Dei Verbum et le cardinal Martini

Quand Dieu s'adresse aux hommes comme à des amis

Quand Dieu s'adresse aux hommes comme à des amis

ou : « la place centrale de la parole de Dieu dans la vie de l'Eglise".


Cardinal Martini Cardinal Martini   Le cardinal Carlo Maria Martini s'est éteint le 31 août 2012 près de Milan dont il avait été archevêque de 1980 à 2002. Ce pasteur était un spécialiste de sciences bibliques et comme membre de l'institut biblique il a suivi l'évolution de la Constitution dogmatique sur la Révélation Divine Dei Verbum. Dans sa cathédrale, il a mené des catéchèses attirant de grandes foules. À Rome en septembre 2005, lors du "Congrès de la Fédération Biblique Catholique - Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens' il disait: «Si nous pouvons aujourd'hui répondre à cette faim de la parole de Dieu avec surabondance, c'est bien grâce au document conciliaire dont nous célébrons le 40ème anniversaire, à savoir Dei Verbum. (18 novembre 1965)»


Lors de ce congrès, dont le sujet était "La place centrale de la Parole de Dieu dans la vie de l’Eglise, Mgr Martini a souligné que Dei Verbum est un texte fondamental pour parler de la place de l'Écriture dans la vie de l'Église.


Il a rappelé que Dei Verbum a clarifié le concept de Révélation, d'Écriture et de Tradition. La révélation n'est plus seulement définie en termes de vérités, elle l'est d'abord en référence à l'auto-communication de Dieu: “Il a plu à Dieu, de se révéler lui-même et de faire connaître le mystère de sa volonté.” (DV 2) L'unité de la Tradition et de l'Écriture fut également affirmée, contre toute tentative de les séparer : “la Tradition sacrée et la Sainte Écriture possèdent donc d'étroites liaisons et communications entre elles” (DV 9)»


Cette Parole reçue et transmise, le peuple de Dieu s'en saisit pour en vivre et la faire connaître. « Ignorer les Écritures, c'est ignorer le Christ." (Saint Jérôme) «Bel Verbum souligne l'importance de la Sainte Écriture dans la théologie et, finalement, exhorte tous les fidèles à lire la Bible. » Les chercheurs et exégètes se sont sentis encouragés dans leur travail, et les laïcs ont souhaité connaître le texte même. De nombreux groupes d'études se sont formés. La Bible est lue dans la Tradition « ecclésiale, c'est-à-dire en tenant compte de tout ce que l'Église transmet dans sa vie, son culte, sa prière et ses enseignements ». Elle se fait sous l'impulsion l'Esprit-Saint.

 

La lectio divina


Mgr Martini décrit une méthode simple pour faire une lecture priante de la Bible:« Elle nous met en présence de Quelqu'un qui nous parle et essaie de nous entraîner dans un dialogue de foi et d’espérance, de repentance, d'intercession, d'offrande de soi." Il y voit trois temps: Lecture, méditation, contemplation
1) la lecture et la relecture du texte;
2) la méditation: quels messages et quelles valeurs nous transmet-il?
3) Par "contemplatio" ou "oratio' J'entends le moment le plus personnel de la lectio divina, celui où j'entre en dialogue avec Celui qui me parle à travers le texte et toute l'Écriture. »


Dans sa conclusion, le cardinal Martini affirmait «C'est dans cette dynamique d'un cœur fervent centré sur la Parole, que nous pouvons espérer un renouveau pour l'Église. »
 

Fermer