4 journées Connaître les troubles psychiques

Pastorale santé

carrefours carrefours  A la cité paroissiale d’Aire sur la Lys 70 personnes en pastorale de la santé, consacrent 4 journées pour  mieux connaître les troubles psychiques et progresser dans l’accompagnement des personnes qu’elles visitent.

 

Que ce soit en institution ou à domicile, nombreux et variés sont les cas que nous pouvons rencontrer : dépression, schizophrénie, fragilité psychique, anxiété généralisée, troubles bipolaires, déficit mental ou trouble profond, autant de pathologies à découvrir de plus près.
 
Une approche « médicale » a fait l’objet du premier temps de formation. Le Dr Patrick Le Cardinal, psychiatre, a développé l’évolution de sa spécialité, les maladies et donné quelques repères pour adapter l’accompagnement selon les pathologies rencontrées. En effet, l’accompagnant doit s’ajuster à la demande de la personne, établir une relation de confiance et lui permettre de s’exprimer et il doit savoir aussi, garder son propre équilibre.
 
 Vincent, patient du Dr Le Cardinal, nous a apporté un vibrant témoignage de son parcours, depuis la pose du diagnostic, les premiers pas de son traitement jusqu’à aujourd’hui : il est engagé dans l’association « Réseau français sur l’entente de voix ».  
 
j2 j2   La deuxième journée a permis  de découvrir les structures spécialisées telles que : Maison d’Accueil Spécialisé, Etablissement Public de Santé Mentale, Foyer d’Accueil Médicalisé.
Mr D. Vandaele, directeur d’une MAS nous a montré l’évolution dans la reconnaissance du poly handicap et en parallèle l’amélioration des lieux d’accueil.
Le témoignage des membres de l’aumônerie de l’EPSM de St Venant nous a permis de découvrir comment être à l’écoute de ces personnes en situation de violence et de souffrance. Visites dans le service, temps forts, célébrations eucharistiques sont des moyens différents de marcher sur le chemin de la foi dans un climat de confiance avec les patients et le personnel.
Avec son dynamisme habituel, l’abbé Raymond Véron nous a retracé l’historique du « Nid du Moulin » maison d’accueil au service des personnes handicapées mentales, en foyer ou en accueil temporaire.
 
Marie-Agès Heyman nous présente le Foyer d’Accueil Médicalisé « le Terril Vert » où vivent des autistes adultes. L’aumônerie propose en lien avec la direction et le personnel, un temps de prière, une expérience spirituelle et un temps convivial autour d’un goûter. « C’est un temps de plaisir que d’être ensemble, le goûter est un moment d’intense communion ; ils ont appris la patience, le respect de l’autre. Une relation de confiance réciproque est réellement vécue dans l’amour mutuel où Jésus est présent. 
Notre attention a porté également sur les dispositions législatives concernant la laïcité et la vie chrétienne en institution.
Guy Catouillard nous a présenté la fonction d’exorciste et le service Ste Irénée  qui accueille avec discernement les personnes fragilisées, qui bien souvent, n’ont jamais eu la possibilité de s’exprimer sur elles-mêmes et être entendues.
 
Lors de la 3ème journée ce sont les personnes engagées en Pédagogie catéchétique Spécialisée, en Pastorale des Personnes Handicapées et un psychiatre – diacre, plus spécialement orienté vers les enfants et adolescents qui  nous font cheminer dans la connaissance et l’accompagnement des personnes atteintes de handicap.
Dominique Bailly, Marie-Andrée Geraert, Jean-Pierre Benoît témoignent de la catéchèse auprès des personnes handicapées : rencontres régulières, propositions des sacrements de baptême, Eucharistie,  confirmation, pardon, temps forts. Nous avons retenu qu’il ne s’agit pas d’une catéchèse au rabais, cela demande de se former pour s’adapter, être compris. Ces personnes handicapées apportent une richesse à l’ensemble de la communauté.
Le Dr Loïc d’Hautefeuille, diacre, a abordé les différents mécanismes de la pensée de la personne selon le handicap vécu : handicap intellectuel, trouble psychique, troubles familiaux ou sociaux. Il nous faut accepter de ne pas tout comprendre, ni de tout expliquer. L’important est de laisser un espace à l’inconnu de l’autre (il n’est pas ce que j’ai envie qu’il soit !) et à l’inconnu de la rencontre de Dieu avec l’autre.
Nous retenons que tout accompagnent se fait en collaboration avec les parents et les professionnels ; les bénévoles se retrouvent pour évaluer leurs joies et les difficultés rencontrées, partager la richesse de la catéchèse et prier.
 
Au cours de la 4ème journée, Me Monique Durand Wood  théologienne, ancien aumônier en hôpital psychiatrique, développera le thème : quel accompagnement spirituel pour les malades psychiques et les personnes qui les assistent ? Son expérience de pastorale enracinée dans la pratique sera occasion de riches échanges et d’ouverture pour continuer notre mission auprès et avec les malades en fragilité psychique.
A la suite des exposés, les carrefours ont permis à chacun de s’interroger sur sa pratique, de faire émerger des questions auxquelles les différents intervenants ont volontiers répondu.
 Après cette formation, gageons que nous oserons avancer avec moins d’appréhension : ce n’est pas un monde de « fous», mais des personnes en souffrance que nous accompagnons humblement avec l’aide de l’Esprit Saint et le soutien de nos frères.

 

Article publié par Alicia Lieven - Gestionnaire technique du site internet du Diocèse • Publié • 2268 visites