Lumière pour les nations

L'évangile de Luc médité à Noël

La visite des mages. Vitrail église de Bethléem Nativité  
La visite des mages. Vitrail église de Bethléem
La visite des mages. Vitrail église de Bethléem
   A l’occasion de Noël, chacun pourrait relire les deux premiers chapitres de l’Evangile selon saint Luc. Luc, que nous parcourrons cette année C, commence son œuvre par une longue introduction où s’entremêlent deux récits d’enfance, de Jésus et de Jean : annonce à Zacharie et à Marie, naissance, circoncision, première enfance.

 

Dans les annonces, les deux paroles de l’ange, à Zacharie et Marie sont expriment les missions confiées à l’un et l’autre enfant : Jean, “il ramènera de nombreux fils d'Israël au Seigneur, leur Dieu. Il marchera devant le Seigneur avec l'esprit et la puissance d'Elie, pour ramener le cœur des pères vers les enfants et les rebelles à la prudence des justes, préparant au Seigneur un peuple bien disposé." Jésus, “Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; il régnera sur la maison de Jacob Eglise de la nativité, Bethléem, méditation et contemplation La naissance de Jésus  
Eglise de la nativité, Bethléem, méditation et contemplation
Eglise de la nativité, Bethléem, méditation et contemplation
pour les siècles et son règne n'aura pas de fin." Luc inscrit dans le cours de son récit quatre cantiques, que la liturgie a repris : Benedictus et Magnificat, Nunc dimittis et Gloire à Dieu. Annonces et cantiques orientent notre méditation sur le projet de Dieu sur l’humanité.

 

Mission de rassembler et conduire.


Il n’est pas inutile de remarquer, dans ces citations, que la mission de l’un et de l’autre concerne le peuple de Dieu, à rassembler, à conduire. Il en était déjà ainsi pour la vocation-mission de Moïse : rassembler d’Egypte un peuple et le conduire…

église grecque orthodoxe de Bethléem Nativité, détail,  
église grecque orthodoxe de Bethléem
église grecque orthodoxe de Bethléem
On ne sera pas étonné que Presbyterorum Ordinis, décret sur le ministère et la vie des prêtres, précise d’abord que tous les chrétiens ont part à la mission du Corps entier. C’est parmi eux que certains seront appelés ministres avec mission à l’égard du peuple saint. “La fonction des prêtres, en tant qu'elle est unie à l'Ordre épiscopal, participe à l'autorité par laquelle le Christ lui-même construit, sanctifie et gouverne son Corps. Ils sont ministres du Christ auprès des nations pour qu’elles deviennent une offande agréable, sanctifiée par ‘lEsprit. Cette mission desministres ordonnés est une responsablité à l’égard du Corps du Christ qu’est le peuple de Dieu, rassemblé et à rassembler. : proclamer à toutes les nations l’Evangile, qui convoque, rassemble et sanctifie… (Vie et ministère des prêtres n°2). S’il fallait préciser le rapport entre ministères ordonnés et incarnation : il suffit de continuer la lecture : “les prêtres vivent avec les autres hommes comme des frères. C'est ce qu'a fait le Seigneur Jésus : Fils de Dieu, Homme envoyé aux hommes par le Père, il a demeuré parmi nous, et il a voulu devenir en tout semblable à ses frères, à l'exception cependant du péché“.(Vie et ministère des prêtres, n°3).

 

Action de grâce et don de la Paix


La méditation des quatre cantiques pourra nous faire découvrir qu’ils sont d’abord action de grâce pour l’œuvre de Dieu pour nous et pour tous les hommes. “Mon âme exalte le Seigneur…” ; “ Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, parce qu'il a visité son peuple, accompli sa libération” ou Syyméon : “ Car mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé face à tous les peuples : lumière pour la révélation aux païens et gloire d'Israël ton peuple…”, et le quatrième qui résonne auprès des bergers, les derniers de la société, les exclus de leur temps : Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix aux hommes que Dieu aime.

 

Et nous ?


Nous ne pouvons pas nous contenter de relire, de méditer ces paroles. Il nous faut les mettre en pratique, comme le demande le Christ : “Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et la mettent en pratique”. A la suite de Marie, de Jean-Baptiste, nous avons misssion de porter la Bonne Nouvelle que Dieu aime tous les hommes, sans exception, à commencer par les derniers, les pauvres, ceux qui ne peuvent que s’en remettre à d’autres pour exister. C’est exprimé dans le Magnificat, comme dans le Benedictus. De génération en génération, à la suite du Christ, nous aurons à communiquer l’amour de Dieu à ceux qui se trouvent dans les ténèbres et l'ombre de la mort, afin de guider leurs pas sur la route de la paix. Faut-il ajouter : “en parole et en actes, jusqu’à la dernière goutte de sang” ?
Abbé Emile Hennart

 

Méditation sur les icones orthodoxes de la nativité
 

Fermer