Résolution des enfants 2019/2021

Parce qu’ils sont résolument convaincus que le meilleur est à venir, les enfants ont décidé de s’engager pour le faire advenir !

En 2019, les enfants votent pour un monde « meilleur qu’hier » !​

 

 

Les 16 délégués régionaux de l’Action Catholique des Enfants élus ont tenu, les 23 et 24 février 2019, leur Conseil National.

 

Placé sous le signe du 30e anniversaire de la CIDE (Convention internationale relative aux droits de l’enfant) qui sera célébré le 20 novembre 2019, l’évènement a été l’occasion d’une belle rencontre et de riches partages entre ces enfants venus de toute la France et âgés de 6 à 15 ans.

 

Ensemble et au nom de tous les copains qu’ils représentent en région, ils ont élaboré puis voté la résolution qui animera leur mouvement pendant les deux prochaines années. Leur ambition profonde est résumée dans le slogan « Meilleur qu’hier » : reprendre la main sur leur environnement et leur santé ainsi que sur les nouvelles technologies qui les éloignent parfois des copains et de la vraie vie.


Un message fort d’optimisme pour les adultes, si souvent prompts à penser que c’était mieux avant…

Logo Meilleur qu#hier - Couleur Logo Meilleur qu#hier - Couleur  

Décryptage du slogan « Meilleur qu’hier »

 

« Meilleur qu’hier », un message fort d’optimisme pour les adultes, si souvent prompts à penser que c’était mieux avant… Parce qu’ils sont résolument convaincus que le meilleur est à venir, les enfants ont donc décidé de s’engager pour le faire advenir en reprenant la main sur leur environnement et leur santé ainsi que sur les nouvelles technologies qui les éloignent parfois des copains et de la vraie vie.

 

Les jeunes expriment le fait que chaque habitant de la maison commune doit s’impliquer dans la cause, de manière collective et aussi individuelle ; ils ont insisté sur le fait que ça commence par soi : changements de mentalité, conversion du cœur.

 

 

>>> Une écologie intégrale :

Nos sociétés sont aujourd’hui confrontées au défi majeur d’imaginer et de mettre en place un développement durable et viable pour les générations présentes et futures. Avec la résolution « Meilleur qu’hier », les enfants nous le rappellent. Dans l’esprit du défi de l’écologie intégrale auquel nous appelle le Pape François dans son encyclique Laudato Si, les enfants nous interpellent sur l’alliance entre écologie et justice sociale, sur la relation entre le bien-vivre des habitants du monde et le bien-être de leur planète ; l’un étant dépendant de l’autre et créant « un tout » absolument lié pour le bien-être de notre maison commune.

 

>>> Une vie plus saine :

Lors du Conseil National des Enfants, les délégués régionaux ont exprimé, via les paroles de leurs copains, leur désir de vivre une vie plus saine, tout en ayant conscience des inégalités qui peuvent se créer face à ces changements : « Je veux bien manger (ndlr : sans pesticide, sans antibiotique etc.) pour bien grandir ! » mais « Pour bien manger, « il faut une égalité de l’argent », c’est-à-dire que chacun puisse subvenir à ses besoins en consommant des produits sains et que cela ne dépende pas de ses ressources financières. Ils veulent « des repas plus variés à la cantine » et qu’on y cuisine des légumes de saison. Ils souhaitent également que les entreprises arrêtent de « donner de la viande avec des microbes » (ndlr : sous-entendus, des animaux traités aux antibiotiques). Outre le « bien manger », ils revendiquent également la possibilité de « bien dormir pour bien grandir » ainsi qu’un « accès aux soins pour tous » avec « plus de personnels dans les hôpitaux » ; ils sont très sensibles aux personnes malades et âgées dont ils parlent et qu’ils vont visiter, pour certains, avec leurs copains de club ou pour qui ils créent des collectes financières. En d’autres termes, ils nous appellent à une véritable conversion écologique.

 

>>> Se déconnecter du wifi, pour se reconnecter au monde :

Ils appellent leurs parents et les adultes qui les entourent, à une vigilance accrue concernant leurs temps de connexion sur la toile et leur usage du numérique avec ce slogan « Moins d’écrans pour les parents, plus de vie pour les enfants » ou encore « Moins de temps connecté, plus de temps partagé ». Ils ont conscience des effets néfastes du numérique, il faut faire attention aux dangers des réseaux sociaux et exigent que soit faite, dans les endroits fréquentés par les enfants, de la « prévention contre le cyber-harcèlement pour protéger les enfants ». Ils pensent qu’il faut aussi « prévenir les parents (ndlr : des risques liés au fait d’être collé à un écran) ».

 

>>> Cultiver son jardin intérieur, contempler le monde et découverte une « sobriété heureuse » :

Les enfants nous appellent à ralentir dans un monde qui ne va qu’en s’accélérant. Ils aspirent à une certaine sérénité et à entrer dans un rythme qui laisse la place au souffle, à la respiration, à une communion avec la nature, avec le développement de leur intériorité afin d’appréhender les beautés du monde.

 

>>> Être acteur du monde sans culpabiliser :

Les enfants nous bousculent quant à leur grande maturité face aux urgences sociétales mais aussi lorsqu’ils nous mettent face à leurs inquiétudes concernant la santé des hommes et de notre maison commune. Ils font preuve d’une grande empathie et ainsi construisent leur conception d’un monde plus juste. Ils baignent dans l’information diffusée en continue par les médias ; nous le percevons dans les paroles rapportées par les délégués concernant l’extinction de certaines espèces animales, les manifestations des gilets jaunes ou encore les attentats commis dans le monde entier. Il faut alors, en tant qu’adulte accompagnant ne pas entrer dans une éducation culpabilisante, ils ne sont pas responsables de l’état du monde d’aujourd’hui mais ils en seront, pourtant, les responsables de demain. Il ne faut pas non plus qu’ils portent tous les maux dont souffre la planète ! Le rôle de l’entourage adulte est prépondérant dans la maturation éthique d’un enfant.

 

CNE-2019 CNE-2019