lire l'évangile tout simplement ? ?

Peut-on lire sans effort? Non! Mais on peut essayer!

 

La parole de Dieu, parole de vie La parole de Dieu, parole de vie   Le désir de lire la Bible “tout simplement” grandit depuis de nombreuses années, dans le peuple de Dieu et dans un plus vaste public. Ouvrir le Livre, cela réussit à certains tandis que d’autres sont rebutés par l’aspect ardu ou incompréhensible de tel texte. Souvent on recherche un commentaire, une explication, et voici Internet mis à contribution. On y trouve de tout, mais cela laisse un goût d’insatisfaction. J’entends souvent des demandes : on voudrait une méthode simple !

 

Deux mille ans nous séparent

Au risque de décevoir, je dirai qu’il n’existe pas de lecture sans effort ; il n’existe pas de « lecture simple[1] », c’est toujours un exercice ! Cet exercice consiste à entendre et respecter la parole de quelqu’un dont nous sommes séparés par au moins 2.000 ans. Mentalités, modes d’écriture et de pensée ont subi de nombreuses évolutions, et les auteurs ne sont plus là pour entendre nos questions et y répondre. Entre eux et nous c’est un grand fossé.
 
Entre eux et nous, il existe bien des passerelles : ce sont les commentaires, les aides à la lecture. Les passerelles, ce sont aussi les images et représentations que nous avons emmagasinées dans notre mémoire. Nous faisons appel à la mémoire dès qu’un mot est prononcé, par exemple : Moïse, ou la samaritaine, ou Thomas, ou Abraham… A chaque fois des « images » reçues hier ou avant-hier ressortent, mais ce sont toujours les mêmes qui viennent à la conscience, et nous les considérons comme définitivement acquises, comme “la vérité” sur le personnage. Mais la première des passerelles, c’est le texte lui-même que nous recevons aujourd’hui.

La comparaison du train de roues

Ceux qui ont vécu à la campagne hier savent ce qu’est un "train de char" ou "passage de roues" qui s’imprime dans une terre meuble. Au premier passage il y a de la résistance, puis un second et un troisième passage deviennent plus facile, et finalement çà roule tout seul… mais le fruit de l’habitude peut devenir ornière. Et lorsque nous voulons sortir des habitudes acquises pour flâner hors du train de roues, en plein champ, nous restons dans l’ornière. Il n’est pas facile d’en sortir. Ainsi en est-il de notre mémoire. Des images s’impriment en nous, qui guident mais qui peuvent aussi empêcher d’aller flâner ailleurs dans le texte, quoi qu’on en dise. Qui de nous n’a pas dit un jour : tiens, cela, je ne l’avais pas vu ! »
 
C’est donc qu’il nous faut des moyens pour sortir des habitudes. Une nouvelle lecture, lecture à frais nouveaux, consistera non pas à rechercher dans notre mémoire les éléments de compréhension déjà acquis, mais à prendre le temps d’observer le texte que nous avons sous les yeux. Nous avons à le recevoir comme un cadeau devant lequel nous ouvrons des yeux émerveillés et curieux. Car ce texte est la trace qu’ont laissée leurs auteurs, et nous ne pouvons plus les interroger en leur disant : « explique-nous, que voulais-tu faire comprendre ? ».

Parmi les moyens

bougie bougie   N’ayons pas peur des mots ‘exercice, questionnaire, grille, travail de lecture’. C’est ainsi que nous rendons notre esprit disponible pour accueillir ce qui est écrit puis pour entendre le témoignage qu’ont voulu donner ceux qui firent l’effort de rédiger, c'est-à-dire de mettre dans des mots et des phrases de leur temps le bien le plus précieux : ce qu’ils ont compris de Dieu. Saint Jean n’écrit-il pas : ce que nos yeux ont vu, ce que nous avons entendu du Verbe de Dieu, nous vous le communiquons pour que vous croyiez et qu’en croyant vous ayez la vie en plénitude[2].
 
Essayons de nous mettre devant le texte, en face, comme devant un ami qui veut nous parler. Prenons le temps de l’observer, de voir comment il se présente à nous, les mots et expressions qu’il a choisis, plutôt que de chercher d’abord quelles idées il peut contenir ! La rencontre d’une amie ne commence-t-elle pas par le regard qu’on lui porte, par notre attention au parfum, etc., avant que l’on en vienne aux idées ? Pour soutenir l’effort de lecture ‘simple’ quelques questions fournies à l’avance pourraient aider les groupes qui répondent à l’invitation.
 

Une invitation à lire en Eglise.

Hommes de la modernité, nous avons pris l’habitude d’être seul devant le texte…
Lire ensemble, lire en Eglise, questionner le texte et partager les découvertes les uns aux autres  est un des moyens pour s’entre-tenir dans la lecture. Souvent le texte sert d’introduction à un débat entre nous et sur nos idées, oubliant le texte dont nous voulions observer l’organisation interne pour en recevoir le témoignage. Des moments de silence sont indispensables pendant la conversation. Cela demande du temps, et nous n’en avons pas beaucoup… Pour approcher quelqu’un dans sa vérité, nous ne pouvons pas faire l’impasse du temps. Pensons-y au moment d’ouvrir l’évangile de Marc ou de Luc : il faut de temps.
 

la Parole de Dieu est la sorce de notre foi Bible  
la Parole de Dieu est la sorce de notre foi
la Parole de Dieu est la sorce de notre foi
 Retrouver le goût de fréquenter l’Ecriture, c’est ce que notre évêque et des responsables diocésains
[3] voudraient favoriser au cours de l’année qui vient et plus encore. L’ambition du projet réside dans le souhait de s’adresser à la multitude, en petits groupes, pas seulement à quelques cercles d’initiés déjà bien exercés. Le souhait est que se constituent de petites cellules proches ou non de l’Eglise mais animées du désir de lire ensemble, un évangile. Il serait normal qu’un aîné dans la foi prenne l’initiative de l’invitation et de la conduite du groupe.

 

On pourrait envisager six à huit rencontres, sur chacune des sections de l’évangile. Comme aide à la lecture, une fiche viendrait soutenir la démarche personnelle. Dans la première partie de la fiche 00, un horaire est proposé; plusieurs questions soutiennent l’effort de lecture qui se conclut par un temps d’appropriation personnelle et de prière. Puis  chacune des fiches proposées apporterait des éléments découverts par d’autres avant nous, mais la règle du jeu est de ne lire cette fihe d'accompagnement qu’après avoir soi-même fait l’exercice. La revue diocésaine pourrait fournir régulièrement une fiche. Elles seront aussi mises en ligne dans site web diocésain. Il pourrait y avoir aussi un échange de courrier postal ou par mail,  questions et réponses. 

 

 

Pour l'équipe d'animation : abbé Emile Hennart
 

 

L'équipe d'animation est composée de Bénédicte Bodart, Paul Agneray, Emile Hennart, Martine Bayet, Colette Seilliez, Jérôme Morillon, Bertrand Lesage ...

Vous pouvez communiquer vos souhaits et attentes auprès de l'équipe d'animation,

par mail à l'abbé Emile Hennart

 



[1] Il existe diverses techniques de lectures ou analyses. La Commission Biblique Pontificale a produit un  texte de référence sur les lectures « L’interprétation de la Bible dans l’Eglise », documentation catholique n°2085, janvier 1994. Préface de Mgr Ratzinger.
[2] Citation libre de 1 Jean 1, 1-4 et Jean 20, 30-31.
[3] Services de la catéchèse, de la formation permanente, de la communication
 
Fermer