L'Eglise a une dévotion particulière pour Marie. Deux formes vous sont proposées : le chapelet et le rosaire.

 

                        Chapelet est une invitation à entrer dans la prière avec Marie. Le mot chapelet désigne à la fois une prière, bien connue des chrétiens d’Occident, et l’objet de piété utilisé pour guider cette prière. De ses origines, le chapelet a gardé son caractère de prière vocale et répétitive, mais c’est aussi une prière méditative. À chaque dizaine est associé un "mystère", c’est à dire l’évocation d’un moment de la vie du Christ ou de la Vierge Marie.

 

                        Rosaire est une succession de chapelet. C’est à la fois une prière et une méditation sur les grands moments de la vie de Jésus et de Marie. Chaque jour, on y médite les mystères joyeux, les mystères lumineux les mystères douloureux et les mystères glorieux. C’est tout le mystère chrétien qui est livré à notre contemplation et à notre prière. Pour Jean-Paul II, "Le rosaire se situe dans la meilleure et dans la plus pure tradition de la contemplation chrétienne". Il se prie comme suit :

 

Mystères Joyeux (Lundi et Jeudi) :

 

Mystères douloureux (mardi-vendredi) :

 

Mystères Glorieux (mercredi, samedi et dimanche)

 

                        D'autres formes de prières existent :

 

                        Les processions procession en l'honneur de la Vierge Marie. C'est une tradition bien connue, manifesté par un cortège religieux plus ou moins solennel qui s’effectue en allant d’un lieu sacré à un autre et destinée à rappeler les bienfaits de Dieu et lui en rendre grâce ou pour implorer son secours. Elle s’effectue en chantant et en priant.



Fermer