Maroeuil - Juillet 2007

Dimanche : Parole en fête

 

Prendre du temps et des moyens pour que l'évangile devienne parlant dans la vie des hommes d'aujourd'hui. L'équipe paroissiale s'est investi pour la troisième fois de l'année dans cette démarche. La fiche technique diocésaine y aidait... mais encore fallait-il réaliser la proposition et inviter les chrétiens de la paroisse, enfants, jeunes et adultes... Comme dans l'évangile, il y eut beaucoup d'excusés et d'excuses diverses pour ne pas répondre à l'invitation.

 

Comment tout emporter? Dimanche : Parole en fête  
Comment tout emporter?
Comment tout emporter?
Après la tasse de café des gens du Nord, nous voici intrigués par la présence d'une table avec un attirail d'objets de campeurs: sac à dos, sac de couchage, palmes de nageurs, lampe torche, mini-télé, camping-gaz etc... L'animateur se prépare à parendre le chemin de Compostelle. Il essaie en vain de tout caser dans son sac à dos... ; il demande de l'aide, plusieurs enfants le conseillent et s'essaient à leur tour. Ce n'est pas possible de tout emmener... Il faut trier , trier entre le nécessaire, le superflu et l'indispensable... Pour prendre la route avec le Seigneur, il faut aussi faire le tri!! C'était la première étape pour comprendre l'évangile de ce jour: "J'voudrais bien, mais... "

 

Comme le disait si bien un enfant...  "quand j'ai pas envie d'aller au caté, j'invente une excuse!" Mais les grandes personnes aussi inventent des excuses.

Plusieurs groupes d'adultes se sont constitués dans l'église... Que cet évangile est dur à comprendre. Que les paroles de Jésus sont dures. Une fois exprimée cette première impression, chacun relit, tente une explication, fait le détail de chaque paragraphe, de chaque situation et découvre une richesse, une exigence insoupçonnée de la part de Jésus. Ce n'est pas lui qui est dur, mais nous qui sommes peu préparés à le suivre.

 

Nous sommes heureux d'avoir compris que Jésus nous appelle, et qu'il nous appartient de faire le tri, de choisir, de nous alléger pour prendre la route avec lui. On veut bien le suivre, mais en regardant en arrière, en conservant tout du passé et de nos habitudes : ce n'est pas possible!

Dans l'évangile, plusieurs phrases invitent à se mettre en mouvement, pour que la Bonne Nouvelle soit annoncée, mais en avons-nous vraiment le désir?

 

A la fin de la célébration, un grand merci fut adressée à la dernière religieuse de la communauté de Maroeuil qui quitte la paroisse pour rejoindre d'autres soeurs ainées à Vaulx-Vraucourt.

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 5287 visites