Du Samedi 07 au Mercredi 11 juil


Durant 5 jours, Marie-Gabrielle et Amandine sont venues vivre une retraite monastique à l'Abbaye, elles témoignent de leur expérience et partagent leur enthousiasme.... 

 

   

     " La retraite monastique proposée par les moniales de Wisques, c’est tout d’abord cinq jours dans un véritable havre de paix : la splendide abbaye Notre-Dame. Cinq jours plongés au cœur de la vie de celles qui ont tout quitté pour Celui qui a donné Sa Vie pour nous. Leur accueil si chaleureux, leurs délicates attentions, leur joie rayonnante, la profondeur de leurs enseignements, la beauté de leurs offices et de la Sainte Messe : voici les accords d’une mélodieuse symphonie qui nous offre un délicieux avant-goût du Ciel.

 

         N’hésitons pas alors à découvrir ou redécouvrir la beauté de la vie monastique, auprès des moniales de Wisques, suivant le sage conseil de celui qui nous parle si bien du silence :

 

« […] Peuple de France, peuples d’Occident, vous ne trouverez la paix et la joie qu’en ne cherchant Dieu seul. Retournez à vos racines, retournez à la source, retournez au monastère.

Oui, vous tous, osez aller passer quelques jours dans un monastère.

Dans ce monde de tumultes, de laideur, de tristesse, les monastères sont des oasis de beauté et de joie. Vous y ferez l’expérience qu’il est possible de mettre concrètement Dieu au centre de toute sa vie, vous y ferez l’expérience de la seule joie qui ne passe pas. […] »

 

Cardinal Sarah, extrait de l'homélie du 21 mai 2018, lors du pèlerinage de Chartres.

Marie-Gabrielle

 

         

 

   "Rien de tel qu'une retraite monastique pour nous rappeler combien le Seigneur est l'Essentiel de nos vies ! Avec l'Office divin, chaque heure du jour, associée à un mystère du Christ, devient une occasion de louer Dieu. Tout est alors vécu sous son regard.

 

             J'ai particulièrement été touchée par la profondeur des enseignements/témoignage donnés par les sœurs et qui laissent transparaître une riche vie intérieure... Intériorité nourrie par cette atmosphère silencieuse... Silence qui d'ailleurs s'installa tout naturellement lorsqu'au sein de la clôture - quel privilège ! -, nous cueillions les cassis...!"

 

 

Amandine



Fermer