La ferme du Hasard et son avenir

Autour d'un feu de camp, entre hier et demain

 

La cour de ferme depuis longtemps espace de jeux et feux de camp Le Hasard et son avenir  
La cour de ferme depuis longtemps espace de jeux et feux de camp
La cour de ferme depuis longtemps espace de jeux et feux de camp
Depuis 1976 date du premier camp ACE, la ferme du Hasard a vu passer des milliers d’ados pour des camps d’été : jeunes de l'ACE, de 'Solidaires', du Secours Catholique etc.. A la sortie de Douriez, perdue au milieu de nulle part, au creux d’une ancienne carrière, dans son écrin de verdure, la ferme semblait abandonnée. Construite au XVIIIème siècle, au milieu des champs, elle fut rachetée en 1960 par la famille Bayart. L’évolution des techniques agricoles et le machinisme entrainent l’abandon de la ferme. Le fermier, M. Bonvarlet s’installe au village. La ferme est désertée.

 

C’est par hasard que l’abbé Levray , jeune prêtre à Campagne-les-Hesdin, découvre la ferme, alors qu'il recherche un coin retiré pour un camp de jeunes de l'Action catholique des Enfants. Ils seront huit, cette année-là, au milieu des hautes herbes et des dernières pailles abandonnées dans la grange. L’initiative s’est renouvelée les années suivantes, élargissant à chaque fois l’espace vital pour accueillir davantage de tentes et de jeunes. De menus travaux de remise en état ont lieu d’année en année.

 

D’autres associations comme ‘Solidaire’ de la région lilloise profitent de cet espace bien agréable à proximité de l’Authie et de la mer. Le Secours catholique y organise quelques camps, de même que la JOC et les mouvements ruraux. Mais les temps changent, les exigences et les règles de sécurité aussi. Ce serait alors l’abandon définitif.

 

Début septembre 2009, Hélène réunit quelques anciens et anciennes sur les lieux. Autour du feu de camp est révélé le projet longtemps mijoté par M Bayart : il espère prochainement mettre en place sur les lieux un espace d’accueil et de ressourcement. Les contacts sont pris depuis bien longtemps avec les agence locales de tourisme local et avec la Région. Dans un premier temps sera aménagé l’accès, lréalisée a mise aux normes pour l’eau, l’électricité et les évacuations. Puis quelques yourtes seront installées. Les bâtiments actuels seront remis en état et restaurés, puis viendront des ermitages pour personnes recherchant un peu d’isolement. Sera créé un centre d’accueil pour séminaires au milieu de la nature: relaxation, découverte nature etc.. Diverses animations seront proposées, mais on pourrait y venir aussi avec ses propres intervenants. La ferme pourrait aussi devenir un relais pour les randonneurs (nuitées individuelles ou en groupes). Cela suppose la mise en place d'un sentier de grande randonnée: Amiens, la vallée de l'Authie, Ault, Berck, le site de crécy etc. De nouveaux bâtiments, répartis sur les quelques hectares entourant la propriété viendraient rompre l’isolement de la ferme, mais aussi assurer le calme. La dimension écologie sera mise en valeur pour la rénovation de la ferme du Hasard et la mise en œuvre du projet. Le nom ne changera pas : Le Hasard.
 

Article publié par E.H. Communication Diocèse • Publié • 4706 visites

Fermer
Fiscalité et générosité
Comment je peux soutenir la mission de l'Église en réduisant mes impôts.
En savoir plus
sur les dons IR et ISF