorale alors que les évêques de France, dans le document publié en octobre 2011 : « Un vote pour quelle société ?» préconisaient justement comme éléments de discernement une plus grande attention aux principes de la doctrine sociale de l'Église.
La Croix, 7-8 janvier 2011 Isabelle de Gaulmyn


 

Fermer