La vie bénédictine

Etre moniale aujourd'hui

 

Nous venons au monastère pour chercher Dieu et pour apprendre à le servir au sein d’une communauté.

  Méditation dans le jardin Méditation dans le jardin  

La vocation de la moniale bénédictine se caractérise par l’absolu de sa recherche...

 

      Chercher Dieu... c’est chercher, non une idée abstraite, une sagesse humaine ou une expérience… mais c’est chercher Quelqu’un, l’Etre par excellence : Dieu.

     La vie monastique est l’ardente poursuite de Quelqu’un… Tel un chercheur de trésor, la moniale a tout quitté pour chercher Dieu et son Amour… et pour cela, elle se désencombre, elle se simplifie et ramène sa vie à l’unité…

 

"Les moines et les moniales sont ceux qui ont ramenés leur vie à l’unité de la recherche de Dieu. Ils n’ont plus qu’une attache : le lien à Dieu, un souci : plaire à Dieu."                                (Dom Cozien, 4ème Abbé de Solesmes)

   Celui qui se tourne vers Quelqu’un qui l’appelle, se détourne, pour ce faire, des autres réalités…

 

 

          Le monastère est une « école où l’on apprend le service du Seigneur. »              (Règle bénédictine)

 

    Le monastère est une ‘école’ et Saint Benoît s’efforce, par sa Règle, de créer dans le monastère, comme au-dedans du moine, les conditions favorables à l’éclosion de l’intimité parfaite avec Dieu. Pour lui, la vie ne vaut d’être vécue qu’à la condition d’être une course vers la perfection de l’amour de Dieu…

 

Dans cette école de l'amour, nous apprenons à vivre en présence de Dieu, à écouter sa Parole, pour lui répondre par le don de toute notre vie et célébrer sa louange au nom de l’Église.  

  la communauté la communauté  

  La Règle de Saint Benoît marque aussi notre relation à Dieu d’une dimension fraternelle : c’est ensemble que nous cherchons Dieu et c’est ensemble qu’Il nous conduits à Lui.

 « A mesure que l’on avance dans la bonne vie et dans la foi, le cœur se dilate et l’on se met à courir la voie des préceptes de Dieu avec une ineffable douceur d’amour » (Règle bénédictine)

 

 La clôture monastique préserve le silence, la solitude et le retrait du monde

qui sont au service d'une ouverture plus profonde à Dieu et aux hommes.

 

"Est moine, celui qui, séparé de tous est uni à tous."                                 (Evagre le Pontique)

 Notre vie est rythmée par la prière, le travail et la vie fraternelle.
 

 

 

« Vouées intégralement à la vie contemplative, [les moniales] mettront en œuvre avec zèle et intelligence les principes essentiels qui sont les fondements du cénobitisme bénédictin et qui ont assuré sa permanence au cours des siècles :

 

    s'exerçant à chercher Dieu uniquement et de tout leur cœur, dans la solitude et le silence de leur vie séparée du monde, dans le travail humble et pauvre, le renoncement et l'obéissance, au sein d'une communauté unie par le lien de la charité sous la conduite maternelle d'une abbesse, elles tendront à faire de toute leur vie une prière pure et continuelle, qui trouvera sa plus haute expression dans la célébration solennelle de l'Office divin. 

 

     Insérées, par cette consécration exclusive à Dieu, au cœur même de l'Église , les moniales se souviendront que leur vie est par là même « pleinement et totalement apostolique » : atteignant le prochain en Dieu, elles coopèrent à l’œuvre de la Rédemption et procurent l'extension de son Royaume. 

 

      Parcourant ainsi, à la lumière de la foi et dans la force que donne l'espérance, la voie tracée par saint Benoît, elles parviendront à cette plénitude de la charité qu'il leur laisse entrevoir à la fin de sa Règle, comme le sommet de la sainteté et de la perfection. »

                                                                       

                                                                                                                                      (Extrait des Déclarations sur la Règle de Saint Benoît)


 

Article publié par Bénédictines de l' Abbaye Notre Dame de Wisques • Publié • 5706 visites

Fermer